Principales activités volcaniques de 2010 commentées sur ce site...

New Page 1

 

 

PAGE SPECIALE : "ERUPTION du VOLCAN ISLANDAIS EYJAFJÖLL"

L'éruption semble bel et bien terminée (un lac de 300 m. de large s'est niché dans le cratère sommital)!

 

 

 

 

Page spéciale "Eruption 2010 du Merapi"

 

 

PITON de la FOURNAISE (île de la Réunion, France) -- 10/12: jeudi (09/12) soir vers 22h40 le Piton de la Fournaise est entré pour la troisième fois de l’année en éruption. Une éruption à quelques jours des fêtes de fin d’année qui en ravira plus d’un, si elle se maintient. La longue fissure éruptive, environ 500 mètres, se situe sur la face Ouest du volcan, juste au dessus de la Chapelle Rosemont, soit exactement en face du Pas de Bellecombe, accessible au plus grand nombre sans aucun effort. L’enclos lui est évidemment fermé, les nouvelles coulées ont déjà recouvert de larges portions du sentier vers le sommet. Voici les images de l’éruption prises très tôt ce vendredi. Clicanoo

Dernière minute : l’éruption du piton de la Fournaise qui a débuté cette nuit vers 22 heures 40 s’est essoufflée en début d’après-midi. Depuis 13h30, l’observatoire n’enregistre plus d’activité. Dommage pour tous ceux qui espérait pouvoir l’admirer cette nuit du Pas de Bellecombe. Clicanoo. Cette troisième éruption de l'année n'aura donc été qu'une éruption "éclair" !

 

Le Piton de la Fournaise est entré en éruption hier soir, pour la troisième fois cette année. Hier matin, l’observatoire volcanologique avait enregistré deux phases d’intense sismicité associées à une remontée de magma, qui ont entraîné l’évacuation des randonneurs et la fermeture de l’enclos. En début de soirée, une nouvelle crise sismique a débuté, qui a débouché sur une éruption, à 22 h 42. L’éruption est visible du Pas de Bellecombe où il fait très beau ce matin. Plusieurs coulées s’écoulent du sommet. La plus grande s’arrête à 400 mètres au-dessus de la chapelle Rosemont. Fournaise Info

Lire aussi les communiqués de l'Observatoire Volcanologique de la Réunion.

 

SHIVELUCH (Kamchatka, Féd. de Russie) -- 03/12: le volcan a éjecté une colonne de cendres jusqu'à une altitude de 5.5 km, ce qui pourrait bien induire un danger pour le survol des avions. Selon le service géophysique du Kamchatka (Académie des Sciences de Russie), des flots de lave sont en train de couler sur les pentes de l'édifice volcanique. Rappelons que le Shiveluch est régulièrement actif depuis décembre 2006. KVERT

Vue spatiale (ISS) du Shiveluch datée du 10 juillet 2007

 

TUNGURAHUA (Equateur): -- 02/12: le volcan a expulsé des fragments de roche incandescente et de la cendre qui est retombée sur la ville thermale de Banos. Cette recrudescence d'activité fait suite à l'éruption que le volcan a connu le mois dernier pendant laquelle il a émis une colonne éruptive haute de plus de 7 km. Des déviations de plan de vol de plusieurs compagnies aériennes sont envisagées. IG

04/12: les autorités équatoriennes ont décrété aujourd'hui le niveau maximum d'alerte aux alentours du volcan Tungurahua, dans le centre du pays, dont l'activité a brutalement augmenté dans la matinée. "Nous avons déclaré l'alerte rouge dans la zone d'influence en raison du processus éruptif du volcan", a déclaré lors d'une conférence de presse Felipe Bazan, numéro deux du Secrétariat national de gestion des risques (Défense civile). Le directeur de l'Institut de géophysique de Quito Hugo Yepez a précisé que l'alerte rouge concernait les localités situées jusqu'à huit kilomètres de distance de ce volcan de 5.029 mètres d'altitude, lui-même situé à quelque 135 km au sud de Quito, dans la province de Chimborazo. Depuis samedi matin, a précisé l'institut, "un regain d'activité sismique très rapide et soutenu", a été observé, accompagné d'expulsion de matériau incandescent et de cendres. La ville touristique de Banos, en contrebas du volcan, et comptant 15.000 habitants, est particulièrement concernée ainsi que les localités de Cusua, Juibe Chico et Bilbao, où des évacuations partielles de population ont été ordonnées. Le Figaro. Rappelons que le Tungurahua est le siège d'éruption plus ou moins violentes depuis 1999 et que l'une d'elles a tué au moins 4 personnes en 2006 en ensevelissant plusieurs villages.

Photo Patricio Realpe, AP

 

BROMO (Java, Indonésie) -- 30/11 : le Mont Bromo situé à l’est de l’île de Java a connu une activité plus soutenue qu'habituellement (panaches de cendres de quelques centaines de mètres de hauteur) depuis 4 jours. L’éruption n’a pas fait de victimes et peu de dégâts, mais le nuage de cendres projeté dans l’atmosphère a poussé les responsables de l’aéroport de Malang, à une vingtaine de kilomètres, à fermer le site pour cinq jours. Une mauvaise nouvelle pour le tourisme, le volcan étant l’un des lieux de visite favoris des Indonésiens. AFP news. Le volcan a été placé en alerte 2/4 ("waspada") par le CVGHM. Rappelons que le 8 juin 2000, une éruption du cône de cendre, qui avait duré seulement 20 minutes, avait tué deux touristes présents sur la bordure du cratère.

28/12: si vous aviez prévu de réveillonner sur le Mont Bromo, votre projet risque fort de ne pas pouvoir se réaliser. En effet, les autorités ont demandé à la population de rester à l écart de la région qui reste couverte d'une couche d'un centimètre de cendre. En certains endroits, la visibilité n'excède pas 10 ou 20 mètres quand le vent se lève. De plus, le volcan continue à émettre des panaches jusqu'à 1500 mètres de hauteur. La cendre va probablement affecter le tourisme car les hôtels à proximité du volcan font état de dégâts subis par leurs installations. Plusieurs d'entre eux ont fermé car les toitures se sont effondrées sous le poids de la cendre. Outre les coupures de courant et la pénurie d'eau potable, la cendre pose de très gros problèmes à l'agriculture. Grâce à son sol très fertile, la région du Bromo joue un rôle essentiel dans l'agriculture de l'est de Java. Les autorités indiquent que la cendre a détruit de vastes zones de cultures : 755 hectares de pommes de terre, 625 hectares de choux, 33 hectares de tomates et 215 hectares d'oignons. Jakarta Post

 

BULUSAN (île de Luzon, Philippines) -- 08/11: le volcan le plus méridionale de l'île de Luzon est entré en éruption ce week-end. Tôt ce lundi, un nuage de cendre s'est élevé à quelque 700 mètres au-dessus du sommet situé à une altitude de 1565 mètres. Des experts ont indiqué lundi qu'il n'y avait aucune nécessité de faire évacuer les six villages situés près du volcan pour le moment. Jusqu'à maintenant, seulement 200 villageois ont trouvé refuge dans une école primaire. Les autorités des Philippines ont distribué des masques à gaz aux individus vivant près que du volcan Bulusan. La dernière éruption date de 2007. METRO Montréal

21/11: des habitants de deux villages ont été évacués aux Philippines après que le Bulusan ait craché une colonne de cendres ont annoncé dimanche les autorités. Le volcan a propulsé dans les airs une colonne éruptive haute de deux kilomètres dont la cendre a recouvert sur quelques mm une zone proche du volcan. Environ 750 personnes ont été évacuées depuis le regain d’activité du Bulusan le 6 novembre, a déclaré le responsable du contrôle des catastrophes Jose Lopez. PHIVOLCS

Le niveau d'alerte est passé de 0 à 1 sur une échelle de 5 avec une zone d'exclusion de 4 km autour du cratère. D'autres informations sont à lire sur le site du PHIVOLCS

 

GRIMSVÖTN (Islande) -- 01/11: une éruption ou un réveil du volcan est peut-être en cours au volcan Grimsvötn situé sous la calotte glaciaire du Vatnajökull, le plus grand glacier d'Europe. La dernière éruption de ce volcan sous-glaciaire a eu lieu en 2004 et avait causé une fonte de glace/neige qui avait généré une crue d'inondation. Quelques séismes ont précédé la probable éruption/réveil (depuis jeudi 28/10) qui n'a pas encore été confirmée visuellement à l'heure actuelle. Iceland Review

02/11: selon certains scientifiques islandais, une éruption pourrait débuter après la crue qui est en cours. Si le scénario était identique à celui de 2004, l'éruption pourrait démarrer aujourd'hui après-midi. Iceland Review.

03/11: le niveau d'eau de la rivière Gígja est encore monté aujourd'hui. Tôt ce matin, le niveau était de à 4.8 m. et le débit de 1650 m3/s alors que le niveau d'eau était de 3.8 m. et le débit de 630 m3/s hier. Il n'y a cependant aucun signe d'éruption actuellement. Iceland Review

04/11: à l'heure actuelle, la crue de la rivière Gígja a diminué et un survol effectué hier au-dessus de la zone du Grimsvötn n'a pas permis de détecter de signes d'activité volcanique . Iceland Review

 

SHIVELUCH (Kamchatka, Russie) - 28/10: le volcan Shiveluch est entré en éruption en éjectant un panache de cendre qui a atteint une altitude de 10 km (asl). La cendre a recouvert la communauté de Ust-Kamchatksky située à environ 90 km du volcan.

Séquence vidéo BBC

Dans le même temps, le Kliouchevskoi a également connu un regain d'activité libérant des nuages de cendre à haute altitude, dérivant vers l'est, ce qui a forcé plusieurs vols intercontinentaux à se détourner.

Image du capteur MODIS (satellite AQUA) montrant le nuage de cendre s'élevant à haute altitude; NASA Goddard/MODIS Rapid Response Team

 

PITON de la FOURNAISE (île de la Réunion, France): -- 15/10: après une assez longue crise sismique, le volcan est finalement entré en éruption le 14 octobre à 19h10 au sud du sommet, à 2 000 mètres d’altitude, dans le secteur du cratère Château-Fort. C'est la première fois depuis avril 2007 que l'activité a lieu si loin du sommet et du Dolomieu. Fournaise info.

Source photo : "Clicanoo"

Séquence vidéo prise du ciel -- Séquence vidéo prise du sol

 

PLANCHON-PETEROA (Chili) - 07/09: le service géologique et des mines chilien (SERNAGEOMIN) a signalé une éruption explosive de ce volcan, en date du 06/09, qui a produit une colonne de cendre jusqu'à 1.2 km au-dessus du complexe volcanique avant d'être transportée vers l'est sur une distance de 30 km. 

Les observations réalisées lors d'un survol effectué le 07/09 ont pu déterminé que l'activité éruptive produit des explosions de faible intensité, peut-être d'origine phréatomagmatiques, similaires aux phases mineures de l'éruption de 1991. Le cratère actuellement actif est le cratère S.O. qui a été habituellement  le siège, durant plusieurs années, d'une activité fumerollienne persistante. SERNAGEOMIN.

Photos © SERNAGEOMIN

 

 

Mont SINABUNG (Nord Sumatra, Indonésie) -- 29/08: ce volcan endormi depuis plusieurs siècles (la dernière éruption daterait de ~1600) semble s'être réveillé depuis le 26 août dernier quand il a commencé à projeter de la cendre et des gaz. Des résidents des villages environnants ont entendu des bruits de tonnerre issus du volcan ce qui a provoqué une certaine panique parmi eux. L'éruption, qui a commencé ce samedi 28 août vers minuit après plusieurs jours de secousses sismiques, a expulsé un panache éruptif à 1.500 mètres au-dessus du cratère duquel s'échappe une coulée de lave, a déclaré à Reuters Surono,  chef du Centre Indonésien de Volcanologie. Depuis lors, au moins 12.000 personnes habitant sur les pentes de la montagne haute de 2.460 mètres ont été dirigées vers des abris provisoires. La région autour du volcan est essentiellement rurale. Le volcan a été placé en alerte rouge.

30/08: le volcan a connu une nouvelle éruption à 06h30 locales (23h30 GMT) qui a duré environ 15 minutes. Les gaz et les cendres sont montés au moins à 2.000 m., a indiqué Agus Budianto, volcanologue.  Face au danger que constitue la projection de cendres et de gaz/vapeur, il a été conseillé aux compagnies aériennes de dérouter leurs avions de la zone. Pour lire des informations plus détaillées sur cette éruption et d'autres volcans indonésiens, voir le site web du "Volcanology and Geological Disaster Mitigation Center of Indonesia" en association avec la page "Google traduction".

03/09: une nouvelle éruption, la plus violente depuis son réveil il y a moins d'une semaine après 400 ans de sommeil, s'est produite ce jour.
Le volcan est entré en éruption à 4h38 (21h38 GMT) et pendant 13 minutes, envoyant dans l'air une colonne de cendres à plus de 3.000 m. C'est la plus grosse éruption depuis le réveil du volcan dimanche, a indiqué à l'AFP le volcanologue officiel, Agus Budianto. Depuis jeudi soir, un intense mouvement de magma" à l'intérieur du volcan a été enregistré. Lorsque l'éruption a débuté, elle a été ressentie jusqu'à 8 km de distance. Depuis dimanche, plus de 20.000 personnes habitant dans un rayon de 6 km autour du volcan ont été évacuées mais certains refusent de quitter leur village situé pourtant sur les flancs de la montagne.

07/09: une éruption explosive s'est produite le 07/09 à 00h23 et a duré une quinzaine de minutes. L'évènement a été précédé par des secousses superficielles à partir du 06/09 à 21h00 HL.  Un bruit de tonnerre a été entendu et une forte vibration durant 5 minutes a été ressentie à 8 km au S.E. du Sinabung. L'émission d'une épaisse colonne de cendre noire, inclinée vers le S.E., a atteint 5000 m. de hauteur. PVMBG

Autres photos du volcan.

 

Séquences vidéos réalisées le 30 août montrant notamment l'épaisse colonne de cendre (de 2 bouches distinctes) s'échappant du sommet du Sinabung.

Séquence vidéo tournée le 14 avril 2008 par de jeunes excursionnistes indonésiens au sommet du Mt Sinabung où il y fait bien frais ! La partie intéressante se trouve au début de la séquence.

Le Gunung Sinabung est un strrato-volcan d'âge quaternaire dont les flancs sont parsemés de nombreuses coulées de lave. La migration des bouches sommitales le long d'une ligne N-S a donné une forme allongée au complexe des cratères sommitaux. Le cratère le plus récent de ce volcan andésito-dacitique se trouve à l'extrémité sud des 4 cratères sommitaux qui se chevauchent partiellement. Une activité solfatarienne a été observée au sommet et sur les flancs supérieurs en 1912. G.V.P..

 

GALERAS (Colombie Sud) -- 25/08: le volcan est entré en éruption en forçant 278 personnes à évacuer leur domicile. Marta Calvache de l'INGEOMINAS a déclaré que l'éruption de cendre, gaz et vapeur s'est produite à 4h (9h GMT) ce mercredi. Aucun dégât n'a été signalé jusqu'à présent.  Cet évènement éruptif a été de basse intensité. La colonne éruptive a produit des anomalies thermiques détectées par la caméra IR de l'Observatoire de Pasto. Aucune trace de projectiles balistiques n'a été détectée. L'altitude de la colonne éruptive fût assez faible. Des émissions de gaz et de cendres sous la forme de pulses, visibles de Pasto, ont atteint une hauteur de ~300 m. au-dessus du cratère. Depuis l'évènement explosif, l'activité sismique liée au volcan est continue suggérant que le système volcanique reste instable et susceptible de produire d'autres explosions. INGEOMINAS Pasto.

 

SOUFRIERE HILLS (Montserrat, Petites Antilles) - 06-13 août:  le M.V.O. signale qu'une faible activité d'émission de cendre et de vapeur ainsi que des éboulements rocheux ont été observés du 6 au 13 août. La plupart de l'activité s'est concentrée dans le fossé d'effondrement surplombant vers l'ouest la vallée de Gages. Le 6 août, un panache de cendre s'est élevé jusqu'à 1 km au-dessus du dôme de lave et une coulée pyroclastique a dévalé la vallée de Gages le 8 août . L'échelle de risques est maintenu u niveau 3.

 

KARANGETANG (Archipel Sangihe, Nord Sulawesi; Indonésie) - 06/08: le Karangetang, un des volcans les plus actifs d’Indonésie, est entré en éruption ce vendredi, faisant plusieurs blessés graves selon les autorités locales. Le volcan est situé dans les Célèbes, une des îles de l’archipel indonésien dans l’est du pays. De la lave et des cendres ont été éjectées à plusieurs centaines de mètres de hauteurs. Plusieurs personnes ont été gravement blessées et quatre personnes sont portées disparues. Près de 4.000 personnes avaient dû être évacuées lors de la dernière éruption importante du volcan, en juillet 2006. Source: "Le Soir" via AFP. Selon les informations du journal "Jakarta Globe", les autorités craignent qu'au moins 4 personnes auraient été tuées et que plusieurs autres seraient sévèrement blessées. L'éruption a été si soudaine qu'aucune évacuation préalable n'a été possible. Le volcan est entré en éruption peu après minuit, heure locale, lorsque de fortes pluies ont ébranlé le dôme de lave incandescent en libérant des volutes de gaz à plus de 600°c, probablement suite à un effondrement partiel du dôme.  Des nuages de gaz et de lave, probablement des coulées pyroclastiques, ont dévalé les pentes ouest de l'édifice volcanique, détruisant sur leur passage au moins 7 habitations a déclaré un agent de l'administration de la gestion des désastres nationaux. Un total de 22.000 personnes résident sur l'île de Siau. Pour info, voir le statut des volcans indonésiens

 

 

 

 

PAGE SPECIALE : "ERUPTION du VOLCAN ISLANDAIS EYJAFJÖLL"

 

 

 

 

YASUR (île de Tanna, Vanuatu) - 29 mai: le volcan connaît une recrudescence d'activité significative depuis le 27 mai dernier suite à un regain d'activité depuis janvier. L'état d'alerte a été élevé au niveau 3 depuis le 27/05 et l'accès au cratère est formellement interdit. Le volcan éjecte des bombes qui atteignent les points de vue réservés au visiteurs et la zone de stationnement des véhicules alors que la cendre retombe sur les villages avoisinants. Vanuatu Geohazards Observatory. A noter que des vols à destination des Iles Loyautés en Nouvelle-Calédonie (Lifou, Maré) ont été annulés à cause du nuage de cendre libéré par le volcan Yasur situé à ~250 km à l'est.

 

TUNGURAHUA (Equateur) - 29 mai: le volcan a connu un accroissement soudain de son activité depuis hier. Une violente explosion s'est produite à 8h47 HL et a été suivie d'une émission continue et soutenue de matériaux durant plusieurs heures. La colonne éruptive riche en cendre a atteint environ 10 km d'altitude. Le nuage de cendre s'est dirigé vers l'ouest et le sud-ouest causant des retombées de cendre sur plusieurs villages de la cordillère centrale et même jusqu'à Guayaquil, seconde ville du pays située sur la côte Pacifique.  Plusieurs coulées pyroclastiques ont dévalé le versant ouest et nord-ouest du volcan mais n'ont pas atteint les zones habitées. I.G. Plusieurs centaines de résidents des zones menacées ont été évacués rapidement. A noter que plusieurs aéroports internationaux de la région, ceux de Quito, Guayaquil et Lima, ont subi des perturbations suite au nuage de cendre.

Forte explosion le 7 juin

16 juin: malgré d'occasionnelles mauvaises conditions de visibilité, des observations du sommet réalisées du 9 au 12 juin ont permis de voir des panaches de cendre et de vapeur qui se sont élevés de 5.5 à 8 km d'altitude. Des chutes de cendre ont été signalées dans de nombreuses zones au N.O., O. et au S.O. du volcan. Des blocs, certains incandescents, éjectés au cours d'explosions ont dévalé le long des flancs sur plus d'un km. Certaines explosions ont généré des détonations de coup de canon et ont fait vibrer les vitres quasi quotidiennement. Le 15 juin, une explosion a produit un panache de cendre qui s'est élevé à une altitude de 7 km et s'est ensuite déplacé vers l'ouest.

 

PACAYA (Guatemala) - 28 mai: l'état de catastrophe naturelle a été décrété dans deux départements du Guatemala par le président du pays Alvaro Colom en raison de l'activité croissante du volcan Pacaya (sud), dont les cendres ont atteint la capitale Guatemala. L'autorité aéronautique civile du pays avait annoncé hier soir la suspension des vols à l'aéroport de la capitale. "Tous les vols sont suspendus en raison de la quantité de cendres tombée sur la piste.
Mercredi 26/05, l'éruption du volcan Pacaya, haut de 2.552 mètres, a commencé à s'intensifier avec des projections de lave, de gaz et de cendres, et s'est encore accentuée la journée de jeudi 27/05.
Cet évènement a causé la mort d'une journaliste alors que trois disparus ont été signalés dans les trois départements placés en état de catastrophe naturelle. AFP

Le volcan Pacaya est entré dans une nouvelle phase éruptive depuis plusieurs jours. Des explosions se sont produites au cratère du cône Mac Kenney et des colonnes de cendre ont atteint une altitude comprise entre 1000 et 1500 m. et se sont déplacées du sud vers le nord, donc en direction de la capitale, à une vitesse de 18 km/h. La microsismicité a augmenté et jusqu'à 1300 microsecousses ont été enregistrées en moyenne sur 10 minutes. L'aéroport international de La Aurora est resté fermé.  INSIVUMEH

29 mai: la forte activité du volcan se poursuit et est caractérisée par une augmentation du nombre et de l'intensité des explosions de type strombolien accompagnées d'intenses émissions gazeuses et de cendre fine qui s'élèvent jusqu'à 600 à 800 mètres au-dessus du cratère. Les matériaux fins se déplacent vers le nord-nord-ouest et affectent les zones de San Francisco de Sales, Calderas, et Amatitlán. Un nouveau front lavique en aval de deux bras incandescents est apparu en face du Cerro Chino. La longueur de ce flot de lave est pour le moment de ~1000 m. et la largeur de 100 ~m. INSIVUMEH

 

 

ARENAL (Costa Rica) -- 24 mai: une dizaine d'avalanches (entre 12 et 15 selon certains), issues d'éboulements suite à une déstabilisation du dôme de lave sommital, se sont échappées vers midi (18H00 GMT) du cratère situé à 1.633 mètres d'altitude. Par précaution, les autorités ont immédiatement fermé le parc national où se trouve le volcan. "Il y a eu plusieurs spasmes, des sortes d'avalanches qui ont flué le long des flancs du volcan", a déclaré à l'AFP le volcanologue E. Duarte, de l'Observatoire Volcanologique et Sismologique du Costa Rica. OVSICORI ; La Nacion

Un nouveau petit cône, situé à l'est du sommet (en direction de l'ancien cratère D de l'Arenal) est le siège d'explosions sourdes éjectant des bombes et autres produits pyroclastiques qui couvrent une zone circulaire autour du sommet.  A cause de l'exigüité de la zone où le nouveau cône est en train se s'édifier, d'autres effondrements se produiront sans doute dans le futur. OVSICORI

 

 

RINJANI (île de Lombok, Indonésie) - 24 mai: selon certaines sources, 3 éruptions, accompagnées de trémors, ont eu lieu les 22 et 23 mai. Des matériaux incandescents et de la cendre ont été éjectés jusqu'à 2 km de hauteur. Les panaches de cendre ont dérivé sur une distance de 12 km et ont causé des retombées de cendre dans plusieurs zones. Des flots de lave se sont épanchés à l'intérieur de la caldera et ont causé une augmentation de la température de l'eau du lac qui est passée de 21 à 35°c. G.V.P.

 

SANTIAGUITO (Guatemala) - 26/04: ce volcan, situé à 205 km à l'ouest de Guatemala Ciudad, a libéré un panache éruptif exceptionnellement puissant (altitude 8.3 km) ce lundi 26/04. Le nuage de cendre a traversé 6 provinces en causant des craintes parmi les résidents. Après cette éruption, le volcan Santiaguito est le siège de ~ 2 explosions, faibles à modérées, par heure expulsant des colonnes de cendre à 3-3,5 km d'altitude qui sont ensuite transportées vers le N.E.. INSIVUMEH. Selon Alvajo Rojas Menendez, technicien-observateur local de l'INSIVUMEH, un effondrement s'est produit sur la bordure S.O. du cratère qui a généré des coulées pyroclastiques brûlant la végétation à proximité du volcan.

 

EGON (île de Florès, Indonésie) -- 13/04: le volcan montre un regain d'activité depuis fin mars, caractérisé par une augmentation du nombre et de l'intensité des petites secousses. L'activité sismique s'est fortement accrue durant ces derniers jours. Dans le même temps, le cratère de l'édifice, haut de 1703 m. situé à 55 km à l'est de la capitale de district Maumere, est aussi le siège d'un faible dégazage. Le CVGHM (Centre de Volcanologie du Département de l'Energie et des Mines d'Indonésie) a relevé le statut d'alerte du niveau 1 au 2, ce qui correspond à la phase de réveil du volcan ("waspada"). GVP

 

KIRISHIMA (île de Kyushu; Japon) -- 30/03: une éruption du Shinmoe-dake, un stratovolcan appartenant au complexe volcanique du Kirishima, a causé l'élévation de l'état d'alerte du niveau de 1 à 2 (sur une échelle de 5 ). La cendre a recouvert une zone à l'ouest du cratère. JMA

Sur cette photo, on aperçoit le cratère dégazant abritant un lac (dernière éruption en août 2008).

 

EGON (île de Florès, Indonésie) -- 13/04: le volcan montre un regain d'activité depuis fin mars, caractérisé par une augmentation du nombre et de l'intensité des petites secousses. L'activité sismique s'est fortement accrue durant ces derniers jours. Dans le même temps, le cratère de l'édifice, haut de 1703 m. situé à 55 km à l'est de la capitale de district Maumere, est aussi le siège d'un faible dégazage. Le CVGHM (Centre de Volcanologie du Département de l'Energie et des Mines d'Indonésie) a relevé le statut d'alerte du niveau 1 au 2, ce qui correspond à la phase de réveil du volcan ("waspada"). GVP

 

CONCEPCION (Nicaragua) -- 19/03: MANAGUA, 19 mars 2010 (AFP) - Le volcan Concepcion, situé sur l’île d’Ometepe du lac Nicaragua, a enregistré vendredi de violentes explosions avec des projections atteignant un kilomètre d’altitude, selon un institut officiel nicaraguayen (INETER). Ces explosions, accompagnées de légères secousses sismiques, ont nécessité l’envoi d’une centaine de militaires chargés de l’éventuelle évacuation des villageois au cas où l’activité du volcan, entamée en janvier, deviendrait franchement dangereuse pour les habitants et touristes présents. INETER

 

TURRIALBA (Costa Rica) - 07/03: l' OVSICORI a signalé que des scientifiques avaient visité le volcan durant la nuit du 7 mars dernier. Un panache gazeux, s'élevant à 1.5 km du cratère, a été observé cette nuit là et s'est déplacé vers le N.O.. Les bruits issus du cratère ont été décrits comme ressemblant à ceux de moteur de jet et  des grondements ont aussi été signalé. Une bouche, formée en janvier, émettait des gaz à haute température entre 300 et 320°c. De petits blocs, de 3 à 12 cm de diamètre et de différentes couleurs, parsemaient le sol autour de l'évent. Des fragments lithiques (< matériau ancien non juvénile), dont la température était de 170°c, ont été éjectés à 30-50 m. de la bouche. L'incandescence nocturne était issue de la bouche qui a éjecté les téphras de couleur rougeâtre.

 

IWO JIMA (archipel Izu-Mariannes; Japon): une éruption sous-marine s'est produite mercredi 03/02 à environ 5 km au N.N.O. de l'île d'Iwo Jima, éjectant dans les airs un panache de cendre blanche et de vapeur d'eau. L'éruption est celle du volcan Fukutokuoka no Ba qui est entré en éruption le plus récemment en juillet 2005. L'évènement a eu lieu à 7h45 HL à environ 1300 km au sud de Tokyo. Des éruptions sous-marines se sont produites dans cette zone en 1904, 1914 et 1986 en édifiant de petites îles temporaires, assez rapidement englouties par les flots.

Voir aussi une séquence vidéo (de qualité médicore)

 

 

TUNGURAHUA (Equateur) -- du 05/01 au 10/01 : l'IG a signalé que des panaches de gaz et de cendre ont atteint une altitude de 6.5 km asl et se sont déplacés vers le N.O.. L' émission de SO2 a été estimée à 3200 tonnes/jour, dix fois supérieure à celle des mois précédents. Le 07/01, la durée et l'amplitude du tremor ont augmenté et des signaux révélateurs d'explosions ont été détectés. Les 6 et 7 janvier, des blocs incandescents ont été éjectés et sont retombés dans le cratère. L'incandescence du cratère a été quelques fois observée durant la nuit. Des chutes de cendre sur une épaisseur de 5 mm ont été signalées dans les zones O et S.O. les 9 et 10 janvier. Des détonations et des vibrations de vitres ont été occasionnellement notées durant cette période. IG

Entre les 20 et 23 janvier, des fontaines de lave et des explosions ont éjecté des blocs incandescents qui sont retombés et ont dévalé sur les flancs du cône volcanique. Le 26 janvier, une explosion a produit un panache de cendre qui a atteint une altitude de 9 km asl. Des chutes de cendre ont été signalées dans des zones situées au N.O., O et O.S.O. du cratère.

Du 16 au 23 février, le réseau sismique de l'IG a détecté des signaux liées à des explosions. Malgré la couverture nuageuse masquant partiellement la visibilité, des panaches de cendre, s'élevant à des altitudes de 6-8 km asl, ont été observés et sont sont dirigés vers le S, S.O., O et E.N.E.. Des retombées de cendre ont été signalées quasi quotidiennement dans les zones S.O. et S. Des blocs ont dégringolé les flancs le 18 février. Par ailleurs, le 20 février, des lahars ont emprunté des vallées entaillant les flancs N.O. et O.. Le 21 février, de petites avalanches de blocs sur le flanc N ont généré des coulées pyroclastiques.

 

TURRIALBA (Costa Rica) -- 06/01: le volcan, situé à 40 km à l'est de San Jose, est entré en éruption en début d'après-midi du 05/01, a annoncé l'observatoire de volcanologie OVSICORI,  provoquant l'évacuation des populations avoisinantes (40 personnes) même si la zone du volcan n'est pas bien peuplée. Le Turrialba ne s'était pas manifesté depuis une période d'activité de 22 ans qui avait débuté en 1864. L'activité fumerolienne a progressivement augmenté depuis 2005 et s'est intensifiée depuis deux ans.

Le 05/01 à 14h28 HL, un résidant de la localité La Central, située dans le secteur S.E. du volcan, a signalé avoir entendu une forte explosion au volcan Turrialba et, plus tard, des voisins ont signalé une chute de cendre blanche. Selon certains autres, un son incessant, ressemblant au bruit d'un autocuiseur à pression sur le point d'éclater, a été entendu dans la partie haute du volcan. Selon  Eliécer Duarte de l'OVSICORI, ce matériau blanchâtre pourrait représenter l'étape initiale d'éjection de matériaux juvéniles. Des agents du Parc National du Volcan Irazu ont également signalé la présence de cendre sur les véhicules stationnés dans la zone du parking du Parc National de l'Irazu. Depuis la mi-décembre 2009 jusqu'au 04/01, les enregistrements sismiques étaient principalement constitués d'évènements sismiques de type LP (basse fréquence / longue période) associés à une diminution importante du tremor volcanique. Le 04/01, une augmentation significative du tremor volcanique a été observé alors que les évènements de type LP diminuaient. Une équipe de l'OVSICORI s'est rendue sur les lieux et on attend donc de plus amples informations à propos de cette éruption attendue. Voir aussi le quotidien "La Nacion" et le site de la "Comisión Nacional de Prevención de Riesgos y Atención de Emergencias". Le CNE a placé le volcan au deuxième niveau d'alerte, alerte verte (c'est le stade de réveil).

Photos du Turrialba (août 2008)

Des géologues du Réseau Sismologique de l'Université du Costa Rica ont visité ce matin 06/01 le cratère du volcan où ils ont confirmé une expulsion de cendre et une activité éruptive constante et vigoureuse. Selon les scientifiques, l'activité volcanique a lieu dans le cratère S.O. qui émet un panache de cendre migrant vers l'ouest affectant les communautés du canton d'Oreamuno (villages de San Pablo et San Rafael). Il pleut copieusement dans la zone du volcan et la nébulosité est importante gênant l'observation du volcan. Le CNE est en train d'analyser l'éventualité d'évacuer l'ensemble du bétail (300 têtes) de la ferme "La Central". L'analyse des cendres émises par le volcan est en cours et de son résultat dépendra les mesures ultérieures à prendre, en fonction de l'origine magmatique juvénile ou non du matériau magmatique émis. "La Nacion". Il est à noter que le VAAC de Washington ne signale à ce jour aucune émission de cendre significative dans la zone du volcan Turrialba.

06/01: le CNE a porté le niveau d'alerte au stade jaune (2/3) suite aux fortes retombées de cendre dans deux cantons de la région de Cartago. A cause du mauvais temps (visibilité quasi nulle), les scientifiques n'ont pas pu observer la provenance des matériaux émis, soit du cratère principal ou de fissures ouvertes sur le flanc nord du volcan. Des experts du Réseau de Sismologie ont déclaré que le cratère ouest (N.O.) présentait deux nouvelles fissures d'où sortent gaz et vapeur d'eau. Selon l'un des experts, Mora Mientras, l'expulsion de cendre a eu lieu à partir d'une bouche dans ce cratère.  A l'heure actuelle, ils ont écarté l'hypothèse qu'une explosion violente se soit produite, une explosion de type magmatique accompagnée de roches incandescentes et de lave. Voir aussi les infos (en espagnol) du Réseau Sismologique National de l'Université du Costa Rica (galerie photos du Turrialba)

Carte des risques volcaniques du Turrialba et photos satellite du volcan ("La Nacion")

Séquence vidéo tournée dans la région du Turrialba

07/01: sur la base des enregistrements sismiques, des compte rendus de personnes sur le terrain et des moyens de communication, les experts de l'OVSICORI peuvent déduire l'occurrence de plusieurs explosions phréatiques à partir d'un point situé dans le cratère ouest ou dans ses environs. C'est dans ce cratère que la majeure partie de l'activité s'est concentrée et s'est produite depuis un peu plus de 4 ans. C'est également depuis ce site que les principaux changements physiques ont eu lieu, tels que les glissements de terrain (en dedans et en dehors du cratère), les phénomènes de fissuration, les éboulements vers le fond de la bouche et l'apparition continue de fumerolles majeures.

Le matériau retombé peut être décrit comme des fragments de roche de taille submillimétrique (généralement lourd et solide, de couleur sombre) accompagnés de portions de poussière fine issue d'une roche (couleur blanchâtre ou gris). La granulométrie de la couche répartie dans un rayon de 4 km autour du cratère est assez uniforme. Elle est formée de grains de matériaux rocheux pulvérisés et probablement préexistants. Il n'y a pas d'indications d'un apport magmatique juvénile (magma nouveau) dans les échantillons observés. Les grains ou particules exhibent des irrégularités avec des bordures coupantes et une porosité préexistante. Voir le rapport préliminaire OVSICORI 07/01.

Voici le témoignage que Laura du "Turrialba Volcano Lodge" m'a envoyé : " El volcan hizo emanaciones de ceniza de un cráter nuevo en el sector oeste, en este momento ya no las esta haciendo.  Gracias a que llovia mucho la ceniza se lavaba y no hizo tanto daño en los proteros del ganado.  No se ha observado incandesencia en el volcan simplemente es erupción de materiales residuales"-- "Le volcan a émis des cendres d'un nouveau cratère dans le secteur ouest. A présent (07/01), l'émission de cendre a cessé. Les fortes pluies ont favorisé le lessivage de la cendre ce qui a réduit les dommages au bétail. Aucune incandescence n'a été observée au volcan; c'est simplement une éruption de matériaux résiduels".

08/01: les éruptions de cendres éjectées par le volcan Turrialba ont eu lieu à partir de deux nouveaux cratères percés dans le complexe cratériforme principal du massif (d'après le cliché de R. Mora, à l'O.S.O. du cratère ouest), la première a un diamètre de 30 mètres et la seconde de 20 mètres. Les experts ont également déterminé hier une importante augmentation de la température dans le cratère principal. La température, habituellement aux environs de 200°c au cours de l'année passée, est passée à 500-600°c selon Raúl Mora. La forte élévation de la température pourraît s'expliquer par la proximité de magma (frais). Selon cet expert, la cendre provient de roches résiduelles accumulées lors de la dernière éruption de 1866. Réseau Sismologique du Costa Rica.

Les deux nouvelles bouches, situées sur la bordure de la cuvette cratériforme, libèrent des gaz à haute température (500-600°c)

09/01: les deux nouvelles bouches issues de l'éruption phréatique du 05/01 se sont unies hier 08/01 pour n'en former plus qu'une. Lire la traduction du rapport de l'OVSICORI UNA.  A l'heure actuelle, l'émission de cendre a cessé. Lire la traduction du rapport de l'OVSICORI UNA

10/01: un survol du volcan a été effectué dans la matinée du 09/01 et a permis d'observer très clairement la zone de l'éruption du 05/01 dernier. On y voit la nouvelle bouche éruptive allongée (< éruption phréatique; 65x20 m.) qui provient de l'union de deux bouches ~circulaire préexistantes. On y voit aussi la couleur bleuâtre de la colonne de gaz, probablement du gaz d'origine magmatique riche en SO2. La taille des matériaux éjectés est comprise entre le mètre et quelques cm et la direction d'expulsion est ~ S.O.. Rapport E. Duarte OVSICORI UNA.

Vues aériennes du cratère ouest du Turrialba. E. Duarte OVSICORI UNA.

Galerie de photos aériennes du Turrialba sur le site de l'OVSICORI-UNA

NEW ! Webcam diffusant des images du cratère du Turrialba

 

 

GALERAS (Sud Colombie) -- 03/01: une éruption explosive a eu lieu ce samedi 02/01 à partir de 07h43 et aurait duré environ 30 minutes selon les enregistrements sismiques; avec une phase très énergétique durant les 10 premières minutes de l'évènement. Des ondes sonores et vibratoires ont été générées par l'explosion et percées par les habitants de la zone environnant le volcan.  De plus, il y a eu une émission de blocs et cendres de haute température qui ont produit une incandescence et ont même provoqué, lors de leur retombée, des incendies sur les flancs de l'édifice volcanique. Le VAAC de Washington a estimé la hauteur de la colonne éruptive à ~12 km au-dessus du sommet. Du point de vue de l'énergie sismique libérée, cette éruption est similaire à celle du 17/01/2008 et son énergie libérée est près de 9 fois supérieure à celle qui a été estimée lors de l'éruption du 20/11/2009. INGEOMINAS Pasto

 

PITON de la FOURNAISE (île de la Réunion, France) -- 02/01: le Piton de la Fournaise a commencé l'année en fanfare avec une nouvelle éruption au sommet du volcan qui a débuté à 14h30 (heure locale). C'est la troisième éruption depuis deux mois (5/11/2009 & 14/12/2009). Clicanoo; Détails de l'éruption en cours via un communiqué sur le site de l'O.V.P.F.

Un panache de cendre s'échappe du cratère Dolomieu. Séquence vidéo

03/01: selon l'O.V.P.F. l’ensemble des paramètres enregistrés à 7h10 indiquent une stabilisation de l’éruption sommitale à la fois dans sa localisation et dans son intensité

 

NYAMULAGIRA (République Démocratique du Congo) -- 02/01: le volcan, situé dans le Parc National des Virunga à l'Est du pays et à 22 km de la ville de Goma, est entré en éruption ce samedi à l'aube. Des coulées de lave se dirigent vers une zone non habitée du Parc. La lave pourrait menacer l'existence d'une colonie d'une quarantaine de chimpanzés protégés. La lave a pris la direction du nord-est, vers le parc national des Virunga. Dans la journée, cette lave avait déjà atteint plus de 500 mètres de distance à partir du point de sortie. Séquence vidéo BBC

 

MAYON (île de Luzon, Philippines) -- 14/12/09: après la survenue de 5 petites explosions de cendre et 43 séismes d'origine volcanique durant les 24 dernières heures, le PHIVOLCS a rehaussé l'alerte du niveau 2 à 3.  Vidéo; Photo "Le Soir"

 

20/12/09: le PHIVOLCS a placé le volcan en alerte 4/5 impliquant l'interdiction de pénétrer dans un rayon de 8 km autour du cratère. Des centaines de secousses d'origine volcanique secouent actuellement l'édifice volcanique. Aujourd'hui, une première explosion a expulsé un nuage grisâtre qui a atteint une hauteur maximale de 500 m. au-dessus du cratère. Un tremor harmonique a fait également son apparition. Les observations de nuit indiquent que la lueur liée à l'incandescence s'intensifie et que les matériaux dégringolent du cratère en continu. Le front lavique a atteint à présent une distance de 4,5 km le long de la gorge de Bonga-Buyan. Mercredi 16/12, une reconnaissance aérienne avait révélé l'existence de deux dômes de lave dans le cratère. Du 19/12 au 20/12, les émissions de SO2 ont plus que triplé passant de 2034 t/j à 7024 t/j. Depuis le début de la crise éruptive, environ 50000 personnes auraient été évacuées et mises à l'abri. Toutes ce données alarmantes suggèrent une éruption majeure imminente. Une éruption majeure peut déclencher des coulées pyroclastiques, mélange de gaz volcaniques à très haute température et de débris volcaniques qui peuvent dévaler les flancs du volcan à très grande vitesse. Des projections de cendres très étendues peuvent aussi avoir lieu. Lors des précédentes éruptions majeures du Mayon ces dernières années, de telles coulées pyroclastiques ont descendu jusqu'à six kilomètres du cratère sur le flanc sud, une zone agricole dont la plupart des habitants ont été évacués selon M. Salceda, gouverneur de la province d'Albay, à environ 340km au sud-est de la capitale philippine Manille.

 

24/12/09: 21 explosions de cendre ont été observées lorsque la visibilité était  bonne. Les colonnes éruptives ont atteint une hauteur maximale de 1,5 km au-dessus du cratère. Des fontaines de lave hautes de 500 m. ont été observée en début de nuit alors que 124 bruits de grondement et d'explosion ont été entendues durant les 24 dernières heures. Le taux d'émission de SO2 se maintient aux environs de 6000 t/j. PHIVOLCS.

02/01: les signes d'activité du volcan restent relativement élevés. Toutefois, cette phase de réveil, caractérisée par une séismicité relativement modérée, des émissions gazeuses élevées et une lueur rougeâtre continue au sommet sont des phénomènes généralement associés à un retour progressif à la normale (période de repos). Le système volcanique est encore sensé continuer à générer des séismes et à libérer une grande quantité de gaz étant donné que du magma frais réside toujours dans les conduits volcaniques et à proximité du sommet. PHIVOLCS. Données chiffrées disponibles du PHIVOLCS illustrées sous forme graphique : 1. SO2 & Séismes (du 14/12/09 au 02/01/10); 2. Explosions & Éboulements (du 25/12/09 au 02/01/10).

Autres photos du Mayon et des activités d'évacuation des personnes menacées par l'éruption.

Photos publiées sur le site du journal "Le Soir"(photos AP, AFP et EPA.).

05/01: le niveau d'alerte a été abaissé de 3/5 à 2/5 le 02/01.

Le volcan Mayon en éruption (Province d'Albay; Philippines) par Nathalie Duverlie

 

SOUFRIERE HILLS (île de Montserrat, Petites Antilles):

18/03: des fortes pluies tombées les 8 et 9 mars on provoqué une dégradation des parties restantes du dôme de lave et le déclenchement le 9 mars d'une série d'écoulements pyroclastiques d'ampleur faible à modérée dans la vallée de Gages vers l'ouest. Les observations le 26 février de l'intérieur du cratère au sommet du dôme montre qu'il est peu profond (< 100 m) et d'une largeur d'environ 200 m. Il n'y a pas d'évidence d'une nouvelle extrusion de lave dans le cratère.

24/02: le volcan est redevenu très calme depuis l'éruption paroxysmale du 11 février dernier. Selon les informations du M.V.O., l'imposante coulée pyroclastique, qui s'est dirigée vers le N.E. est entrée en mer sur une distance maximale de 650 mètres. Les dépôts de nuées ardentes, générés par une série d'explosions, de flots et de fragments balistiques de ponce, ont une épaisseur d'environ 15 mètres dans la région de Trants localisée sur le côté N.E. De violentes coulées pyroclastiques, qui se sont dirigées vers le nord, ont rasé jusqu'à leur fondation plusieurs édifices à Harris et Streatham alors que des arbres se sont couchés au passage des nuées ardentes dans la zone de la colline de Gun ainsi qu'en amont de la rivière Farm. A présent, il y a un grand cratère au sommet du dôme séparé par un profond escarpement sur la face nord. L'alerte a été ramenée au niveau 3. M.V.O.

Lire le rapport à propos de l'activité durant la semaine du 05/03 au 12/03

Animation illustrant la modification

Images satellitaires ASTER illustrant les spectaculaires changements géomorphologiques au sud de l'île de Montserrat suite à la crise éruptive de 2009-2010 qui a duré 5 mois au total. "Earth Observatory NASA".

D.E.M./M.N.T. ("zip") de l'édifice de Soufrière Hills (S.H.) en octobre 2008 réalisé par © Alino à partir de la carte des courbes de niveaux du massif de S.H. (M.V.O.) -- Visualisation en 3D du fichier DEM au moyen des logiciels gratuits 3DEM ou MICRODEM

Animation de type "morphing" illustrant la modification approximative de la morphologie de l'édifice de Soufrière Hills entre 02/2000 (données DEM < STRM) et 10/2008 (DEM < données MVO). Erreur Z : ~30 m. Vue en perspective 3D vers l'Est.  © Alino

Animation illustrant la modification du paysage basée sur les DEM/MNT drapés par une image de la NASA (29/12/2009). Cliquez sur l'image pour visualiser une carte 2D reportant les courbes de niveau du DEM résiduel.

Ces images satellitaires en fausses-couleurs prises respectivement les 14 mars 2007 et 21 février 2010 montrent la moitié sud de l'île de Montserrat . Les zone rouges sont celles couvertes de végétation, les nuages sont en blanc, les zones bleues/noires représentent l'eau de mer et les zones grises sont celles recouvertes par des dépôts pyroclastiques. Les dépôts récents tendent à être plus clairs que les dépôts plus anciens. Sur l'image du 21 février, les drainages issus de l'édifice volcanique, comprenant la vallée de la rivière Tar, la vallée de la rivière Blanche et la vallée de la rivière Belham sont remplis par des dépôts frais. Rappelons que les coulées pyroclastiques ont atteint la mer à Ayers Ghaut ("Ghaut" = vallon étroit/goulet) le 18 janvier 2010 et sont entrées en mer le 5 février dernier à proximité de Plymouth (White River Valley).

11/02: un effondrement partiel du dôme de lave s'est produit le 11/02. L'évènement a duré 55 minutes. L'activité des coulées pyroclastiques a augmenté à 12h35, le premier pic a débuté à 13h04 et l'évènement a décliné à 13h30. Les coulées pyroclastiques les plus importantes se sont dirigées vers le N.E., où se situe l'ancien aérodrome de de Trants, jusqu'à la mer. Des déferlements pyroclastiques ont parcouru la surface de l'eau au large du flanc N.E. de l'île. Des nuées ardentes se sont aussi dirigées vers Tyers Ghaut et Belham Valley atteignant même Cork Hill (colline de Cork). La colonne de cendre s'est élevée jusqu'à plus de 15 km (selon les rapports de pilotes). M.V.O. L'aéroport de Pointe-à-Pitre à la Guadeloupe a été fermé suite aux abondantes chutes de cendre sur l'île et plusieurs vols ont du être détournés sur d'autres îles caribéennes.

 


Voir les spectaculaires  photos de Marco Fulle (S.o.L.)

Voir les fabuleuses photos de Thomas Boeckel  & Martin Rietze


A partir du 8 février, l'activité a été concentrée sur le flanc occidental du dôme. Le 9 février, l'essentiel de l'activité s'est déplacé du côté ouest vers le côté nord du dôme de lave bien que les coulées pyroclastiques du 11 février se soient dirigées simultanément vers l'ouest, le N.E. et vers le nord. M.V.O.


05/02: à 13h49 HL, une explosion vulcanienne s'est produite. Elle a duré 7 minutes générant des coulées pyroclastiques surtout vers l'ouest. Elles ont atteint rapidement Plymouth et puis la mer sur un front d'un demi kilomètre. De plus courtes coulées pyroclastiques, longues de plus de 2 km, ont aussi emprunté les goulets de Tyers au N.O. et de Whites au N.E.. Un panache éruptif s'est élevé rapidement à plus de 7 km. L'activité précédant le paroxysme a été caractérisée uniquement par des émissions de cendre bien que l'évènement ait coïncidé avec un cycle d'activité accrue.  M.V.O.


Durant la période du 15 au 22 janvier, le M.V.O. a signalé que l'activité du dôme de lave a été variable alors que sa croissance se poursuivait. Des cycles d'émissions de cendre vigoureuses, des éboulements et des coulées pyroclastiques se sont produites toutes les 6 à 8 heures. De légères chutes de cendre se sont produites dans la partie N.O. de l'île. Le 18 janvier, un petit effondrement sur le flanc ouest du dôme de lave a généré une importante coulée pyroclastique qui a parcouru 4 km dans la vallée de Gages puis dans les goulets de Spring et d'Aymer atteignant la mer à Kinsale au sud de Plymouth. Les nuages de cendre associés aux coulées pyroclastiques ont atteint une altitude de 3 km alors que plusieurs habitations de Kinsale ont été incendiées ou ensevelies. L'état d'alerte reste au niveau 4..


08/01/10: à 14h49, un puissant épisode de coulées pyroclastiques s'est produit. Un effondrement de téphras en fontaine, associés à des fragments balistiques, a été observé au départ de l'évènement sur la bordure N.E. du volcan. De larges flots pyroclastiques se sont écoulés vers le N.E., atteignant la mer en contrebas de White Bottom Ghaut et est parvenu à quelques centaines de mètres en contrebas de Tuitts Ghaut. Les coulées ont dévalé également vers le N.O. en contrebas de Tyers Ghaut et sont entrées dans la vallée de Belham. Ces coulées ont remonté la pente sur une distance de près de 300 m. à proximité de Air Studios. Les nuées ardentes se sont aussi dirigées vers l'ouest et Plymouth. Les coulées ont emprunté le lit de la vallée de la rivière Tar. L'évènement a duré 11 minutes et il n'y a eu aucun évènement sismique précurseur à cet effondrement. Cet épisode éruptif est probablement du à l'effondrement d'une partie du dôme de lave sommital. Des photographies prises à 3 jours d'intervalle (30/12/09 et 02/01/10) ont en effet mis en évidence la présence d'une excroissance supplémentaire du dôme, haute de 60 m. et large de 100 m. Cette analyse photographique a démontré que la taille et la forme du dôme de lave peuvent rapidement changer et qu'une quantité significative de lave a été ajoutée à la région sommitale dans la partie septentrionale du dôme de lave durant ces 3 jours. A posteriori, cette importante et rapide addition de lave au dôme de lave a donc eu comme conséquence l'effondrement partiel du dôme en générant des coulées pyroclastiques, essentiellement sur les flancs nord et ouest. M.V.O.


12/12/09: l'activité de Soufrière Hills s'est encore intensifiée. Le 10/12 à 6h40 HL, une vaste coulée pyroclastique a déferlé dans le vallon Tyers Ghaut et a atteint l'extrémité ouest du village de Lees sur la rivière Dyers, à environ 3,5 km du dôme de lave. Cet évènement a forcé le M.V.O. a élevé l'alerte du niveau 3 au niveau 4. Une des implications est l'éventualité d'écoulement de nuées pyroclastiques majeures dans la vallée de la rivière Belham suite à l'effondrement partiel du dôme de lave impliquant potentiellement plusieurs millions de m3 de matériaux. Depuis le 24/11, l'augmentation de l'activité éruptive a été associée à la croissance du dôme de lave sommital qui s'est concentrée sur la face nord aboutissant à une excroissance d'un lobe large de 100 m en direction du nord impliquant de nouveaux matériaux mobilisables en coulées pyroclastiques. Durant le semaine du 4/12 au 11/12, des nuées ardentes, de plus en plus longues, ont dévalé par le vallon Tyers. M.V.O.


25/11/09: à partir de 12h50, des coulées pyroclastiques ont dévalé durant deux heures, quasi continuellement, la vallée Gages et le Goulet du Printemps, en atteignant une longueur maximale d'environ 3 km. Un certain nombre de coulées pyroclastiques sont également descendues par le Goulet de Tuitt au nord-est. Cet épisode éruptif reflète probablement l'effondrement d'une petite portion du dôme de lave. Postérieurement, des coulées pyroclastiques plus vigoureuses ont dévalé les vallées Gages et Tuitt de manière sporadique après l'événement principal. M.V.O.

 

RESUME de l'ACTIVITE ERUPTIVE (format Word 97; < traduction rapport "SAC14" du M.V.O.) du 4/10/2009 au 11/02/2010

 

 

Eruptions 2004 à 2009 commentées sur ce site.