Principales activités volcaniques de 2011 commentées sur ce site...

 

New Page 1

 

 El HIERRO (îles Canaries, Espane) : 10/10: éruption sous-marine en cours, à ~ 2.5 km au sud de la côte sud...

 

Complexe volcanique Zubair (Mer Rouge) - mi décembre: une île, grande d'environ 500 mètres, est apparue en Mer Rouge à la mi décembre (aux alentours du 19/12). A cette date, des fontaines de lave hautes de 30 mètres ont été observées par des pêcheurs. L'archipel Zubair forme un volcan bouclier, long de 5 km, entre le Yémen et l'Erythrée. C'est le satellite Earth-Observing-1 de la NASA qui a permis de confirmer l'existence de cette nouvelle île. Ci-dessous, la comparaison des images acquises par ce satellite les 24 octobre 2007 (à gauche) et 23 décembre 2011 (à droite) permet de confirmer l'existence du nouvel îlot. Un imposant nuage de vapeur d'eau (blanc) et un panache plus sombre (contenant probablement une grande quantité de cendre) sont visibles sur l'image de droite.

12 janvier 2012: l'île s'est agrandie et atteint actuellement une dimension de 530 x 710 mètres.

 

Retour page d'accueil

 

 

GAMALAMA ou Pic de TERNATE; INDONESIE (île d'HALMAHERA) - 05/12: le volcan de l'île de Ternate, trônant au pied de la ville du même nom, est entré en éruption à 23h00 (heure locale) hier dimanche 04/12 en libérant des cendres qui ont recouvert les villages environnants. L'éruption a été précédée par une centaine de secousses d'intensité faible à modérée. Aucune victime n'a été signalée. Le niveau d'alerte a été élevé au niveau 3/4 mais pourrait être porté bientôt au niveau 4/4. L'instauration d'une zone d'exclusion de 3.5 km autour du cratère a été décidée par les autorités locales et l'aéroport de Ternate a été fermé en raison des fortes chutes de cendre. La dernière éruption remonte à 2003. Jakarta Post

Le dense panache de cendre du Gamalama vu de l'aéroport de Ternate, fermé temporairement.

Retour page d'accueil

 

TUNGURAHUA (Ecuador) -- 28/11 - 02/12: au cours de l'après-midi et de la nuit du 27/11, le Tungurahua est entré en éruption en émettant des coulées pyroclastiques et des avalanches de blocs incandescents, principalement sur son flanc occidental. Ces évènements ont été précédés par 4 secousses d'origine volcano-tectonique. Ils ont été accompagnés par des explosions et des chutes de cendre/lapilli. Aux environs de 17h30 (locale), des blocs incandescents sont descendus jusqu'à ~1 km sous le cratère et des coulées pyroclastiques ont dévalé les pentes ouest et nord-ouest du volcan. Des témoins ont également signalé de puissantes explosions du type coup de canon. Peu après 19h, d'autre coulées pyroclastiques ont cette fois emprunté les ravines des flancs sud et sud-ouest de l'édifice. Un signal de tremor a aussi fait son apparition depuis lors et était toujours présent hier soir. Ce processus éruptif survient alors que le volcan présentait un niveau d'activité faible à modéré, caractérisé par de petites fumerolles dans le cratère et une petite quantité de séismes d'origine volcanique. Une colonne éruptive, hautement chargée en cendre, haute d'environ 4 km est visible depuis ce matin. Instituto Geofisico Nacional de Ecuador (IG). Le  volcan est passé en alerte orange. Webcam

Coulée pyroclastique dévalant le flanc nord-ouest du Tungurahua; la photo a été prise le 27/11 vers 17h50 HL -- Panache de cendre photographié par G. Viracucha à 05h50 HL ce 28/11

Activité strombolienne au sommet du Tungurahua, photo prise par J Bustillos / IGEPN au cours de la nuit du 28/11 et à l'aube du 29/11

Photos récentes publiées sur le site web du quotidien équatorien "La Hora"

 

Image thermique des flancs ouest et sud-ouest du volcan réalisée le 29 novembre, Ramón OVT/IG IGEPN

02/12: au cours de la nuit du 01/12 au 02/12, un changement du comportement sismique du volcan a été observé, l'amplitude du tremor était en diminution jusqu'à ~ 3h00 ce matin du 02/12 alors qu'il y a eu augmentation des signaux sismiques associés à des explosions souvent accompagnées de bruits du type "coup de canon". Des observations au moyen d'une caméra thermique ont permis de confirmer l'expulsion de blocs incandescents à environ 200 mètres au-dessus du cratère qui dévalent ensuite les flancs du cône sur une distance de ~1 km. Depuis le milieu de la nuit, des bruits de type rugissement, modéré à fort, sont entendus en permanence aux alentours du volcan, notamment à Baños où ces détonations génèrent des vibrations des vitres et du sol. Une colonne de cendre haute de 1.5 km dérivait ce matin vers l'est. IGEPN

Photos du "National Geographic"

Carte 3D des risques volcaniques (coulées pyroclastiques et lahars) sur les flancs nord et ouest, carte de base en 2D par IG-EPN. Flanc ouest photographié le 11 juillet 2011 par AM; en points tillés jaunes, illustration du trajet de la coulée pyroclastique du 14/08/2006. C'est également le couloir principalement emprunté par les courtes coulées pyroclastiques émises récemment (28/11 & 29/11) par le volcan.

Retour page d'accueil

 

NYAMURAGIRA (R.D. Congo) - 07/11 - 14/11: le volcan Nyamulagira situé à 22 de Km de la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord Kivu, dans l' Est de la RDC, est en éruption depuis dimanche aux environs de 20H30, a indiqué lundi l'Observatoire volcanologique de Goma (OVG). Selon les volcanologues, les populations de Goma, ne sont pas directement menacées par l’éruption de ce volcan parce que les coulées de la lave se dirigent vers le Parc national de Virunga (PNVi). Radio Okapi

Image en couleurs naturelles du capteur MODIS (NASA) acquise le 7/11, un jour après la déclenchement d'une éruption fissurale qui a produit un rideau de fontaines de lave accompagnées de nuages de cendre et de gaz.

 

14/11: La fissure éruptive est longue de plus d'un km et les fontaines de lave atteignent 400 mètres de hauteur. L'éruption pourrait durer plusieurs jours voire plusieurs mois selon le volcanologue italien Dario Tedesko qui craint une fragilisation du flanc sud du volcan voisin, le Nyiragongo, suite aux nombreux séismes qui ont précédé cette éruption. Video

Retour page d'accueil

 

RINCON de la VIEJA (Costa Rica) - 30/09: ce volcan endormi depuis plus de dix ans (dernière éruption en 1998) a connu plusieurs éruptions phréatiques les 19 août, 16 et 22 septembre. Les résidents de la région avaient trouvé le jour après la dernière éruption quelques poissons morts et des sédiments dans la rivière Penjamo. Les experts de l'OVSICORI sont montés au cratère pour inspecter l'activité et ont découvert des indices d'éjection de matériaux par dessus les parois nord du cratère, hautes de 75 mètres. Des voisins du volcan ont signalé que des sédiments se sont déversés dans les rivières locales sur une distance de 18 km. La plupart des éruptions phréatiques sont concentrées au centre de la lagune acide. L'accès au sommet du volcan est désormais interdit. Source

Le lac de cratère, vu du bord sud, exhibe une grande celle de convection au centre de laquelle s'échappent des gaz.

Retour page d'accueil
 

 

LOKON (Nord Sulawesi, Indonésie) -- 11/07; 15/07; 06/09; 26/10

11/07: après son voisin le Soputan (situé à ~40 km) qui a connu une brève éruption le 3 juillet dernier, c'est au tour du Lokon de s'agiter. Près de 7000 résidents proches du volcan, aussi à Tomohon, ont été priés d'évacuer la zone ce mardi matin. Lundi 11/07, un nuage de cendre s'est élevé à une hauteur de 500 mètres au-dessus du cratère. La dernière éruption du Lokon s'est produite en 1991 et avait tué un visiteur suisse. Photos du Lokon en période calme.

Autres photos

15/07: le volcan a connu une éruption jeudi soir, libérant lave et cendres à plus d'un kilomètre de haut. La population, qui avait été avertie il y a 3 jours, avait déjà été évacuée. Une grosse éruption a eu lieu à 22h31 (HL), mettant le feu à la végétation aux alentours. Le niveau d'alerte avait été relevé au maximum (4/4) lundi et les autorités ont évacué les habitants dans un rayon de 3,5km.

Incandescence du cratère du Lokon vue de Tomohon; il y a eu 3 épisodes éruptifs durant la nuit de jeudi 14/07 à vendredi 15/07.

06/09: depuis son réveil en mi-juillet, le Mt Lokon continue à connaître des périodes éruptives. Ainsi, 4 explosions sont survenues mardi 05/09 après une augmentation de l'activité durant le week-end passé. Des matériaux ont été éjectés à 150-200 mètres de hauteur. Source

26/10: deux explosions se sont produites à 17h29 et 17h30 (HL). Elles ont été précédées par de plus petites émissions quelques heures plus tôt. Le panache de cendre a atteint une hauteur d'environ 1,5 km. Ni victime ni dégât n'ont été signalés. Source

Retour page d'accueil

 

KATLA (Islande) -- 09/07: selon la revue en ligne "Iceland Review Online", une inondation d'origine glaciaire (jökulhlaup), probablement issue du glacier Mýrdalsjökull qui abrite le volcan Katla, a coupé la route annulaire (highway n°1) à proximité de la rivière Múlakvísl en emportant le pont qui enjambe la rivière. Cette crue glaciaire est peut-être le résultat d'une petite éruption sous la calotte glaciaire du Mýrdalsjökull, probablement dans le cratère du Katla. Il est tout aussi possible que cette éventuelle éruption soit juste une expulsion d'eau géothermale (éruption phréatique). Les autorités locales de la Protection Civile ont averti les résidents et visiteurs de prendre garde aux gaz sulfurés à proximité de la rivière. RUV. Jon Frimann ("Iceland Volcano and Earthquake Blog") signale que l'augmentation du tremor harmonique, particulièrement dans la gamme des hautes fréquences, est similaire à celle survenue en 1999, qui était associée à une petite éruption sur la bordure sud du Katla.

Des scientifiques ont survolé le glacier Mýrdalsjökull et observé des fissures/crevasses aux environs de deux nouveaux "chaudrons"/puits d'effondrement glaciaire (aussi appelées marmites glaciaires) situées dans la partie la plus méridionale du glacier et profonds d'une cinquantaine de mètres. Toutefois, il n'y a pas d'indication qu'une éruption a débuté sous le glacier. I.R.O.; mbl.is. Par ailleurs, des témoignages signalent des odeurs d'origine volcanique, probablement de gaz composés de soufre. Pour information, le Grimsvötn a connu une alerte similaire environ 6 mois avant son éruption du 22 mai dernier. En novembre 2010, une fonte partielle du glacier recouvrant le Grimsvötn avait suggéré la possibilité d'une éruption.

Le 17 juin 2011, un essaim sismique, accompagné d'un très faible tremor harmonique, débute sous la caldeira du volcan peu après 19 h 10. Cet élément témoigne probablement d'une remontée de magma et/ou d'une recharge de la chambre magmatique, la probabilité d'une éruption augmente significativement dans un futur très proche.

Il ne fait aucun doute que l'acticité du Katla est surveillée encore plus étroitement par les experts islandais et qu'une éruption de plus grande ampleur pourrait être à nouveau problématique, non seulement pour les habitants de la région mais aussi en ce qui concerne le trafic aérien européen et transatlantique. En général, les éruptions du Katla suivent de quelques mois celles de l'Eyjafjöll. Rappelons que la dernière éruption majeure du Katla a eu lieu en 1918 et celle de l'Eyjafjöll en avril 2011.

Fissures/crevasses concentriques au lieu-dit "sigkötlum Mýrda" soulignant un processus de subsidence évident lié à la fonte de la glace ! Cliché pris d'hélicoptère -- L'inondation, originaire du glacier Mýrdalsjökull, qui a emporté le pont et coupé la route annulaire n°1.

07/09: des dizaines de petits tremblements de terre ont été détectés autour du volcan islandais Katla, un phénomène que les scientifiques qualifient d'inhabituel. Des experts préviennent toutefois que rien ne permet de croire que le volcan s'apprête à entrer en éruption, même s'il compte parmi les plus puissants du pays. Des tremblements de terre autour de Katla n'ont rien d'étonnant, ont-ils ajouté, mais de telles «grappes» de secousses sont surprenantes. Certains séismes se produisent à seulement dix minutes d'intervalle l'un de l'autre.

Situation au 7 septembre

WEBCAM KATLA

Iceland Volcano and Earthquake blog

Retour page d'accueil

 

SOPUTAN (Nord Sulawesi, Indonésie) -- 03/07: le volcan, l'un des volcans les plus actifs d'Indonésie, est entré dimanche en éruption, projetant un nuage de cendres et de gaz à 5000 mètres d'altitude, sans faire de victime. Situé dans la province du Nord Sulawesi, le volcan, qui culmine à 1783 mètres, a commencé à cracher cendres et gaz dans la matinée, sa première éruption depuis 2008. Entouré de forêts, le Soputan est distant de 8 kilomètres du premier village et "pour le moment, c'est une distance encore sûre pour les habitants, mais nous continuons à surveiller son activité", a déclaré le scientifique Iing Kusnadi. L'éruption de 2008 n'avait pas fait de victime. BELGA Retour page d'accueil

 

NABRO (Erythrée)  -- 13/06; 22/06; 30/06

13/06: une éruption d'un volcan érythréen a émis un puissant panache éruptif jusqu'à 13.5 km de hauteur et s'étend sur plus de 1000 km vers l' O.N.O.. L'éruption aurait débuté à 21h03 UTC dimanche 12/06 et a été précédée dans l'après-midi par 7 secousses d'intensité modérée. Un séisme de Ma 5.6, localisé à 48 km au sud de la ville d'Epp, aurait marqué le démarrage de l'activité. Source.  Des explosions sourdes ont été entendues à Afdera le long de la frontière entre L'Ethiopie te l'Erythrée et des chutes de cendre ont été signalées aussi loin que Mekele dans la province du Tigray.

Image infrarouge du satellite EUMETSAT montrant le panache éruptif se dirigeant vers le O.N.O.. Voir aussi l'image thermale (IR) MODIS

15/06: Météo-France observe une dispersion des cendres volcaniques dans l'atmosphère et conclut que, même si elle n'est pas terminée, l'éruption a baissé d'intensité. Source

22/06: après une semaine d'activité explosive, l'activité du volcan Nabro semble avoir évolué vers une activité plus effusive, donc d'intensité plus faible.  L'image infrarouge en fausse-couleurs du capteur ASTER, couplée à un modèle numérique de terrain (DEM),  a révélé la présence d'une coulée de lave longue de 15 km. A son apogée, le panache éruptif a atteint une altitude maximale de ~14.000 mètres. La zone noire au centre de l'image, dissimulant quasi entièrement le cratère, est vraisemblablement un nuage éruptif riche en vapeur d'eau. Un panache diffus, plus riche en cendre, apparaît en violet au S.O du cratère.

Image ASTER du volcan Nabro enregistrée le 19 juin. NASA Earth Observatory

30/06: Selon certains articles, l'éruption aurait fait au moins 7 morts, plusieurs blessés, causé le déplacement de milliers de personnes en Erythrée, et aurait affecté 5000 Ethiopiens à proximité de la frontière entre les deux pays. Plus d'infos du G.V.P.

Image du satellitaire du 29 juin montrant la coulée de lave émise par le cratère du Nabro. Image du capteur "Advanced Land Imager (ALI)" embarqué sur le satellite Earth Observing-1 (EO-1)

Retour page d'accueil

 

PUYEHUE -CORDON CAULLE (PCCVC) (Chili) -- 05/06; 08/06; 10/06; 15/06; 19/06; 22/06; 06/07; suite sur le site GVP

05/06: plusieurs milliers de personnes (~3500 ) ont été évacuées après l'éruption soudaine du volcan Puyehue (plus précisément de la zone de rift du Cordon Caulle) dont la dernière éruption remonte à 1990. En quelques heures, une douzaine de secousses de magnitude 4 avaient été enregistrées. Cet édifice fait partie du complexe volcanique Puyehue-Cordón Caulle qui avait été visité par DOS & Cie en 2009. Un panache éruptif haut de ~10.000 mètres s'est élevé au-dessus du cratère qui est situé à environ 900 km au sud de Santiago. Les vents ont poussé la cendre vers la région de San Carlos de Bariloche (ville située à ~100 kilomètres à l'est du Puyehue) en Argentine, ce qui a forcé a fermeture de l'aéroport. La dernière éruption importante du Puyehue remonte à 1960, après le séisme de Valdivia, de magnitude 9,5, qui avait fait 5700 morts au Chili. SERNAGEOMIN.

Les secousses sismiques ont débuté durant la nuit du 3 juin indiquant une éruption imminente. Le type d'activité sismique a évolué vers un tremor spasmodique de haute énergie révélant la dynamique des fluides à l'intérieur des conduits volcaniques (séismes hybrides, VT, de longue période) dont les foyers sont localisés entre 1 et 4 km de profondeur. En 6 heures, une moyenne de 230 secousses ont été enregistrées chaque heure.  dont 12 avaient une magnitude supérieure à 4.0, 50 >  3.0 et 50% > 2.0. Plusieurs de ces séismes (> 3) ont été ressentis par les populations locales. SERNAGEOMIN

"L'arrivée du nuage de cendre (depuis le nord ouest) était très impressionnante, on voyait cet épais nuage surréaliste grignoter peu à peu le ciel et la lac Nahuel Huapi. Ensuite tout s'est obscurci et la cendre s'est mise à tomber. Le volcan est situé à 90km de Bariloche mais seulement à 45km de Villa la Angostura, qui a reçu une pluie de cendre avec des chutes de cailloux volcanique (jusqu'à 2 cm de diamètre selon les journalistes). Pour l'instant les conseils sont de mettre des serviettes humides en bas des portes et d'éviter de sortir. On attend donc sagement à la maison.".Témoignage de Micka, guide argentin et ami de Thierry Dockx.


 

La taille des débris éruptifs (pierre ponce / pumice) qui sont retombées sur la ville de Villa La Angostura sont spectaculaires.

Photos: 1 ; 2; 3 (Boston.com)

08/06: l'éruption fissurale du complexe Puyehue Cordon Caulle s'est fortement atténuée depuis hier. Les aéroports de la région ont ainsi pu être ré-ouverts. Selon les données du programme "Global Fire Dataset" du projet MODIS, l'éruption s'est produite au N.E. des bouches qui ont été actives lors de l'éruption de 1960. Diverses observations effectuées par du personnel du SERNAGEOMIN depuis la localité de Riñinahue confirment la présence d'au moins 5 épisodes de coulées pyroclastiques générées par l'effondrement de la colonne éruptive sur elle-même (type St-Vincent), notamment vers le cayon de Nilahue où la nappe pyroclastique aurait pu atteindre une longueur de 10 km.

Le panache éruptif, s'étendant vers le S.E. (vers la ville argentine de San Carlos de Bariloche), vu le 4 juin par le capteur MODIS (satellite AQUA). NASA Earth Observatory

   

10/06: plusieurs aéroports sont restés fermés jusqu'à hier 10/06, dont ceux de Buenos Aires et Montevideo mais aussi des aéroports situés au sud du Brésil. De fortes pluies font craindre des lahars secondaires dans les vallées drainant le complexe volcanique du Puyehue-Cordon Caulle, dont la vallée Nilahue. SERNAGEOMIN

15/06: les géologues chiliens ont averti que l’éruption du volcan Puyehue était loin d’être terminée et qu’une activité encore plus intense était même possible, une annonce de mauvais augure pour les passagers des aéroports dans le sud de l’Amérique latine et jusqu’en Australie. Alors que le niveau de l’éruption est toujours classé « modérée », avec des cendres rejetées jusqu’à une altitude de 8000 mètres, le service national de géologie et des mines chilien a prévenu qu’un retour à une activité intense était possible, ajoutant qu’aucune baisse des rejets n’était constatée depuis le début de l’éruption volcanique le 4 juin 2011. La précédente éruption du Puyehue en 1960 avait duré deux semaines, mais celle de 1921 avait duré deux mois. Source. La hauteur de la colonne éruptive lors des pulses, mesurée par une caméra Futangue, varie de 8 à 9 km. Elle a un aspect très dense, une couleur grise foncée et est associée à une retombée de cendre à sa périphérie suite à des effondrements partiels du panache éruptif. Le 14/06 à 10h45, les images du satellite GOES de la NASA montrent que le nuage se dirige vers le S.E. et s'étend sur environ 250 km parmi un front nuageux. L'instabilité de l'activité volcanique rend possible la survenue d'évènements explosifs majeurs, avec production de coulées pyroclastiques majeures qui ont déjà d'ailleurs affectés la zone. SERNAGEOMIN

 

19/06: depuis vendredi 17/06, l'intensité de l'éruption semble avoir légèrement diminué, la classant désormais dans la catégorie des éruptions d'intensité moyenne. Rappelons qu'à son apogée, la colonne éruptive a atteint une hauteur de près de 30 km et que les fines particules ont déjà circulé une fois autour du globe. Source

22/06: le volcan a commencé à émettre de la lave mardi 21/06, 18 jours après le début de son éruption dans le sud du Chili, mais cela ne représente pas un danger pour les populations avoisinantes, a indiqué le Service national de Géologie et des mines. De la lave visqueuse a coulé lentement vers l'ouest par un canal d'environ 50 mètres de large sur 100 mètres de long; AFP. La colonne éruptive est toujours haute de 3 à 4 km et est chargée de cendre fine. Sernageomin

Image ASTER (fausses couleurs) enregistrée par le capteur ASTER du satellite Terra (NASA) au-dessus du complexe du Puyehue - Cordon Caulle; 11 juin.

Image MODIS capturée le 20/06

séquence vidéo aérienne du cratère rempli de lave fraîche percée d'une fissure éruptive qui laisse échapper un panache riche en cendre noire. Remarquez les fumerolles en bordure du cratère et la coulée de lave sur la photo de droite !

06/07: l'éruption sur la zone de rift du Cordón Caulle se poursuit. Du 2 au 4 juillet, le SERNAGEOMIN a noté que les panaches gris foncés s'élevaient de 2 à 4 km au-dessus du cratère et dérivaient de 200 à 900 km, principalement vers le N.O. et le N. A partir de cette période, les signaux sismiques ont indiqué que la lave aurait cessé de s'écouler ou, alors, se déversait avec un moindre débit. L'état d'alerte reste au niveau 6, code rouge. G.V.P.

octobre : l'activité se poursuit avec une intensité faible à modérée ! Lire la site en anglais sur le site du Global Volcanism program

Retour page d'accueil

 

POPOCATEPETL (Mexique) -- 03/06: le volcan le plus connu du Mexique a connu un regain d'activité avec 5 explosions de vapeur d'eau / gaz et de cendre, d'intensités modérées. Dès 6h37 HL, le cratère a libéré une colonne de cendre qui a atteint une hauteur de ~3 km avant de dériver vers l'ouest puis, à plus haute altitude, vers l'E.N.E. (Puebla). Cet évènement a débuté par un signal de tremor dont l'amplitude a augmenté durant quelques minutes. Des chutes de cendre ont été signalées dans plusieurs communes de l'Etat de Morelos. CENAPRED

Retour page d'accueil

 

SHIVELUCH (Kamchatka, Féd. de Russie) -- 02/06: le volcan a projeté un panache de cendres à une altitude de 9 km, a indiqué ce mardi l'antenne régionale du Service géophysique de l'Académie des sciences de Russie, cité par l'agence ITAR-TASS. L'édifice a été secoué par une série de séismes et des avalanches pyroclastiques ont dévalé ses flancs. Le panache de cendres s'est étiré sur une distance de 58 km au S.E. à partir du cratère puis a dérivé au S.O. sur près de 200 km. L'alerte volcanique pour l'aviation civile a viré au code rouge. KVERT

Retour page d'accueil

 

GRIMSÖTN (Islande) -- 22/05; 23/05; 24/05; 25/05; 31/05

22/05: le volcan sous-glaciaire le plus actif d'Islande est entré en éruption hier 21/05, vers 17h30 UTC, juste un an après l'éruption de l'Eyjafjöll qui a tant perturbé le trafic aérien européen. L'éruption a été précédée (pendant ~1 heure) et accompagnée par une série de petits séismes. Des volutes de gaz s'élevant du volcan ont pu être observées. Une zone d'exclusion aérienne a été définie dans un rayon de 220 km autour du volcan. Le panache éruptif a atteint une altitude de ~20 km  (stratosphère) et est transporté par les vents de haute altitude. Les météorologues islandais estiment que le nuage éruptif va dériver vers l'est puis vers le nord. Ils pensent également que la cendre, dont la granulométrie moyenne semble a priori plus grossière que celle de l'Eyjafjöll (impliquant moins de dispersion des particules de cendre dans l'atmosphère), ne devrait pas perturber le trafic aérien européen, tout au moins durant les premières 24 heures. La dernière éruption du Grimsvötn remonte à novembre 2004. Les scientifiques islandais attendaient une nouvelle éruption depuis celle qui a tant fait parler d'elle l'année passée. Il est à noter que les éruptions précédentes de ce volcan n'ont pas eu beaucoup d'impacts sur le trafic aérien. En novembre 2010, une fonte partielle du glacier recouvrant le Grimsvötn avait suggéré la possibilité d'une éruption. C'était finalement une fausse alerte ! Néanmoins, les scientifiques ont continué à surveiller le volcan étroitement depuis cet évènement. Le Grimsvötn a aussi fait éruption en 1954, 1983 et 1998. Elles ont duré entre un jour et quelques semaines.

16h00 HB: après un survol du lieu de l'éruption, Magnús Tumi Gudmundsson, Professeur de Géophysique à l'Université d'Islande, a déclaré que l'éruption du Grimsvötn semblait s'atténuer bien que de la cendre retombe encore sur plusieurs régions du S.E. de l'Islande. Selon cet expert, cette éruption est plus puissante que les éruptions islandaises précédentes. En réalité, cette éruption est la plus forte dans sa première phase qui ait été enregistrée sur ce volcan depuis 100 ans, selon les autorités islandaises. AP; Icelandic Met Office; Iceland Review Online

Bien que le Grimsvötn soit très actif (c’est le volcan le plus actif du pays, avec neuf éruptions entre 1922 et 2004), ses éruptions, souvent assez courtes, ont habituellement assez peu de conséquences. La plupart du temps, les éruptions sont suivies par des crues d'inondations (jokulhlaups) qui provoquent parfois des dégâts aux routes et ponts. La zone affectée est très peu peuplée et il n'y a jamais eu aucune victime recensée au cours des éruptions récentes de ce volcan sous-glaciaire (enfoui sous le glacier Vatnajökull) ni d'impact sur le trafic aérien régional ou international. Selon Magnús Tumi Gudmundsson, le niveau d'eau dans la zone du Grimsvötn est bas. L'éruption est en train de causer une fonte de glace, mais la fonte affecte principalement une mince couche. C'est pourquoi, selon lui, une crue d'inondation de grande ampleur n'est pas vraisemblable. I.R.O.

Ce dimanche 22/05 à 8h30 UTC, les autorités aéroportuaires islandaises (Isavia) ont décidé de fermer temporairement l'espace aérien islandais.

Le nuage de cendres issu de l’éruption du volcan Grimsvötn devrait atteindre le Nord de l’Ecosse mardi et pourrait toucher l’Ouest de la France et le Nord de l’Espagne jeudi si les émissions se poursuivent avec la même intensité, a annoncé ce dimanche Eurocontrol.

Sismogramme correspondant à la zone du Grimsvötn

  

Image RADAR météo du nuage éruptif (base de Keflavik); I.M.O.

   

Vues du puissant panache éruptif s'élevant du Grimsvötn (photos Sigurlaug Linnet) -- Voir aussi l'image satellitaire de la colonne éruptive en direct; BBC News

Autres séries de photos spectaculaires prises au début de l'éruption 1 - 2 - 3

Image MODIS, capturée le 22 mai aux environs de 5h, montrant le panache éruptif tournoyant à haute altitude vers le N.E. puis le N.

Image montrant la dispersion du SO2


23/05: Selon le Service Météo Islandais, un total de 2198 éclairs ont été recensés entre minuit et 1h00 entre dimanche et lundi sur le site de l'éruption du Grimsvötn. Lors de l'éruption de l'Eyjafjallajökull, un record de 22 éclairs avait été enregistré le 16 mai 2010 entre 8h et 9h.  Au cours des 15 premières heures de l'éruption, plus de 15.000 éclairs (vidéo très spectaculaire tournée au sol) ont été détectés alors que 790 éclairs avaient été enregistrés en 39 jours l'année dernière. Les recherches indiquent que ce phénomène électrique a lieu lorsque la colonne éruptive est si haute que l'eau y étant contenue gèle. Ce matin, la hauteur de la colonne éruptive a baissé, et se situe entre 10 et 11 km. Selon certaines sources, l'éruption est quasi au même stade que celle de 2004. Les deux dernières éruptions ont été suivies par une crue d'inondation (jokulhlaups) mais, cette fois, les experts ne s'attendant pas à une crue d'inondation (jokulhlaups) importante. I.R.O.  A noter que l'image RADAR du I.M.O. de ce matin ne montre plus de nuage éruptif dans la zone du Grimsvötn.

17h: les experts supposent que l'éruption va continuer à être puissante dans les prochains jours. A l'heure actuelle, le panache éruptif est similaire à celui de l'Eyjafjöll l'an dernier. A 14HL (16 HB), il faisait totalement noir, comme en pleine nuit, à Kirkjubaejarklaustur. Par ailleurs, une forte tempête fait rage au S.E. de l'île, ce qui n'améliore évidemment pas la situation. I.R.O. La cendre a désormais atteint Reykjavik et s'étale en un voile brumeux au-dessus de la ville.

Video

Pour réellement menacer le ciel européen, "il faut que l'éruption reste aussi forte qu'actuellement les deux jours qui viennent. Or au moins lors des deux dernières éruptions de ce volcan, l'éruption de cendre n'a pas duré aussi longtemps", a souligné le météorologue Oli Thor Arnason. "Nous ne pensons pas que l'éruption restera aussi forte plus de quelques jours", a confirmé le géophysicien Magnus Tummi Gudmundsson, de l'Université d'Islande. L'éruption pourrait déjà être en train de se transformer en éruption de lave (le Grimsvötn est un volcan basaltique), "mais ce n'est pas encore confirmé", a ajouté Oli Thor Arnason, soulignant que "plus de lave signifiait moins de cendre". La nature basaltique de la cendre suggère que le degré élevé d'explosivité de cette éruption est surtout du à l'interaction du magma basaltique avec l'eau dans le cratère. Les éruptions du Grimsvötn sont généralement courtes, quatre jours pour la précédente et dix jours pour celle d'avant, contre plusieurs semaines pour l'Eyjafjöll en 2010. Voir le modèle établi par le VAAC de Londres concernant la dispersion du nuage de cendre du Grimsvötn

Cette éruption est la plus puissante sur l'île depuis 50 ans. Les mesures du RADAR, les rapports des pilotes et les observations au sol suggèrent que la colonne éruptive riche en cendre a atteint au minimum 17 km de hauteur. Par comparaison, le panache de l'Eyjafjallajökull a atteint une hauteur de 6-9 km l'année dernière. Il faut savoir que chaque km supplémentaire de colonne éruptive requière une vitesse d'émission éruptive beaucoup plus rapide à la source.  Un diagramme montre qu'une éruption comme celle de l'Eyjafjallajökull avec une colonne éruptive haute de ~7 km correspond à un débit de 10.000 m3 par seconde, équivalent à une masse de quelques milliers (~10.000) de tonnes par seconde. Une éruption avec une colonne éruptive haute de 17 km pourrait correspondre à un débit de 10.000.000 à 100.000.000 m3 par seconde, ce qui signifie qu'elle produirait entre 100 et 1000 fois plus de matériaux chaque seconde.

Une station GPS placée sur la bordure de la caldeira du Grimsvötn a révélé un processus d'inflation continu et une expansion de quelques cm par an depuis la dernière éruption de 2004, ce qui est interprété comme une introduction de magma dans un réservoir superficiel. Un autre signe précurseur était l'augmentation de la sismicité durant les derniers mois, incluant des phases d'apparition de "tremor" (cycle de séismes volcaniques de fréquence variant de 1 à 5Hz). Une augmentation de l'activité géothermale a aussi été notée durant les mois précédant l'éruption. Dans sa phase initiale, l' éruption de ce volcan basaltique sous-glaciaire est de type phréato-magmatique. Institut des Sciences de la Terre de l'Université d'Islande; I.M.O.

L'hôtel Geirland, proche de la ville de Kirkjubæjarklaustur  sur la route la plus proche du volcan, recouvert par une couche de cendre épiasse d'environ 1 cm.

Image MODIS (résolution 2km), capturée le 23 mai à 2h26, montrant le nuage éruptif se dirigeant vers le S.E.


24/05: rappelons que la diffusion du nuage de cendre est modélisée par l'agence de l'aviation britannique. L'animation ci-dessous illustre la localisation prévue par modélisation du nuage volcanique (colonne totale en g/m2) du 21 mai à 20h00 UTC au 27 mai 06h00 UTC. L'émission à la source varie dans le temps et suppose un profil de hauteur de colonne uniforme comme étant détecté par les mesures RADAR. Le modèle est aussi lié aux contraintes de la masse totale de cendre fine déterminée par satellite. Un expert norvégien de télédétection des panaches volcaniques du comité de l'ESA affecté au projet des risques liés aux nuages de cendre volcanique , Fred Prata, a déclaré que l'éruption initiale avait libéré beaucoup de cendres et que la colonne éruptive était très riche en vapeur d'eau. Une grande quantité de cendre de cette phase initiale est retombée, principalement sur et à proximité de l'Islande. I.R.O.

Le plus récent rapport de l'agence météo islandaise signale que, durant ces dernières heures, le panache volcanique a atteint des hauteurs variant de 5 à 9 km. Cependant, de puissants vents du nord ont pu affecter la hauteur de la colonne éruptive. La cendre du Grimsvötn a été détectée partout en Islande, excepté au N.O. de l'île. L'éruption a quelque peu diminué depuis hier soir et aucune effusion de lave n'a été observée. Toujours selon l'I.M.O., le débit magmatique estimé ce matin était de ~1000 tonnes/seconde alors qu'il était d'environ 10.000 t/s initialement. Rapport de l' I.M.O du 24/05 à 17h30: le panache de cendre n'est pas visible sur le RADAR suite aux conditions météo sur le lieu de l'éruption. La hauteur estimée de la colonne éruptive est de 5 à 7 km. Sur base de l'évolution de la hauteur du panache volcanique, des retombées de cendre dans les zones inhabitées d'Islande, du nombre d'éclairs, du tremor et de la déformation du sol, il est déduit que la force de l'éruption continue à décroître et que l'activité explosive actuelle représente seulement une petite fraction de sa valeur initiale. Rapport complet sur le site de l'Université d'Islande.

L'I.M.O. signale que la source magmatique de cette éruption pourrait être plus profonde que prévue (> 20 km). Les graphiques du tremor en direct indiquent que l'éruption est encore puissante mais la tendance générale est à la diminution de l'amplitude. D'autre part, il n'est pas exclu que d'autres fissures éruptives s'ouvrent sur le glacier.

ESA (European Space Agency) - En base de page, voir aussi l'animation de la dispersion du SO2 les 22 et 23 mai

Concentration des poussières, notamment des particules fines de cendre émises par le Grimsvôtn, au-dessus de l'Europe après l'éruption du volcan islandais. Photographie: Eumetsat/AFP/Getty Images. Si cela vous intéresse, un volcanologue anglais (Clive Oppenheimer) explique dans un article critique l'importance de trouver une méthode pour distinguer les cendres volcaniques des autres poussières atmosphériques issues de sources différentes (particules de sable du Sahara par exemple que l'on distingue sur cette image satellite) ainsi que de fixer des seuils de concentration en cendre dangereux pour l'aviation.

Animation basée sur les images d'avis de dispersion du nuage volcanique diffusées par le VAAC de Londres - données émises le 24 mai à 6h00 UTC (prévision sur 18 heures); altitude actuelle du nuage éruptif estimée à ~5 km


25/05: ce matin, l'amplitude du tremor a nettement chuté, suggèrant que l'intensité de l'éruption est en train de clairement diminuer comme plusieurs sources le signalent. Hier soir, le flux de matériaux émis a été estimé à ~100 tonnes/seconde alors qu'il était de ~10.000 t/s au début de l'éruption. L'éruption semble bel et bien en train de se terminer, ce qui est habituel pour ce volcan dont les éruptions durent en général seulement quelques jours. Comme on le voit une des photos ci-dessous prise hier soir par un groupe de randonneurs, le cratère du Grimsvötn n'émet plus qu'un léger panache de vapeur d'eau. L'éruption semble donc quasi terminée !

18h00 HB: comme le tremor (Y ~4500) n'est pas encore revenu à son seuil de fond, le "background", (Y ~1500), les volcanologues considèrent que l'éruption n'est pas officiellement terminée. Par ailleurs, des visiteurs ont encore pu observer (voir photos et vidéo ci-dessous) des explosions phréatiques, même si de faible intensité.

Photo d'Arnar Stefánsson prise hier soir, 24/05. - Photo aérienne du cratère Grimsfjall prise le 24/05 par Björn Oddsson

Explosion phréatique au cratère Grimsfjall du Grimsvötn rempli d'eau de fonte (la hauteur du panache est d'environ 100 m) ; photo Kristján G. Kristjánsson

BBC video

 


31/05:L'éruption du volcan islandais Grimsvötn, qui a légèrement perturbé le trafic aérien en Europe la semaine dernière, est officiellement terminée, ont annoncé les autorités islandaises lundi. "L'éruption s'est terminée et nous allons lever les mesures de précaution posées autour du Grimsvötn", a déclaré à l'AFP Gudrun Johannesardottir, une porte-parole de la protection civile islandais. Il n'y a pas eu d'activité depuis samedi matin 28/05 à 07h00 GMT", a expliqué à l'AFP Steinunn Jakobsdottir, une géologue de l'Institut météorologique d'Islande, qui a déclaré l'éruption terminée en milieu de journée lundi.

Cette éruption du Grimsvötn est parmi les plus courtes que le volcan ait connu. Elle a duré 6 jours et demi. Néanmoins, les éruptions de 2004 et 1983 ont été encore plus courtes, durant respectivement 4 et 5 jours.

Les experts islandais ont déclaré  que l'éruption du Grimsvötn était probablement la plus puissante depuis celle de l'Hekla en 1947. Ce volcan sous-glaciaire a émis plus de cendre et de débris en 24 heures que l'Eyjafjallajökull en a éjecté durant 40 jours. I.R.O.


Début de l'éruption du Grimsvötn observé par le satellite américain GOES-13. Le panache volcanique apparaît clairement au centre de l'image. La vue oblique de la vue aide à souligner l'extension verticale de la colonne éruptive.

Autres photos montrant à distance le développement de la colonne éruptive initialement blanche (vapeur d'eau) puis virant vers le gris (cendre)


Le cratère (Grímsfjall Crater) du Grimsvötn en phase de repos. Une subsidence glaciaire aux environs du cratère encore chaud se traduit par des fissures concentriques.

Institut des Sciences de la Terre de l'Université d'Islande (page d'accueil)

Iceland Volcano and Earthquake blog

ERUPTIONS - Blog avec infos très détaillées d'Erik KLEMETTI

VAAC London - Graphiques des contours de dispersion du nuage volcanique islandais; codes pour l'aviation

Graphique du tremor en direct

Webcam

Retour page d'accueil

 

 

TELICA (Nicaragua) -- 20/05: après quelques années de relatif repos, cet édifice, situé dans la partie centrale de la chaîne des volcans du Nicaragua et à ~10 km de Managua, a émis plusieurs  panaches de cendre et gaz à plus de 1000 mètres au-dessus du cratère accompagnés d'une série (59) d'explosions entendues dans le secteur avoisinant. Les activités sismique et gazeuse ont progressivement augmenté depuis une semaine. Ce regain éruptif a provoqué l'évacuation  de 500 ouvriers d'une centrale géothermique proche du volcan et de la cendre est retombée sur des villages voisins du Telica. Selon l'INETER, l''activité actuelle du Telica n'est pas d'exceptionnelle. Cette séquence éruptive pourrait être due à l'expulsion, sous la pression des gaz volcaniques, de vieux matériaux accumulés suite à des éboulements intra-cratériques qui ont eu lieu au cours de ces dernières semaines de fortes pluies.. Video

 

.

Une explosion photographiée le 18 mai - Petite coulée pyroclastique

Au cours des 400 dernières années, la plupart des éruptions ont été relativement de faible intensité (1< VEI < 2).  Le Telica a tendance a produire des petits évènements explosifs, pouvant être accompagnés de lahars en saison des pluies, ainsi qu'un lac de lave visqueux. L'activité explosive actuelle est probablement la première signalée depuis 2008. En 2009 et 2010, de l'incandescence a été observée dans le cratère principal suggérant que le magma ne semble jamais avoir été très éloigné de la surface.

Retour page d'accueil

 

 

TUNGURAHUA (Equateur) -- 27/04; 30/04; 20/05; 25/05

27/04: les autorités équatoriennes ont fermé des écoles et évacué des résidents dans certaines zones proches du volcan. Le 26 avril, le cratère de la "Gorge de Feu en langue Quetchua" a expulsé une colonne de cendre haute de 7 km qui est retombée sur des habitations et des fermes. Le système de surveillance a détecté 6 explosions d'intensité modérée à forte. Selon certaines observations, des dommages aux récoltes, champs ainsi que des effets mineures sur la santé des gens ont déjà été signalés. Le regain d'activité a débuté le 20 avril sous la forme de petites explosions de gaz et de cendre. L'activité du volcan avait repris repris le 26 mars dernier. Pour rappel, le volcan est entré en éruption assez régulièrement depuis son réveil en 1999. Le plus récente éruption a eu lieu en décembre 2010. Les éruptions les plus importantes se sont produites en août 2006 et février 2008.  CNN News; Instituto Geofisico EPN

Webcam IG EPN du Tungurahua

30/04: le 29 avril, une violente éruption a expulsé dans les airs une colonne de cendre et de gaz à 10 km de hauteur, forçant les autorités à évacuer 300 résidants et à détourner des vols . De puissantes explosions ont fait trembler le sol et ont brisé des vitres. Des énormes blocs ont été retrouvés à plus de 2 km du cratère. Depuis cet évènement, l'activité a quelque peu baissé après la forte énergie volcanique libérée ce vendredi. Source; Instituto Geofisico EPN; Quotidien d'Ambato

L'éruption actuelle du Tungurahua est la plus importante depuis 1999. Quelques cités proches du volcan ont enregistré une accumulation de cendre sur 15.5 mm d'épaisseur. Le volume total de tephra a été estimé  à ~1.6 - 3 millions de m3 par l'Institut Géophysique d'Equateur.

 

Voir d'autres photos sur le site de "National Geographic Daily News"

Cette image spatiale, montrant le panache éruptif du Tungurahua, a été acquise par le capteur MODIS embarqué sur le satellite TERRA

20/05: l'activité du volcan a diminué en intensité durant du 12 au 16 mai. Plusieurs panaches gazeux se sont élevés à 200-300 mètres au-dessus du cratère. Le 15 mai, une petite explosion a libéré un nuage de cendre à ~500 mètres au-dessus du cratère. Le 16 mai, une panache éruptif a atteint l'altitude de 8 km et a dérivé vers l'est, le nord-est et le nord.. Des blocs incandescents ont été éjectés du cratère puis ont dévalé ~ 500 mètres sur les flancs. Des chutes de cendre ont été signalées dans la région de la rivière Negro.

25/05: le 17 mai dernier, l'IG a signalé que de nouvelles fumerolles étaient apparues à ~1 km sous le cratère, du côté du versant ouest. Du 17 au 23 mai, les explosions ont généré des panaches de gaz et de vapeur qui ont atteint des altitudes comprises entre 6 et 9 km, puis ont dérivé, pour la plupart, vers le S.O., O et le N.O.. Des chutes de cendre ont été signalées dans ces directions jusqu'à 8 km du cratère. Quelques retombées de cendre ont aussi été observées à Guadalupe (11 km au nord du cratère), à Ambatao (31 km au N.O.) et Penipe (15 km au S.O.). Le 17 mai, de l'incandescence émanait du cratère. Des blocs ont été expulsés du cratère les 17, 19 et 21 mai. Des bruits similaires à ceux de coups de canon ont été occasionnellement signalés et ont fait vibrer de grandes vitres dans les environs. Des colonnes de gaz-cendres se sont élevés aussi le 24 mai.

 Photo Instituto Geofisico EPN

Retour page d'accueil

 

 

KARANGETANG (archipel Sangihe, Sulawesi Nord, Indonésie): -- 11/03: le volcan est entré en éruption quelques heures seulement après le puissant (Ma=8.9 à ~24 km de profondeur) tremblement de terre qui a frappé la côte N.E. du Japon (foyer situé à 130 km au large de la ville de Sendai) et qui a été suivi d'un terrifiant tsunami. Selon les premières informations, l'éruption s'est déclenchée  soudainement peu après minuit (HL) sous de fortes pluies en ne laissant aucune possibilité d'évacuation préalable. Le volcan a expulsé des avalanches pyroclastiques le long des pentes ouest du cône. Selon les autorités locales, au moins 4 personnes auraient été tuées et plusieurs autres ont été sérieusement blessées. L'éruption la plus récente datait de juillet 2006. Jakarta Globe. L'état d'alerte maximale (4/4; code rouge) a été décrété le 18 mars alors que trois villages étaient évacués. Des coulées pyroclastiques et/ou avalanches de blocs ont à nouveau dévalé les flancs du cône et atteint une extension de 3.8 km ce 18 mars. Certaines coulées pyroclastiques ont détruit un pont, endommagé une habitation et piégé 31 personnes entre deux coulées. Le 19 mars, les flux à haute température ont atteint le bord de mer à 4 km du cratère. Le 20 mars, de nouvelles coulées pyroclastiques ont dévalé les flancs de l'édifice sur une longueur de 2 à 3 km. Plus de 1000 résidants auraient été évacués des villages menacés sur le flanc ouest du volcan.

02/04: le CVGHM a signalé que des matériaux incandescents avaient été expulsés du cratère du 21 au 23 mars à 50-75 mètres de hauteurs. Des coulées de lave visqueuses incandescentes relayées par des avalanches de blocs à leur front ont atteint une extension plus de 2 km. L'activité ayant progressivement ralenti par la suite, les autorités ont diminué le niveau d'alerte à 3/4.

Retour page d'accueil

 

 

KILAUEA (Big Island, Hawai, USA) -- 06/03: plusieurs évènements simultanés se sont produits ce 5 mars. Suite au retrait du magma sous le cône Pu'o'O'o, plusieurs effondrements ont eu lieu sur le plancher de son cratère. Des mesures effectuées par du personnel scientifique du H.V.O. ont montré que le fond du cratère avait baissé d'au moins 115 mètres durant la phase d'effondrement du 5 mars. Peu après, une fissure en échelons, longue de 2.3 km, s'est ouverte entre le cône du Pu'u O'o et le cratère Napau. Elle a libéré une série de petites fontaines de lave en rideaux hautes d'une vingtaine de mètres. Dans le même temps, le niveau du lac de lave de la bouche du Halema'uma'u chutait d'une façon significative. Selon Jim Kauahikaua, un scientifique du H.V.O., cet évènement est remarquablement similaire à l'éruption de 1997 qui s'est produite dans et à proximité du Napau Crater et a duré moins de 24 heures. Plus d'informations actualisées sur le site du H.V.O.; séquence vidéo retraçant les récents évènements;  webcam située à proximité de la partie ouest du système de fissures Kamoamoa.

.

Nuage de cendre issu d'un des épisodes d'effondrement du plancher du cratère du Pu'u O'o qui ont eu lieu le 5 mars (photo H.V.O.)

Une fissure éruptive longue de quelques dizaines de mètres s'est ouverte au S.O. du Pu'u O'o, entre le Pu'u O'o et la Napau Crater, dans une portion de forêt préservée par les laves (Kipuka);  (photo H.V.O.).

Autres photos et séquences vidéos de la crise éruptive du 5 mars ; Spectaculaires séquences vidéos : 1 -- 2 ; Webcam fissure éruptive du 5 mars

Vidéo montrant un spectaculaire effondrement de paroi à la bouche du Halema'uma'u le 4 mars dernier (photo H.V.O.)

26/03: un lac de lave est réapparu dans le cratère du Pu'u O'o après 17 jours d'absence. Une déflation soudaine a accompagné le retour de la lave dans le cratère et a été suivie d'une inflation vers 11h. Cette activité a été associée à une brève crise sismique du tremor. Webcam sur la bordure du cratère

Une partie du nouveau lac de lave dans le cratère du Pu'u o'o vu le 27 mars à 19h45 heure belge.

Retour page d'accueil

 

 

BULUSAN (île de Luzon, Philippines) -- 21/02: le volcan, situé à environ 600 km au S.E. de Manille, est entré en éruption ce lundi en expulsant bruyamment un panache éruptif à une hauteur de 2 km. De la cendre est retombée sur les villes de Casiguran et Juban situées au pied du volcan. L'armée a évacué ~1000 résidents de ces deux villes. Pour rappel, le volcan est en activité depuis le 8 novembre 2010. PHIVOLCS. Retour page d'accueil

Retour page d'accueil

 

 

SANTIAGUITO (complexe du Santa Maria; Guatemala) -- 12/02: les autorités guatémaltèques ont déclaré l’alerte jaune dans quatre municipalités du département de Retalhuleu (au sud-ouest du Guatemala) et trois dans le département de Quetzaltenango (à l’ouest), en raison de l’entrée en éruption du volcan Santiaguito, selon des informations émises par la "Coordinadora Nacional para la Reducción de Desastres" (Conred) dans un communiqué de presse. La mise en place de l’état d’alerte s’explique par l’augmentation de l’activité volcanique du Santiaguito. La Conred a informé que l’activité du volcan était surveillée de près afin de prévenir tout risque. En septembre 2010, le Santiaguito était déjà entré en éruption, une activité qui avait engendré deux importants flux pyroclastiques qui avaient transporté les cendres jusqu’à trois kilomètres de distance. Les municipalités affectées par ladite mesure d’urgence sont Santa Cruz Muluá, San Sebastián, San Martín Zapotitlán et San Felipe, à Retalhuleu; et Cantel, Zunil et El Palmar, à Quetzaltenango, selon des informations relayées par le journalEl Periódico;  "Les équipes de secours ont déclaré l’alerte jaune dans sept municipalités des départements de Retalhuleu et de Quetzaltenango, car les éruptions du colosse entraînent des colonnes de cendre qui s’élèvent à plus de 1000 mètres d’altitude, en plus de provoquer de constantes avalanches". Des résidents de San Marcos Palajunoj s’inquiètent des suites éventuelles de cette éruption dans les prochaines heures « Hier matin nous avons entendu quatre explosions, accompagnées d’éclairs, similaires à une tempête hivernale, dans la soirée il n’y a eu que deux explosions, avec une constante émission de cendres » a déclaré l’un des habitants, Mario Pérez.

A 13h15 du 11/02, un effondrement a causé une avalanche de blocs de grande ampleur générant une coulée pyroclastique qui a atteint une longueur de plus de 1000 mètres. Elle a soulevé une colonne de cendre haute de près de 600 mètres depuis la base du volcan. Des chutes de cendre ont été signalées dans plusieurs centres habités dépendant de la municipalité de El Palmar. INSIVUMEH

Le 8 ou 9 mars, une coulée pyroclastique s'est épanchée du dôme de lave en direction de l'est en déposant des matériaux dans le Rio Nima I. Un panache de cendre s'est élevé à une hauteur de 1 km avant de dériver vers l'est.  Des retombées de cendre ont été signalées à Quetzaltenango (Xela) située à 10 km au N.N.E. et à Retalhuleu localisé à 27 km au S.O.  INSIVUMEH

Les 17 et 18 mars, des avalanches et une coulée pyroclastique ont dévalé le flanc est. Un nuage de cendre a atteint 800 mètres de hauteur avant de dériver vers le S.E.. Du 20 au 22 mars, des explosions ont produit des colonnes de cendre qui sont montées à 700-800 mètres au-dessus du cratère du cône avant de dériver vers l'ouest et le sud-ouest. Le 22 mars, des avalanches de blocs sont descendues sur le flanc sud du cône actif Caliente . INSIVUMEH

02/04: l'INSIVUMEH a signalé qu'une explosion bruyante suivie d'une coulée pyroclastique sur le flanc est se sont produites au dôme du Caliente le 24 mars. Quelques heures plus tard, une explosion a généré un panache de cendre qui s'est élevé à 600 mètres au-dessus du cratère avant de dériver vers l'ouest. D'autres explosions modérées suivies d'avalanches de blocs ont eu lieu les 27 et 28 mars.

Retour page d'accueil

 

 

FUEGO (Guatemala) -- début février 2010: l'INSIVUMEH a signalé que, du 2 au 3 février, le volcan avait produit 27 explosions dont les panaches de cendre ont atteint des hauteurs de 200-500 m. au-dessus du cratère puis ont dérivé sur 7 km vers l'ouest et sud-ouest. Les explosions ont généré des ondes de choc qui ont été détectées à plus de 5 km à l'ouest et au sud-ouest, notamment dans les villages de Panimache I et II. Des avalanches de blocs sont descendus dans les vallées de Santa Teresa, Taniluyà, Cenizas et Trinidad vers le S.O.. Du 6 au 8 février, des explosions ont produit des nuages de cendre qui se sont élevés à 500 m. au-dessus du cratère. Une incandescence nocturne issue du cratère a été observée. G.V.P.

Retour page d'accueil

 

 

KIRISHIMA (île de Kyushu; Japon): - < 27/01 : mise à jour

Retour page d'accueil

 

 

BROMO-Caldeira du Tengger (île de Java; Indonésie) -- 27/01: l'activité, qui a débuté en décembre 2010, se poursuit. Les 22 et 23 janvier, le cratère du cône de cendre a émis des nuages de cendre à 400-800 m. de hauteur et, le 22/01, des matériaux incandescents, éjectés à 200 m. au-dessus de la bordure du cratère, sont retombés à 500 mètres de là. Le niveau d'alerte 3/5 est maintenu (interdiction de pénétrer dans un rayon de 2 km autour du cratère). Des concentrations élevés de SO2 ont été détectées.

10/02: le CVGHM a signalé qu'une explosion avait expulsé des bombes volcaniques le 5 février. Quelques unes sont retombées à 1.2-1.4 km du cratère. Du 5 au 8 février, une colonne grise-brune de cendre s'est élevée jusqu'à 400-800 m. au-dessus du cratère et a dérivé vers l'E.N.E.. Des matériaux incandescents ont été éjectés à 200-300 m. au-dessus du cratère et certains blocs sont retombés à 500 m. de là. Une sismicité de haute amplitude et un tremor volcanique ont été détectés. L'alerte reste au niveau 3/5 signifiant que les résidents et touristes ne peuvent entrer dans une zone de 2 km autour du cratère.  CVGHM . Photos

02/04: le CVGHM a signalé que le cône de cendre avait éjecté à 400-800 mètres de hauteur des panaches de cendre gris-bruns du 22 au 25 mars qui ont dérivé vers le S.O., N.E. et E. Des blocs  incandescents ont été bruyamment expulsés 300 mètres au-dessus du cratère et sont retombés à plus de 500 mètres les 22 et 23 mars. Ensuite, l'activité strombolienne a progressivement diminué. L' échelle d'alerte est toujours au niveau 3/4 et la zone d'exclusion reste fixée à 2 km autour du cratère.

Photo © Dr Richard ROSCOE (mars 2011)

Retour page d'accueil

 

 

KIZIMEN (Kamchatka; F. de Russie) -- 20/01: ce volcan connaît une activité faible à modérée, associée à une activité sismique, depuis décembre 2010. Une anomalie thermique dans le cratère a été détectée par certains satellites utilisant le spectre infra-rouge (ASTER-TIR notament) depuis la reprise d'activité du mois dernier. Plusieurs colonnes éruptives, riches en cendre, atteignant régulièrement l'altitude de croisière des vols civiles ont nécessité le passage du code d'alerte pour l'aviation à l'orange. Des chutes de cendre intermittentes plus ou moins importantes ont également été signalées ainsi que des coulées pyroclastiques de faible amplitude. Prises de vue aériennes -  Photos  

Retour page d'accueil

 

 

TURRIALBA (Costa Rica) -- 18/01: des résidents de la région du Turrialba ont signalé des chutes  mineures de cendre et avir entendu des grondements ainsi qu'une forte odeur de soufre le 14 janvier. Quelques personnes ont été évacuées. Néanmoins, les enregistrements sismiques de l'OVSICORI ne montrent pas d'activité sismique associée à une activité explosive. Le volume des retombées de cendre a été également beaucoup moindre comparée à celui retombé les 4-5 janvier 2010. Rapport OVSICORI

Retour page d'accueil