Principales activités volcaniques de 2009 commentées sur ce site...


 

Cliquez pour visionner une séquence vidéo spectaculaire du volcan West Mata situé à 1200 m. de profondeur au large des îles Samoa (Pacifique)

MAYON (île de Luzon, Philippines) -- 14/12: après la survenue de 5 petites explosions de cendre et 43 séismes d'origine volcanique durant les 24 dernières heures, le PHIVOLCS a rehaussé l'alerte du niveau 2 à 3.  Vidéo; Photo "Le Soir"

15/12: le PHIVOLCS a placé le volcan en alerte 3/5 impliquant l'interdiction de pénétrer dans un rayon de 6 km autour du cratère. Plus de 20000 personnes ont déjà été évacuées et mises à l'abri.

20/12: le PHIVOLCS a placé le volcan en alerte 4/5 impliquant l'interdiction de pénétrer dans un rayon de 8 km autour du cratère. Des centaines de secousses d'origine volcanique secouent actuellement l'édifice volcanique. Aujourd'hui, une première explosion a expulsé un nuage grisâtre qui a atteint une hauteur maximale de 500 m. au-dessus du cratère. Un tremor harmonique a fait également son apparition. Les observations de nuit indiquent que la lueur liée à l'incandescence s'intensifie et que les matériaux dégringolent du cratère en continu. Le front lavique a atteint à présent une distance de 4,5 km le long de la gorge de Bonga-Buyan. Mercredi 16/12, une reconnaissance aérienne avait révélé l'existence de deux dômes de lave dans le cratère. Du 19/12 au 20/12, les émissions de SO2 ont plus que triplé passant de 2034 t/j à 7024 t/j. Depuis le début de la crise éruptive, environ 50000 personnes auraient été évacuées et mises à l'abri. Toutes ce données alarmantes suggèrent une éruption majeure imminente. Lors des précédentes éruptions majeures du Mayon ces dernières années, de telles coulées pyroclastiques ont descendu jusqu'à six kilomètres du cratère sur le flanc sud, une zone agricole dont la plupart des habitants ont été évacués selon M. Salceda, gouverneur de la province d'Albay, à environ 340km au sud-est de la capitale philippine Manille.

 

24/12: 21 explosions de cendre ont été observées lorsque la visibilité était  bonne. Les colonnes éruptives ont atteint une hauteur maximale de 1,5 km au-dessus du cratère. Des fontaines de lave hautes de 500 m. ont été observée en début de nuit alors que 124 bruits de grondement et d'explosion ont été entendues durant les 24 dernières heures. Le taux d'émission de SO2 se maintient aux environs de 6000 t/j. PHIVOLCS.

27/12: données chiffrées disponibles du PHIVOLCS illustrées sous forme graphique ( du 14/12 au 27/12)

02/01/2010: les signes d'activité du volcan restent relativement élevés. Toutefois, cette phase de réveil, caractérisée par une séismicité relativement modérée, des émissions gazeuses élevées et une lueur rougeâtre continue au sommet sont des phénomènes généralement associés à un retour progressif à la normale (période de repos). Le système volcanique est encore sensé continuer à générer des séismes et à libérer une grande quantité de gaz étant donné que du magma frais réside toujours dans les conduits volcaniques et à proximité du sommet.  PHIVOLCS. Données chiffrées disponibles du PHIVOLCS illustrées sous forme graphique : 1. SO2 & Séismes (du 14/12/09 au 02/01/10); 2. Explosions & Éboulements (du 25/12/09 au 02/01/10).

Autres photos du Mayon et des activités d'évacuation des personnes menacées par l'éruption.

Photos publiées sur le site du journal "Le Soir"(photos AP, AFP et EPA.).

 

 

PITON de la FOURNAISE (île de la Réunion, France) -- 14/12 : une nouvelle éruption a débuté vers 18h30, localisée sur la face Sud du volcan où deux fissures éruptives y ont été identifiées, alors qu’au mois de novembre la faille était située côté Est. Une nouvelle fois, il s’agit d’une éruption au sommet du cratère Dolomieu. Selon les premiers témoignages des lueurs seraient visibles depuis Le Tremblet. Vers 20h30 une 3ème fissure s’est ouverte sur le flanc Est, toujours au niveau sommital du volcan. Clicanoo -- O.V.P.F.

Photo O.V.P.F.

Photos (webcam) O.V.P.F.

L’éruption sommitale qui avait débuté hier soir vers 18h45 (heure locale GMT+4) s’est terminée dans la nuit à 00h40 (GMT+4) après une diminution progressive de l’alimentation en magma à partir de minuit (heure locale). O.V.P.F.

 

GALERAS (Sud Colombie) -- 21/11: un évènement explosif s'est produit  le 20/11 à 20h37 HL et a été accompagné par des ondes sonores, qui ont pris la forme de mugissements, entendues depuis différentes zones autour du volcan. Depuis le village de San Cavetano sur la route menant au Galeras, cinq explosions ont été signalées mais aucune odeur de gaz soufré n'a été détectée. L'incandescence liée à l'éruption a été observée durant plusieurs minutes depuis plusieurs secteurs. Le Centre d'Information des Risques liés aux dispersions de Cendre dans l'atmosphère, le VAAC de Washington, a estimé l'altitude de la colonne éruptive à environ 10 km avec une dispersion préférentielle vers le nord où plusieurs villages ont été affectés par des retombées de cendre. A noter que le signal sismique associé à cet évènement explosif a été de moindre énergie que ceux liés à l'éruption du 30 septembre 2009 dernier. L'alerte rouge est bien sûr en vigueur. Depuis le début de l'année, c'est le huitième épisode explosif majeur du volcan. L'alerte rouge est bien sûr en vigueur. INGEOMINAS PASTO

Image thermique mise en ligne par l'INGEOMINAS de PASTO

Sismogrammes de l' "INGEOMINAS-PASTO" montrant de nombreux séismes VT associés à l'activité volcano-tectonique du Galeras

 

KLYUCHEVSKOY (Kamchatka, Russie) -- 15/11: une petite coulée de lave s'écoule sur les pentes S.E. du volcan après que le magma ait rempli son cratère sommital à raz bord. De plus, le volcan continue à éjecter des roches jusqu'à une hauteur de 200 mètres au-dessus de son cratère. Rianovosti

 

 

ETNA (Sicile Orientale, Italie) -- 08/11: une activité strombolienne s'est produite à partir de vendredi (06/11) soir au sommet de l'Etna au niveau de la fracture qui débute sur les basses pentes du flanc SE du cône SE (lieu où se sont produites les activités les plus récentes). Selon l'INGV-CT, l'activité se poursuivait en date du 10/11. Plus d'infos (communiqués de mise à jour) sur le site INGV-CT

 

PITON de la FOURNAISE (île de la Réunion, France) -- 05/11 : le volcan est entré en éruption peu avant 21h30 après qu'un séisme de magnitude 3 ait secoué la zone du volcan à 6h04. Une coulée s’échappe sur le flanc extérieur est sud-est du cratère Dolomieu.  Des fontaines de laves sont visibles depuis Piton Sainte-Rose. Clicanoo; le quotidien de l'île.

06/11: Le survol de reconnaissance effectué à 6h45 (GMT +4) avec les moyens héliportés de la Gendarmerie Nationale a permis de confirmer que deux fractures se sont ouvertes dans le flanc sud, sud est et est du cratère sommital Dolomieu. Chacune des fissures a laissé échapper une coulée de lave atteignant l’altitude de environ 1970 mètres. Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise

07/11: l’épisode éruptif de jeudi soir aura duré moins d’une nuit. Le Piton de la Fournaise s’est tu, mais pas rendormi. L’absence de dégonflement du sommet du volcan laisse envisager une suite à cette éruption éclair.

Andrea Di Muro, responsable de l’observatoire volcanologique, explique : “Nous avons eu cette crise sismique de la nuit du 18 au 19 octobre au cours de la laquelle du magma est monté jusqu’à 500 mètres sous le sommet. Nous pensons que cette éruption a simplement vidé la tuyauterie”. En réalité, le volcan est toujours sous pression, l’éruption n’ayant mis en jeu que des laves stockées très superficiellement - comme le montre le faible volume émis - sans puiser dans le réservoir localisé au niveau de la mer. Un survol effectué hier matin par l’observatoire avec la gendarmerie a permis de constater que la coulée est descendue du bord est du cratère Dolomieu (2 530 m environ) jusqu’au sentier de secours qui ceinture le cône terminal du volcan, à 1 970 m d’altitude environ. Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise.

 

MAYON (île de Luzon, Philippines) -- 29/10: le PHIVOLCS a signalé une explosion mineure de cendre le 28 octobre à 5h32 HL. Celle-ci a produit un panache de cendre brunâtre qui s'est élevé à 600 m. au-dessus du cratère et a ensuite migré vers le N.E.. Durant les dernières 24 heures, le réseau sismique a enregistré 13 secousses d'origine volcanique. L'émission de vapeur  d'eau a été modérée alors qu'une émission de 250 t/j de SO2  a été mesurée le 27/10. Une lueur rougeâtre apparaît régulièrement au-dessus du cratère et peut être observée lorsque la visibilité est suffisante. Le niveau d'alerte reste au niveau 2 sur une échelle de 5.

11/11: à 01h58 HL, une explosion de cendre s'est produite au sommet du Mayon. Cet évènement a été enregistré par le réseau sismique sous la forme d'un signal de type explosif qui a duré 3 minutes. L'explosion a été accompagnée par des grondements. Des fragments de roche incandescents ont été observés sur les pentes supérieures à partir de plusieurs villages alentours. Durant les dernières 24 heures, le réseau sismique a enregistré 20 secousses d'origine volcanique. PHIVOLCS

 

NEVADO del HUILA (Colombie) -- 21/10 : le 16 octobre dernier, sur la base d'images webcam, un panache de cendre s'est élevé du cratère jusqu'à une hauteur de 1 km. Des retombées de cendre et des odeurs soufrées ont été signalées dans plusieurs  zones environnantes. En parallèle, la sismicité a augmenté amenant le niveau d'alerte à passer du niveau I au niveau II (orange; éruption possible endéans quelques jours ou semaines). INGEOMINAS - INGEOMINAS Popayan.

Photo du sommet du Huila prise le 23 octobre par un membre de l'Observatoire de Popayan

Le survol du volcan du 23/10 dernier a permis de voir que l'édifice était complètement couvert de cendre et que deux centres principaux d'émission de gaz et de cendre étaient localisés dans la partie supérieure du Pic Central. Une extrusion de nouveaux matériaux magmatiques a également été mise en évidence au nord du dôme qui s'est mis en place en novembre 2008. Les images issues de la webcam durant la semaine ont révélé un dégazage intense du système caractérisé par des émissions pulsantes de cendre. L'agence VAAC (Centre international des menaces liées aux cendres volcaniques) a diffusé 8 rapports d'avertissement sur base d'images satellitaires qui montrent des colonnes de cendre atteignant parfois 5000 mètres au-dessus du sommet du volcan. Selon les données du capteur OMI embarqué sur le satellite AURA de la NASA, le volcan aurait libéré 7793 tonnes/jour de SO2 le lundi 26 octobre dernier.

12/11: les survols effectués les 4,6 et 10/11 ont révélé que le dôme de lave continue de croître à un taux élevé et continu. Le volume estimé du nouveau dôme de lave est de près de 25 millions de m3. De petits effondrements se sont produits dans la partie ouest du dôme. INGEOMINAS Popayan

 

REVENTADOR (Equateur) -- 21/10 : l'I.G. a signalé que les observations de terrain effectuées les 16 et 17 octobre derniers ont confirmé la présence d'une coulée de lave sur le flanc sud de l'édifice. Des émissions de gaz et de vapeur d'eau ont également été notées sur le dôme de lave en croissance. Des anomalies thermiques satellitaires ont été détectées sur le cratère les 6, 11 et 14 octobre derniers. Le 14 octobre, la sismicité a augmenté et une séquence de tremor harmonique a été identifiée. Au même moment, plusieurs personnes résidant dans la zone ont signalé des grondements et observé une faible incandescence issue du cratère. Au cours d'un survol effectué le 16 octobre, les scientifiques ont aperçu le dôme de lave et une coulée de lave sur le flanc nord. Des gaz bleutés (SO2) étaient émis. Selon les images thermiques, les zones incandescentes du cratère exhibaient une température de 300°c. Par ailleurs, des blocs incandescents ont été éjectés du cratère.  I.G. (rapports récents relatifs à cette activité éruptive).

 

Mont GARET (Ile de Gaua; archipel Banks; Vanuatu) - 21/10 : le 13 octobre dernier, l'Observatoire des Menaces Naturelles du Vanuatu ("Vanuatu Geohazards Observatory") a confirmé que le Mont Garet est entré en éruption sur base de levés de terrain effectués par des scientifiques du 3 au 7 octobre. Les enregistrements sismiques ont révélé l'existence de multiples explosions et un flux de SO2 de 3000 m3 a été mesuré le 3 octobre. L'alerte a été relevée au niveau 2 sur une échelle de 5.

Un dense panache éruptif s'élève du Mt Garet

Mont GARET (Ile de Gaua; archipel Banks; Vanuatu) - 0512: l'Observatoire des Risques Géologiques du Vanuatu a signalé qu'une importante explosion s'est produite le 18 novembre dernier au Mont Garet. Elle a libéré des denses panaches de cendre. La séismicité a augmenté le 25/10 et est demeurée significativement élevée jusqu'au 24/11. Selon d'autres informations, une autre explosion aurait eu lieu le 26/11 qui aurait forcé l'évacuation de 300 personnes suite à des chutes de cendre. L'alerte a été rehaussée au niveau 4 sur une échelle de 5. Photos prises de l'aérodrôme de Gaua.

 

SOUFRIERE HILLS (île de Montserrat, Petites Antilles) -- 05/10 : deux bouches ont émis vigoureusement de la cendre le 5 octobre dernier à 10h35 HL durant 20 minutes et à 13h25 HL pendant 10 minutes. Une phase de tremor a accompagné cette activité. Un pilote a signalé que le premier évent a expulsé un panache de cendre culminant à plus de 3500 m. d'altitude alors que le second a atteint entre 3000 et 4500 m. d'altitude. Le panache de cendre a migré vers l'O.N.O. et a été confiné principalement dans la partie inhabitée du Sud de l'île. L'activité du volcan a augmenté durant la nuit et aux environs de 21h00 HL du 04/10 une série de séismes volcano-tectoniques est apparue précédant une émission de cendre à 22h00 HL accompagnée par une phase de tremor. Hormis cette faible activité sismique, il n'y a pas eu de signaux précurseurs associés à ces deux évènements, démontrant ainsi que l'activité se produit fréquemment sans avertissement. Les scientifiques du M.V.O. ont signalé que les explosions les plus puissantes pouvaient être associées à des coulées pyroclastiques. D'autres évènements similaires sont probables dans les jours à venir. Pour rappel, Soufrière Hills s'est réveillé en 1995 et a tué 19 personnes en 1997, ensevelissant une grande partie de l'île (au Sud) et poussant 12.000 résidents à l'exil.

09/10: une recrudescence d'activité a eu lieu résultant en de nouvelles retombées de cendre et présence de signaux (essentiellement sismiques) témoignant de la survenue d'éboulement rocheux et de coulées pyroclastiques. D'après les observations, les chutes de roches se sont produites sur le versant sud du dôme de lave et ont emprunté la vallée de la Rivière Blanche. De faibles retombées de cendre ont été signalées dans plusieurs villages. 

12/10: l'activité se maintient à un niveau élevé avec croissance du dôme de lave sur le côté sud du volcan produisant régulièrement des coulées pyroclastiques de petite à moyenne taille. Le 11/10 vers 11h00, des coulées pyroclastiques ont commencé à dévaler dans le goulet de Tyers et l'une d'entre elles a parcouru ~ 2 km depuis le dôme. M.V.O.

25/11: à partir de 12h50, des coulées pyroclastiques ont dévalé durant deux heures, quasi continuellement, la vallée Gages et le Goulet du Printemps, en atteignant une longueur maximale d'environ 3 km. Un certain nombre de coulées pyroclastiques sont également descendues par le Goulet de Tuitt au nord-est. Cet épisode éruptif reflète probablement l'effondrement d'une petite portion du dôme de lave. Postérieurement, des coulées pyroclastiques plus vigoureuses ont dévalé les vallées Gages et Tuitt de manière sporadique après l'événement principal. M.V.O.

12/12: l'activité de Soufrière Hills s'est encore intensifiée. Le 10/12 à 6h40 HL, une vaste coulée pyroclastique a déferlé dans le vallon Tyers Ghaut et a atteint l'extrémité ouest du village de Lees sur la rivière Dyers, à environ 3,5 km du dôme de lave. Cet évènement a forcé le M.V.O. a élevé l'alerte du niveau 3 au niveau 4. Une des implications est l'éventualité d'écoulement de nuées pyroclastiques majeures dans la vallée de la rivière Belham suite à l'effondrement partiel du dôme de lave impliquant potentiellement plusieurs millions de m3 de matériaux. Depuis le 24/11, l'augmentation de l'activité éruptive a été associée à la croissance du dôme de lave sommital qui s'est concentrée sur la face nord aboutissant à une excroissance d'un lobe large de 100 m en direction du nord impliquant de nouveaux matériaux mobilisables en coulées pyroclastiques. Durant le semaine du 4/12 au 11/12, des nuées ardentes, de plus en plus longues, ont dévalé par le vallon Tyers. M.V.O.

 

CLEVELAND (Alaska, USA) - 04/10: ce volcan, situé à ~1500 km d'Anchorage dans une région inhabitée, a expulsé un panache de cendre jusqu'à plus de 6000 m vendredi dernier (02/10) en fin de journée. Ce nuage a dérivé sur 600 km vers le nord-est et s'est dispersé  au-dessus de la mer de Béring. Le code d'alerte du A.V.O. est immédiatement passé à l'orange. La dernière éruption significative du volcan a eu lieu en février 2001 en générant une colonne de cendre jusqu'à plus de 10 km d'altitude et en émettant peut-être (d'après les données satellitaires) une coulée de lave qui a aurait atteint l'océan. A noter que de faibles émissions de cendre avaient déjà été aperçues en juin dernier.

 

DIENG (Java; Indonésie) -- 26/09:  le CVGHM a signalé qu'un bruit de tonnerre émanant du Dieng avait été entendu jusqu'à une distance de 2 km. Le lendemain, c'est une éruption phréatique dans un cratère de boue indéterminé qui a éjecté de la boue jusqu'à 140 m. Les dépôts étaient épais de 10 cm à proximité de la cuvette.

 

Volcans de la péninsule du Kamchatka (Russie) - 24/09: les volcans KARYMSKY, KLIUCHEVSKOI, SHIVELUCH sont particulièrement actifs depuis quelques mois déjà. En ce moment, des anomalies thermiques détectées par les capteurs infrarouges (ASTER, MODIS) satellitaires sont encore présentes dans le cratère des deux derniers volcans. G.V.P. pour lire des informations plus détaillées el le KVERT pour voir des photos récentes.

 

MAYON (île Luzon, Philippines) - 15/09: à 5h07, trois explosions de cendre mineures ont eu lieu au cratère sommital du Mayon. Ces évènements ont duré environ 3 minutes. Les explosions ont produit une colonne de cendre brunâtre qui a atteint une hauteur maximale de 700 m. au-dessus du cratère avant de se déplacer vers le Sud-Ouest. Durant les dernières 24 heures, le réseau sismique a enregistré 11 séismes d'origine volcanique. Les émissions de SO2 sont passées de 818 t/j (12/09) à 50 t/j (14/09). Par ailleurs, un faible rougeoiement dans le cratère a été observé la nuit dernière. PHIVOLCS

 

SAN CRISTOBAL (Nicaragua) - 07/09 : le volcan San Cristobal, situé au N.O. du pays, a produit une série d'explosions éjectant des gaz et une pluie de cendre sur le villes environnantes hier dimanche 06/09. Aucun blessé ou dégât n'a été signalé. Aucun blessé ou dégât n'a été signalé. Les media locaux ont rapporté qu'un panache éruptif géant a été observé à 20h15 GMT (15h15 HL) et que 7 plus petites explosions se sont produites au cours des deux heures suivantes.

 

TALANG (Sumatra, Indonésie) - 20/08 : le 17 août dernier, le CVGHM a rehaussé le niveau d'alerte de 2 à 3 (sur une échelle de 1 à 4) suite à l'augmentation de la séismicité au cours des deux derniers jours. Le brouillard a empêché les observations visuelles. Les visiteurs et touristes ont été avisés de ne pas entrer dans la zone des 3 km autour du sommet. Le Talang est petit un volcan régulièrement actif qui se trouve à l'intersection de plusieurs failles régionales et est fréquemment l'objet d'éruptions phréatiques à phréatomagmatiques. G.V.P.

 

REVENTADOR (Equateur) - 20/08: l'Institut Géophysique d'Equateur a signalé qu'une séquence sismique volcanique ("tremor") avait été sporadiquement détectée durant la période allant du 21 juillet au 3 août dernier. Le 4 août, la sismicité a augmenté et est devenue plus intense en saturant à plusieurs reprises les stations sismiques. Des anomalies thermiques ont été détectées sur l'imagerie satellitaire les 1 et 2 août et se sont intensifiées les 4, 5 et 10 août. Le 6 août, un panache de vapeur s'est élevé à 1,2 km au-dessus du cratère et s'est déplacé vers l'ouest. Des blocs incandescents ont été éjectés du cratère et sont retombés sur les flancs. Les images thermiques prises d'un endroit situé à 7 km à l'est du Reventador ont révélé une zone linéaire de plus hautes températures, confirmant la présence d'une nouvelle coulée de lave sur le flanc sud. De l'incandescence dans le cratère a été observée le 9 août. Le 15 août dernier, le VAAC de Washington a signalé la présence d'un panache de cendre qui a atteint une altitude de 3,6 km asl et s'est déplacé vers le NO. G.V.P.

 

KRAKATAU (détroit de la Sonde; Indonésie) - 17/06: une équipe de "LAVE-Belgique" est de retour au pays après un circuit d'une dizaine de jours sur les volcans de Java et Lombok. Voici en primeur les premières photos prises par © Thierry Sluys.

Puissante activité strombolienne au cône Anak Krakatau vue de l'île de Rakata.

Puissantes explosions de l'Anak Krakatau photographiées de la bordure de l'ancien cratère par Thierry et Annick Dockx


RINJANI (île de Lombok)

Coulée de lave issue d'une bouche perçant à mi-pente le cône Barujari du Rinjani

Coulée de lave "aa" et activité strombolienne au cône Barujari du Rinjani.

Voir aussi ci-dessous les clichés de l'activité du Barujari réalisés par  Thierry Dockx


KAWAH IJEN (Est Java)

Les fameuses flammes bleutées issues de la combustion du soufre de la spectaculaire solfatare du cratère ("kawah") de l'Ijen.

Cliquez pour voir d'autres photos !

 

 

RINJANI (île de Lombok; Indonésie) - 31/05: le cône Barujari, édifié au fond de la caldera sommitale du Rinjani occupée par un lac, connaît actuellement une activité strombolienne depuis le 3 mai dernier. Thierry Dockx, voyageant actuellement en Indonésie, vient d'envoyer des clichés de cette activité, semble-t-il, d'assez faible intensité ! Selon ces photos, il semble que l'activité strombolienne ait lieu à partir d'une petite bouche située sur le flanc nord du cône Barujari et qu'une coulée de lave issue de cette bouche excentrée, subdivisée en plusieurs lobes à environ mi-pente du cône, ait atteint le lac de cratère à plusieurs endroits. Voir aussi infos supplémentaires relatives au début de l'activité éruptive.

Vues d'ensemble du cône Barujari à partir d'un endroit de la caldera situé grosso modo à l'ouest du cône.

 

Karbahi - Manda Hararo (Afar, Ethiopie)  - 02/07: il semble qu'une éruption effusive se soit produite à partir du 28 juin dernier. Cette éruption a donné lieu à une vaste anomalie thermique ( 40.8E, 12.2N) détectée par le capteur infrarouge du programme MODIS à partir du 28 juin jusqu'au 30 juin au minimum. Des analyses préliminaires basées sur les émissions du SO2 suggèrent que c'est une éruption plus importante que celle du Manda Hararo en août 2007 mais d'intensité moindre que celle du Dalafilla en novembre 2008.. Aucun rapport basé sur des observations au sol n'a encore été diffusé. Source: Charles Holliday (AFWA) and Simon Carn (MTU),

 

Superbe image du Sarychev Peak sur l'île Matua (archipel des Kouriles) réalisée le 12 juin dernier à partir de la station spatiale internationale. Cette photo montre clairement l'énorme panache de cendre et de gaz (hauteur de ~14 km) mais aussi l'effet de l'onde de choc se dispersant dans l'atmosphère sous forme d'une trouée circulaire dans la couche nuageuse. Cette photo est exceptionnelle pour les chercheurs en volcanologie car elle a été prise au stade initial de l'éruption. L'ascension vigoureuse du panache confère à la masse de vapeur d'eau l'apparence d'une bulle. Le nuage blanc de forme régulière surmontant le panache éruptif est probablement du à la condensation d'eau provoquée par l'ascension rapide et le refroidissement de la masse d'air située au-dessus de la colonne de cendre. En bas du cliché, on aperçoit un panache gris clair dévalant le cône qui correspond sans doute à une coulée pyroclastique (mélange de gaz et de cendre chauds). Les vols commerciaux ont été déroutés de la région afin de minimiser le danger des pannes moteur dues à l'ingestion de cendre. Ce volcan est l'un des plus actifs des îles Kouriles au NE du Japon et sa dernière éruption explosive date de 1989. L'I.S.S. se déplace à une vitesse de 27.700 km/h (7,7 km/s) sur une orbite située en moyenne à 350 km au-dessus de la surface terrestre.

NASA Earth Observatory

 

GALERAS (Sud Colombie) - 08/06: le volcan colombien Galeras, situé dans le sud du pays à la frontière avec l'Equateur, dans le département de Narino, est entré en éruption dimanche à 07H18 (12h18 GMT), a annoncé l'Institut Géologique Minier (INGEOMINAS). En raison d'événements à "caractère explosif", le niveau d'alerte est passé à rouge, ce qui signifie une "éruption immininente ou en cours", précise INGEOMINAS dans un communiqué. Il s'agit de la cinquième éruption du Galeras enregistrée en moins d'un an et demi. La dernière datait de la fin avril mais était resté sans conséquences pour les quelque 7.000 habitants de la zone, qui sont prêts à appliquer le plan d'évacuation prévu par les autorités.

L'évènement éruptif a eu lieu à 7h18 et a été accompagné par des ondes sonores audibles par les populations résidant à proximité du volcan. A la huitième seconde du démarrage de l'éruption, une secousse a été enregistrée  en rapport avec les processus de fracturation de matériaux au sein de l'édifice volcanique qui a été ressentie par les gens de plusieurs villages de la zone d'influence. Ce séisme a été localisé à environ 3 km au S.O. du cratère du Galeras et approximativement à 2 km de profondeur sous le sommet avec une magnitude locale de 4 sur l'échelle de Richter. INGEOMINAS PASTO.

09/06: un évènement éruptif caractérisé par deux phases explosives s'est produit le lundi 08/06 à 06h38 et à 06h43. Des sons issus de l'éruptions ont été entendus à quelques 45 km au SO du Galeras, à proximité du volcan Azufral. Comme pour l'éruption dominicale, le démarrage de l'éruption a été accompagné à un évènement sismique associé à un mécanisme de fracturation de matériau au sein de l'édifice volcanique. Cette secousse, de magnitude de 3,9 sur l'échelle de Richter, s'est produite à environ 1 km à l'est du cratère et à près de 2 km de profondeur. De la cendre est retombée sur plusieurs centres habités et dans une frange étroite jusqu'à 180 km du sommet du Galeras. Selon les données du VAAC de Washington, la cendre fine aurait atteint une hauteur comprise entre 9 et 10 km au-dessus du cratère. INGEOMINAS PASTO.

 

KARANGETANG/ API SIAU (Nord Sulawesi, Indonésie) - 02/06 : plus de trois cents villageois ont été évacués après que le volcan de l'île Siau soit entré en éruption. Un nouveau cratère latéral s'est formé il y a quelques jours et a commencé à expulser de la cendre noire à plus de deux kilomètres de hauteur. Dr Surono, Directeur de l'Agence Indonésienne de Volcanologie, a recommandé d'évacuer toutes les personnes résidant dans un rayon de 3 km autour du cratère. Une explosion pyroclastique latérale est la menace principale sur ce type de volcan. La dernière éruption majeure a eu lieu en 1992 et a tué au moins 6 personnes. L'état d'alerte du Karangetang est à son niveau maximum (4/4). Le 24 mai dernier, un pilote avait signalé au VAAC de Darwin la présence d'un nuage de cendre qui a atteint une altitude de 3,7 km et s'est déplacé jusqu'à 75 km vers le sud. Lien pour ceux/celles qui comprennent la langue indonésienne ou qui possèdent une application de traduction ! On y apprend notamment qu'une coulée de cendre et de gaz brune grise (probablement une coulée pyroclastique), issue du cratère sommital, a parcouru 2250 m. dans la vallée du Times, entaillant le flanc sud du volcan, au cours de la matinée du 31 mai dernier.

 

SLAMET (Java, Indonésie) - 28/5 : le 26 mai dernier, le CVGHM a signalé que la séismicité continuait à augmenter depuis le 21 avril dernier et restait élevée. Le pic d'activité sismique a été observé le 17 mai dernier. Des nuages blancs-bruns se sont élevés jusqu'à 800 m. au-dessus du cratère et un phénomène d'inflation (gonflement du volcan) a été détecté. Des retombées de cendre ont été signalées dans des zones éloignées de 5 à 9 km du cratère. La température de l'eau a augmenté à différents endroits sur les versants de l'édifice. Les 12 et 21-23 mai, des fontaines de lave ont atteint une hauteur de 100-400 m. au-dessus du cratère. Des nuages blancs-gris se sont élevés à 150 m. au-dessus du sommet et des matériaux incandescents se sont déversés sur le flanc ouest. Le 22 mai, des chutes de cendre ont été signalées dans le village de Sawangan, 5 km à l'ouest du volcan. Le 23 mai, un panache de cendre a atteint une hauteur de 1 km au-dessus du cratère et de la cendre est retombée sur le versant nord. L'alerte est maintenue au niveau 3 sur une échelle de 4.

 

REVENTADOR (Equateur) - 26/05: sur la base d'observations de pilote, le VAAC de Washington a signalé la présence diffuse d'un panache de cendre qui s'est élevé le 26 mai dernier à une altitude de 6.4 km asl. et qui s'est déplacé vers le S.O.. Des anomalies thermiques ont été observées par intermittence sur l'imagerie satellitaire. Des nuages gazeux, contenant peut-être aussi des gaz, ont été détectés un jour plus tard.

 

KRAKATAU (Détroit de la Sonde; Indonésie) - 07/05 : le CVGHM a signalé que le nombre d'éruptions de l'Anak Krakatau a significativement augmenté de la fin mars jusqu'au 5 mai. Les observations directes du cratère effectuées les 24, 25 et 29 avril ont révélé que l'éruption provenait d'un cratère percé sur le versant ouest. Les nuages de cendre ont généralement migré vers l'est et ont causé des chutes de cendre dans un rayon de 5 km autour du cratère. Le 5 mai, les panaches éruptifs se sont élevés à ~500 m. au-dessus du cratère. Le 6 mai, l'état d'alerte a été élevé au niveau 3/4.

Anak Krakatau observé le 26 août 2008 par Thierry Sluys

 

RINJANI (île de Lombok; Indonésie) - 03/05: selon Heriyadi Rachma du bureau provincial des ressources minérales et minières, deux petites éruptions se sont produites samedi après-midi au Mt Baru Jari, ce qui a immédiatement forcé les autorités locales à décréter l'état d'alerte et à interdire l'ascension du volcan. Il a déclaré que l'activité avait débuté jeudi passé lorsque quatre secousses ont été enregistrées dans la région. Arief Toengkagie, directeur du Parc National du Mont Rinjani, a déclaré la fermeture du Parc National aux touristes.Selon le directeur du V.S.I., le nuage de cendre aurait atteint 8 km d'altitude.La dernière éruption remonte à septembre 2004. The Jakarta Post

 

 Le cône Barujari vu du sommet du Rinjani -- Cône Barujari en éruption (juin 1994); photos © Thierry DOCKX

Selon le bulletin hebdomadaire du G.V.P., l'éruption du 2 mai, accompagnée par un grondement, a produit un dense nuage éruptif brun qui s'est élevé à 1 km au-dessus du cône Barujari. Le 4 mai, une éruption de cendre a généré un panache blanc/ brun qui a atteint une hauteur de 500-700 m. au-dessus du cône et s'est ensuite déplacé vers le N. Le brouillard a souvent empêché l'observation du volcan. Le niveau d'alerte a été élevé à 2 (sur une échelle de 4 niveaux). Selon certains articles, de la cendre est retombée sur le village de Senaru.

 

SLAMET (Java, Indonésie) - 26/4 : le volcan a commencé à expulser des nuages noirâtres puis des matériaux incandescents le 23/04 en fin de journée. Les projectiles ont atteint une hauteur de 600 m. au-dessus du cratère. Une grande quantité de séismes d'origine volcanique ont également été enregistrés depuis le 21 avril dernier; date à laquelle 209 évènements sismiques ont été enregistrés, contre 40-90 habituellement. Une cinquantaine d'explosions rougeoyantes ont été observées durant la nuit du 24/04 au 25/04. Le 26/04, le volcan a éjecté des matériaux jusqu'à 900 m. de hauteur au-dessus du cratère et a été secoué par des centaines de séismes qui ont duré de 20 à 95 secondes. Le poste de surveillance visuelle volcanologique de Gambuhan est en état d'alerte depuis le 20 avril et est chargé d'observer l'activité de ce volcan haut de 3428 m. L'éruption a pour origine la partie ouest du cratère. (news indahnesian.com).

 

GALERAS (Sud Colombie) - 24/04 : l'éruption a débuté à 19h32 HL et été caractérisée par une séquence d'explosions continues jusqu'à 20h09 HL.  La première éruption a été la plus puissante et accompagnée d'une onde de choc alors que la seconde a été la plus longue. Les deux évènements ont été visibles depuis Pasto, clairement l'incandescence mais aussi l'éjection de blocs vers le nord lors de la première explosion. Des chutes de cendre ont été signalées dans plusieurs communautés, jusqu'à 20 km du cratère. Le VAAC de Washington a émis un bulletin d'alerte d'émission de cendre jusqu'à 6 km au-dessus du sommet du Galeras. Des projectiles balistiques ont été localisés jusqu'à 2-3 km du cratère. C'est la quatrième éruption significative depuis le début de l'année (15/02; 21/02; 13/03). INGEOMINAS Pasto

Image webcam de l'INGEOMINAS Pasto

15/05 : le 6 mai dernier, l' INGEOMINAS a signalé des panaches éruptifs qui ont atteint une altitude de 5,8 km asl et se sont ensuite déplacés vers le NE. Un survol a révélé la présence d'incandescence dans une bouche , large d'une centaine de mètres, percée dans le cratère principal. L'anomalie thermique correspond à une température de 500°c.  et des panaches blancs sont exhalés de multiples points à l'intérieur et à l'extérieur du cratère. Le 9 mai, une secousse volcano-tectonique de magnitude 2,2 s'est produite à 10 km de profondeur à 6 km au NE du cratère principal. Le 11 mai, la sismicité a augmenté. Des séismes hybrides (volcano-tectoniques) et un "tremor" (vibration volcanique) ont été détectés à cette occasion. Cette sismicité accrue associée à la présence d'incandescence dans le cratère, ainsi que de faibles émissions de SO2, suggèrent que le volcan pourrait être en voie de surpression. L'alerte a été remontée au niveau II (éruption probable dans un délai de quelques jours ou semaines). A partir du 12 mai au matin, le nombre et l'intensité des secousses d'origine volcanique ont diminué. La mesure d'émission de SO2, gaz typiquement d'origine magmatique, réalisée le 12 mai a fourni une valeur de 75 T/J, une des valeurs les plus basses enregistrée depuis le début de l'année. Selon l'INGEOMINAS, la diminution de la sismicité associée à des faibles valeurs d'émission en SO2, pourraient révéler une phase de refroidissement et de solidification du matériau volcanique, ce qui peut faciliter des conditions de surpression nécessaires à la production d'un évènement éruptif.

 

FERNANDINA (îles Galapagos, Equateur) - 12/04: le volcan "La Cumbre" est entré en éruption en émettant de la lave et des gaz après 4 ans d'inactivité, ont indiqué les responsables du Parc national des Galapagos. Ils précisent dans leur communiqué que l'éruption ne met pas en danger les habitants de l'île voisine d'Isabela.

Selon les données satellitaires revues par l'Institut Géophysique de l'Ecole Polytechnique Nationale, le volcan Fernandina est entré en éruption dans la nuit du samedi 11/04 au dimanche 12/04. Fernandina est le volcan le plus occidental des volcans de l'archipel des Galapagos et culmine à 1476 m. au-dessus du niveau de la mer (asl). Le lieu habité le plus proche du volcan, Pto Villamil, se situe à ~90 km au NO du volcan.  Selon les informations issues de l'analyse des images satellitaires, l'éruption aurait débuté entre 22h00 (HL) du 11/04 et 00h30 (HL) du 12/04. Par contre, la station sismique de Pto Ayora n'a pas enregistré d'activité sismique en relation avec cet évènement éruptif.  L'image satellite du VAAC de 08h58 du 12/04 montre la présence d'une colonne éruptive, dont la teneur en cendre est probablement faible, s'étendant sur plus de 300 km vers l'ouest du volcan. Plusieurs points chauds sont également visibles sur l'image "MODIS". Ils sont probablement associés à des lieux d'émission de coulées de lave. Une mission est actuellement à pied d'oeuvre sur le terrain pour tenter d'évaluer l'impact de l'éruption sur la faune et la flore de l'île; source : I.G..

La dernière éruption a eu lieu en 2005 en produisant des coulées de lave, issues d'une fissure éruptive circulaire sur le flanc S.O. du volcan, qui n'atteignirent cependant pas la mer. Aucun dégât significatif sur l'environnement fragile de l'île ne fût noté à cette occasion.

Image satellitaire "MODIS" montrant la dispersion de la colonne éruptive sur plus de 300 km vers l'ouest (© I.G.)

Séquence vidéo réalisée d'avion.

Photo publiée par le Parc naturel des Galapagos montrant de la lave qui s'écoule du volcan La Cumbre, le 12 avril 2009

L'éruption s'est déclenchée à quelque 500 mètres du cratère du volcan, sur son flanc sud-ouest, et a formé une coulée de lave de 200 mètres de large et dix km de longueur qui peut atteindre les 15 mètres de hauteur, sans cependant présenter de danger pour Isabela, l'île peuplée la plus proche. AFP

 

LLAIMA (Sud Chili) - 04/04: le volcan est entré une nouvelle fois en éruption samedi. La lave qui s'échappait du cratère a obligé les autorités à procéder à l'évacuation de 17 personnes, dont des touristes. Il y a des régulièrement des explosions qui projettent des matériaux à ~600 mètres au-dessus du cratère. les retombées de cendre sont visibles et une coulée de lave longue de plus d'un km a été observée. REUTERS.

Le samedi 04/04 jusqu'à ~6h du matin s'est poursuivie une activité éruptive de type strombolien modérée, caractérisée par des explosions toutes les 1-3 secondes au niveau des deux cônes pyroclastiques joints situés dans le cratère principal. Les matériaux pyroclastiques ont atteint une hauteur de ~700 mètres au-dessus du cratère. Depuis le début de cette phase éruptive, la lave s'est écoulée sur le flanc ouest, parcourant un trajet similaire à celui des coulées émises lors des éruptions précédentes d ece cycle éruptif. Voir aussi le site web du "SERNAGEOMIN" pour plus de détails. Voir le site web du "SERNAGEOMIN" pour plus de détails.


Photos récentes du volcan LLaima (février 2009; T. Dockx)



Vidéo BBC

 

 

REDOUBT (Alaska, USA) -- 22-23/03: le volcan, situé eu S.O. de l'Alaska à ~170 km au S.O. d'Anchorage, est entré en éruption le 22/03 vers 22h38 HL. Le volcan a produit une série de 6 éruptions explosives qui ont duré chacune une trentaine de minutes. La dernière a eu lieu le 23/03 à 19h41 HL et a duré ~17 minutes.  Les analyses des images RADAR de l'A.V.O. suggèrent que ces évènements ont généré des nuages de cendre qui ont atteint une altitude de 18 km asl; le plus gros de la cendre a atteint ~9000 m. asl. Le réveil sismique du Redoubt est caractérisé par un "tremor" volcanique élevé. La couleur du code d'alerte pour l'aviation civile (diffusé par le NOAA) est au rouge et le code du niveau d'alerte a été porté du jaune à l'orange.  Depuis la dernière éruption du 23/03 à 05h00, les données radar n'ont plus signalé la présence de cendre, ce qui signifie que si il y a émission de cendre, elle est présente au-dessous de ~4000 m. asl et/ou est trop fine pour être détectée par le radar. Pour le moment, le temps médiocre dans la zone du volcan empêche de réaliser des observations visuelles. Hier soir (23/03), des éruptions explosives ont causé la fonte du glacier Drift, ce qui a considérablement augmenté le débit de la rivière Drift. Par ailleurs, les explosions ont détruit une station sismique près du sommet et ont causé l'interruption de la télétransmission des données récoltées dans un abri du l'A.V.O..

Jusqu'à présent, 19 vols commerciaux ont été annulés suite à l'éruption et les autorités de l'aviation civile prévoient d'autres perturbations du trafic aérien dans les prochaines heures/jours.

Les éruptions ont été précédées par environ 60 heures de séismicité élevée sous la forme de faibles secousses sous le volcan (épisode de tremor). L'augmentation de la séismicité reflète vraisemblablement la remontée du magma vers la surface. Avant ce WE du 22/02, le Redoubt avait montré des signes de réveil depuis fin 2008 qui se sont accrus depuis fin janvier 2009. Les six explosions du 22-23/03 dernier ont été les évènements éruptifs les plus significatifs de cette période de réveil.


27/03: le volcan est à nouveau entré en éruption le 26/03 à 09h23 HL (17h24 GMT). Le NOAA signale que le nuage éruptif a atteint une altitude d'au moins ~20 km asl et les rapports de pilotes indiquent une hauteur de  ~18km. Cet évènement paroxysmal a été suivi par des éruptions mineures qui ont généré des panaches ayant atteint une hauteur de 6 km. Selon l'instrumentation mise en place, l'éruption a également produit une coulée de boue (lahar) qui a emprunté le lit de la rivière drift.


27/03: une troisième puissante éruption a eu lieu à 08h40 HL (16h40 GMT). Sur base des données RADAR, le NOAA signale que le panache éruptif a atteint une altitude d'environ 15 km asl.

28/03: à 19h23 HL (03h23 GMT), une nouvelle éruption, accompagnée d'une émission de cendre jusqu'à ~14 km d'altitude asl., a eu lieu.

05/04: le volcan du Mont Redoubt en Alaska a connu une forte éruption à 5h58 HL (13h58 GMT), après une semaine de calme, a indiqué l'observatoire des volcans de l'Alaska. Les cendres se sont élevées jusqu'à 15.000 mètres, d'après ce qu'ont détecté les radars des services de la Météo nationale. L'éruption est une des plus fortes observées depuis le réveil du volcan le 22 mars. Des cendres sont retombées sur des villages dans la trajectoire du vent (orienté sud-ouest) dans la péninsule de Kenai. L'explosion a causé une coulée de boue, de neige fondue, de roches brûlantes, de cendre volcanique et d'autres débris dans la vallée de Drift River, où était prévu le transfert de millions de litres de pétrole. Un double réservoir de 23,8 millions de litres proche du volcan est protégé par une digue qui a tenu bon jusqu'ici, d'après Rod Flicken, vice-président de la société Cook Inlet Pipeline. A.V.O.


L'éruption du volcan Redoubt, qui a débuté le 22 mars à 22h38 HL, se poursuit. Jusqu'à présent (au 27/03), l'éruption a été caractérisée par de puissantes explosions de cendre qui ont généré des panaches éruptifs atteignant une altitude de 9 à 18 km asl. En tout, l'A.V.O. a observé 11 évènements explosifs majeurs au cours de la semaine du 22 au 27 mars. Les explosions les plus importantes ont été associées à des lahars dans la vallée de la rivière Drift ainsi qu'à des chutes de cendre mineures dans la région du volcan et dans des zones localisées à travers l'Alaska centro-méridional.  A.V.O.

La spectaculaire colonne éruptive du Redoubt photographiée des environs de Homer, à plus de 100 km du volcan, le 27 mars à 19h25. Photo par Dennis Anderson -- Eclairs dans la colonne éruptive du Mt Redoubt observés le 28/03 (photo Bretwood Higman; A.V.O.)


Le volcan Redoubt, recouvert d'un grand glacier (glacier Drift), est situé sur la bordure ouest de la péninsule de Cook, à 170 km au S.O. d'Anchorage et à 82 km à l'ouest de Kenai, à l'intérieur du Parc National du Lac Clark. Le Redoubt est un strato-volcan qui s'élève à 3108 m. au-dessus du niveau de la mer (asl). Des éruptions récentes se sont produites en 1902, 1966-68 et 1989-90.

Dépêche AFP

Carte publiée sur le site de l'A.V.O..

Le volcan Redoubt vu les 15 et le 21 mars 2009 (photos prises par l'Observatoire Volcanologique d'Alaska; A.V.O.)

Image de la webcam du Redoubt de l'A.V.O..


L'énorme nuage en forme de champignon du Redoubt émis en avril 1990 lors de la dernière éruption majeure du volcan.

 

Hunga Tonga-Hunga Ha'apai (îles Tonga) - 16-17/03 : un pilote a observé une éruption sous-marine au voisinage d'îlots volcaniques ( 175º 25′ 61″ ouest; 20º 27′ 73″ sud) de l'archipel des Tonga. La dernière éruption de ce volcan a eu lieu en 1988.

19/03: un violent séisme de magnitude 7.9 s'est produit à 18h17 GMT à ~280 km au SSE de la zone éruptive de Hunga Tonga. USGS; fichier de localisation "kmz" de Google Earth. Le foyer/hypocentre du séisme était relativement superficiel, seulement à ~10 km de profondeur.

 

Cliquez pour découvrir d'autres photos - séquence vidéo spectaculaire de l'éruption

Photos AFP/Lothar Slabon & Reuters/Ho

Les photos réalisées sur les lieux le 18 mars montrent clairement deux centres éruptifs, l'un se trouve sur une petite île et l'autre off shore.

 

L'éruption vue de l'espace (image du capteur MODIS embarqué sur le satellite AQUA de la NASA, 18/03; voir détail de l'image ci-dessous à droite).

De spectaculaires colonnes se sont échappées de l'océan à ~10 kilomètres de la côte S.O. de l'île principale de Tongatapu, une zone où sont recensés 36 volcans sous-marins. Selon Keleti Mafi du Service Géologique des Tonga, il n'y a aucun danger pour les populations environnantes étant donné que les gaz/vapeurs sont emportés loin au large de l'île par les vents dominants. Les résidents de la capitale des Tonga, Nuku'alofoa, ont déclaré que la colonne de vapeur et de cendre était apparue lundi matin, après une série de forts séismes ressentis dans la capitale. Mafi souligne que la zone est régulièrement sujette à des éruptions sous-marines, la dernière en date en 2002. Il est vraisemblable que l'éruption se soit produite à l'ouest des îles volcaniques jumelles de Hunga Tonga et de Hunga Ha'apai. D'importantes quantités de matériaux légers (en réalité des scories basaltiques vésiculaires/bulleuses riches en gaz et donc légères) éjectés par l'éruption devraient bientôt atteindre les côtes des îles Fidji. L'archipel des Tonga comprend 170 îles à mi-chemin entre l'Australie et Tahiti et fait partie de la Ceinture de Feu du Pacifique. The Associated Press

Suite à cette éruption, des vols ont été perturbés et des compagnies aériennes placées en état d'alerte. Les deux sociétés néo-zélandaises qui gèrent le trafic aérien et le service de planification des vols ont émis un avis d'alerte pour les avions survolant la zone du volcan. Les vols néo-zélandais sont requis de contourner ou de monter au-dessus du panache éruptif, qui a atteint une altitude de plus de 15.000 mètres. Rappelons qu'aujourd'hui, les nuages de cendre ne peuvent pas encore être détectées par les radars classiques et peuvent endommager gravement les moteurs jusqu'à les empêcher de fonctionner en vol.


Contexte géodynamique des Tonga (zone de subduction/arc des Tonga-Kermadec longue de ~2500 km)

La zone de subduction/arc insulaire des Tonga-Kermadec s'étend sur presque 2500 km de la Nouvelle-Zélande aux îles Samoa. La zone de subduction des Kermadec-Tonga, où la plupart des séismes majeurs se produisent, consiste en deux segments principaux. Le segment des Tonga y constitue le plus septentrional et le segment des Kermadec y représente la partie méridionale. La structure des plaques en interaction dans la zone de subduction des Tonga-Kermadec est quelque peu différente de celles des autres zones de convergence de plaques. Les angles de subduction sont plus élevés et, en conséquence, il y a plus de séismes profonds.

Les mesures GPS montrent que l'arc insulaire des Tonga se déplace rapidement vers la Plaque Pacifique (à une vitesse de l'ordre de 20 cm/an; l'endroit où le déplacement des plaques est le plus rapide au monde) avec un léger mouvement de rotation dans le sens des aiguilles d'une montre. En réalité, l'arc des Tonga occupe une microplaque séparée de la Plaque Australienne par des centres d'expansion océanique situés dans le Bassin de Lau (bassin d'arrière-arc). Lorsque le Bassin de Lau s'ouvre (accrétion), l'arc des Tonga se déplace vers l'est en s'écartant de la plaque australienne. Le résultat est une augmentation par addition du taux de convergence du fossé des Tonga. Pendant que l'arc des Tonga se déplace vers l'est, la plaque Pacifique plonge ou pousse l'arc du Tonga produisant de nombreux tremblements de terre durant l'enfoncement de la Plaque Pacifique.

NB: en conséquence, on peut logiquement se demander si le puissant séisme du 19/03 pourrait être la conséquence directe d'un soudain et rapide déplacement d'une portion de la microplaque des Tonga vers l'est suite à l'éruption volcanique sous-marine de Hunga Ha'apai résultant d'un mécanisme d'ouverture local. Dans cette hypothèse, ce mécanisme géodynamique aussi rapide aurait pu renforcer la pression de la plaque Pacifique contre la micro-plaque des Tonga au niveau de la zone de convergence (fossé), aboutissant ainsi à un brusque décrochage d'un assez long segment de faille qui a engendré ce séisme de forte magnitude/intensité.

La distribution spatiale des séismes suggère clairement la configuration de la zone de subduction des Tonga-Kermadec qui a une inclinaison d'environ 45° vers l'ouest.

Lire cet article intéressant (en anglais) expliquant la raison pour laquelle un séisme majeur ne pourrait qu'occasionner un tsunami de faible amplitude dans la zone des Tonga-Kermadec.

Néanmoins, selon l'hypothèse mentionnée dans cet article, le puissant séisme du 19 mars aurait pu engendrer un tsunami !

Représentation schématique de la limite entre la croûte du bassin de Lau-Tofua et celle de l’arc des Tonga d ’après les données de réfraction sismique

.

Contexte géodynamique global de la ceinture de feu du Pacifique Sud-Ouest. Copyright : Atlas du Vanuatu / IRD


NB: récemment, une équipe scientifique américano-néo-zéalandaise a découvert qu'une énorme éruption sous-marine avait eu lieu à environ 300 km de la Baie de Plenty. Le volcan Rumble III, qui fait partie de la ride méridionale des Kermadec, s'élève à 2300 mètres au-dessus du fond marin et a une taille similaire à celle du Mt Ruapehu. Jusqu'en 2007, son sommet se situait à ~200 mètres sous la surface de l'océan. Récemment, des scientifiques, embarqués sur un vaisseau de recherches, ont noté une modification spectaculaire de la morphologie de la zone sommitale, qui a perdu environ 100 mètres depuis 2007. Cornel de Ronde, scientifique au Service Géologique Néo-Zélandais, a déclaré que le volcan avait été le siège d'une éruption cataclysmale. Une cartographie établie en 2007 avait mis en évidence un cratère large de 800 mètres près du sommet. La nouvelle cartographie montre que ce cratère a été comblé et que le cône sommital voisin s'est effondré, suggérant qu'une éruption majeure avait causé l'effondrement du cône sommital et colmaté le cratère adjacent. Stuff Co NZ - Fire Earth

 

Carte de localisation et morphologie du volcan Rumble III

 

SEMERU (Java, Indonésie) - 06/03: le plus haut volcan de Java (alt.: 3676 m.) a produit une éruption plus violente que les explosions habituelles (activité régulière sommitale depuis 1967) accompagnée par une hausse de la séismicité et des détonations issues du cratère Jonggring Seloko. Elle a couvert la région du volcan de cendre et a libéré un panache gazeux à haute altitude. Le directeur du V.S.I. a indiqué qu'il n'y avait jusqu'à présent aucun risque pour les populations environnantes alors que le niveau d'alerte a été élevé au niveau 3/4. 

 

SAKURA-JIMA (Kyushu; Japon) - 28/02 - 03/03: l'Agence Météorologique Japonaise (JMA) et le VAAC de Tokyo ont signalé des explosions au Sakura-Jima durant la période du 28/02 au 01/03. Le 1er mars, les panaches éruptifs ont atteint des hauteurs de ~ 700  à ~2000 mètres au-dessus du cratère et se sont dispersés vers le sud. Le JMA a élevé l'alerte du niveau 2 au niveau 3 (sur une échelle de 5). Les 01 et 02 mars, trois explosions vulcaniennes se sont produites au cratère Showa, éjectant des bombes qui sont retombées jusqu'à 1,3 km du cratère le 2 mars. Une déformation a également été détectée. Le VAAC de Tokyo a indiqué que les éruptions/explosions des 2 et 4 mars ont produit des panaches qui ont atteint des altitudes de 2.7- 3.0 km (asl). 

10/03: vidéo d'une forte explosion au Sakura-Jima (BBC) - Nouvelle éruption du Sakurajima peu après 05h00 (20h00 GMT lundi, 21h00 heure belge), projetant des cendres à deux kilomètres alentour, a expliqué le responsable de l'agence de météorologie qui a mis en garde contre une éventuelle intensification de l'activité volcanique.

 

CHAITEN (Sud Chili) - 19/02: une explosion et/ou un effondrement pariel du dôme 2 (dôme actif), ayant  produit  au moins une coulée pyroclastique, a eu lieu au volcan Chaiten vers 11h30 HL. Cette brusque recrudescence d'activité a forcé les autorités locales à évacuer d'urgence la septantaine de personnes qui se trouvaient dans la ville de Chaiten située à ~10 km du volcan. Selon certains témoignages, une partie du dôme en formation s'est effondré en générant  une colonne latérale de matériaux pyroclastiques (nuée ardente/coulée pyroclastique). Toujours selon ces témoins, la réactivation du volcan s'est produite avec un bruit violent accompagné de mouvements sismiques. La colonne éruptive a atteint une altitude de 9 km et la coulée pyroclastique principale s'est arrêtée à seulement 5 km de la ville de Chaiten. Terra Networks Chile S.A. Voir aussi le site actualisé du SERNAGEOMIN (en espagnol).

Photo d'une coulée pyroclastique issue du dôme actif du Chaiten prise par  © Thierry Dockx à l'arrivée vers la ville de Chaiten par le ferry-boat au matin du 18/02.

Cliquez ici pour découvrir les photos spectaculaires du Chaiten réalisées par Thierry Dockx & Luc Calvi !

27/02: l'activité éruptive actuelle a lieu à divers endroits du complexe de dômes. Néanmoins, elle est surtout localisée au niveau de l'aiguille/protubérance, toujours très instable, qui a surgi dans la partie supérieure de l'ancien dôme (dôme 1). Cette activité est caractérisée par l'émission de cendres claires et de vapeur d'eau. Le secteur méridional du reliquat du dôme 1 est quant à lui toujours en activité et en phase de croissance. L'escarpement, créé par l'effondrement du 19/02, a une extension de 500 mètres en direction E et 300 mètres en direction NE avec une profondeur moyenne de 200 mètres. Les mesures de température, effectuées par télécaméra thermique, sont de l'ordre de 270°c sur la protubérance, de 200°c sur le reste du dôme 1 et des températures plus basses sur le dôme 2, confirmant les observations visuelles. Quatre colonnes d'émission de gaz/cendre ont été observées lors du survol par les techniciens de SERNAGEOMIN.

Séquence vidéo spectaculaire relative à la reprise d'activité du Chaiten (© photo agence Belga; < SERNAGEOMIN); on y voit notamment la phase initiale de l'émission d'une coulée pyroclastique datée du 25/02.

Structure du complexe de dômes du Chaiten et délimitation de l'escarpement d'effondrement du dôme 2 ; par "SERNAGEOMIN" (photo  ©  P. Duhart).

Du 28/02 au 03/03, le SERNAGEOMIN a signalé que le complexe des deux nouveaux dômes (1 & 2) poursuit sa croîssance. Des effondrements issus de pentes instables au SE du nouveau dôme 1 et de l'aiguille ont généré des coulées de cendres et de blocs.   

 

 

L'éruption du 19 février 2009 a été causée par à une brusque phase de dépressurisation des gaz renfermés sous le dôme suite à l'ouverture rapide et soudaine d'une fissure longue de 1 km.

La coulée pyroclastique emprunte la vallée du rio Blanco et  -- Webcams de l'aérodrome de Chaiten

La coulée pyroclastique pénétrant dans le lit du rio Blanco (celui-ci traverse en aval la ville de Chaiten). © Dagoberto Guzmán

Image satellitaire de TERRA (NASA)

Webcam braquée vers le volcan ("Tele 13") - NB: il faut attendre un petit moment avant l'arrivée des images en direct.

 

GALERAS (Colombie) - 15/02: le volcan Galeras est entré en éruption le 14/02 ( à 17h40 HL) en émettant une grande quantité de cendres sur la ville de Pasto et les campagnes alentours a indiqué Eduardo Alvarado, maire de cette ville de 500 000 habitants. Pasto se trouve à seulement 10 km du volcan, le plus actif de Colombie. Les résidents de plusieurs endroits situés dans un rayon de 10 km autour du cratère, et aussi dans certains quartiers de Pasto, ont ressenti  et entendu l'onde de choc de l'explosion. L'évènement éruptif a été associé à un signal sismique qui a atteint une durée d'environ 40 minutes, avec une énergie similaire à celle libérée lors de l'éruption du 17 janvier 2008. En raison de la présence de matériaux volcaniques en surface et tenant compte de l'activité actuelle, l'hypothèse du déclenchement d'autres épisodes éruptifs n'est pas à écarter.

21/02: une seconde éruption a eu lieu vendredi 20/02 à 7h05 HL (12h05 GMT). L'évènement éruptif a été accompagné par des ondes de choc qui ont généré des vibrations audibles dans plusieurs communautés situées à proximité du volcan Galeras. L'explosion a même été entendue jusque dans la ville de Popayan, à 160 km du volcan. L'évènement éruptif initial a été associé à un signal sismique qui a duré environ 13 minutes et dont l'énergie sismique était quasi doublée par rapport à celle de l'éruption du 14 février dernier. Des chutes de cendre ont été signalées dans plusieurs villages. Selon le VAAC de Washington, la colonne de cendre aurait atteint une altitude de 8 km au-dessus du cratère avec une dispersion vers l'est alors qu'à une altitude de 2500 mètres le nuage de cendre s'est dispersé vers l'ouest. Source : INGEOMINAS de Pasto

«Nous avons recommandé aux gens qui se trouvent en ville de rester chez eux, a précisé le maire. La ville est tranquille en dépit des grande quantité de cendre qui sont tombées». Seules deux usines de traitement des eaux ont été fermées.

Pour plus d'informations, voir le site de l'INGEOMINAS de Pasto ! Suite à cette éruption soudaine, le niveau de l'activité volcanique est passé du code jaune au rouge (éruption imminente ou en cours).

Derniers clichés du volcan vu de Pasto.

Le dernier évènement explosif significatif en date du Galeras a eu lieu le 17 janvier 2008.

GALERAS (Colombie) - 13/03: une troisième éruption explosive depuis le début de l'année a eu lieu à 15h55 HL sur ce volcan du sud de la Colombie . Selon les données du VAAC de Washington, une colonne de cendres et de gaz a été éjectée à 8 km au-dessus du cratère et s'est dispersée vers le N.O.. L'éruption majeure a duré ~16 minutes et a été suivie par trois explosions mineures,  21, 26 et 39 minutes après l'évènement principal. Aucun dégât ni blessé n'a été signalé. L'alerte maximale (niveau rouge) a été décrétée. En terme énergique, cette troisième éruption de l'année 2009 se situe en seconde position et a libéré une énergie 25% moindre que celle libérée lors de l'éruption du 20/02. INGEOMINAS Pasto

 

ASAMA YAMA (île d'Honshu, Japon) - 01/02 : le volcan, situé à ~150 km au NO de Tokyo, est entré en éruption lundi matin, éjectant des gaz jusqu'à 2 km au-dessus du cratère et provoquant une chute de cendres jusqu'au centre de Tokyo (VAAC Tokyo). Selon les autorités, cette éruption mineure n'a fait ni blessés, ni victimes, ni dégâts. Les séquences vidéos de la TV japonaise montrent que le sommet enneigé du volcan libère encore un panache de gaz 7 heures après le début de l'éruption (01h51 HL 02/02/09 = 16h51 GMT 01/02/09). La dernière éruption du volcan a eu lieu en août 2008. L'Agence Météorologique Japonaise signale une possibilité de retombée de blocs jusqu'à 4 km autour du cratère. Le niveau d'alerte actuel est 3/5 (interdiction d'approcher le volcan).

Séquence vidéo de l'éruption nocturne (animation de clichés capturés par webcam).

Un témoin de 24 ans, résidant à ~20 km du volcan, raconte: " j'ai été réveillé après minuit par le bruit et les secousses de l'éruption. Le son était similaire à celui d'un avion en train de décoller à proximité et cela a continué durant 30 minutes."

"Climbing Asama" !

Par ailleurs, un autre volcan de la péninsule japonaise a connu un regain d'activité ce WE. Sept explosions ont eu lieu au Sakurajima (île de Kyushu), éjectant des blocs jusqu'à 2 km au-dessus du cratère.

 

POAS (Costa Rica) : l'OVSICORI communique que le séisme du 8 janvier dernier (Ma = 6.2) s'est produit à une dizaine de km à l'est du volcan Poas à 6 km de profondeur. Une vingtaine de personnes ont été tuées et une douzaine ont disparu suite aux glissements de terrain et à l'ouverture de failles. Le 8 janvier dernier, les scientifique de l'OVSICORI ont réalisé des mesures géophysiques dans le cratère actif. Ils ont observé de nombreux glissements de terrain et éboulements sur la paroi interne du cratère actif et dans le secteur nord du cratère principal. De nouvelles fractures se sont ouvertes sur la bordure orientale alors que l'activité fumerollienne d'un dôme pyroclastique situé au sud du lac du cratère actif a augmenté. Un total de 1500 répliques ont été enregistrées les 8 et 9 janvier. Le 12 janvier, les techniciens ont observé la montée de sédiments noirs dans le lac de cratère. une éruption phréatique a éjecté des sédiments et de l'eau à une hauteur de ~15 mètres à l'intérieur du cratère. Le diamètre de la zone de l'éruption était d'environ 50 mètres.

Rapport (en espagnol) & photos des conséquences du séisme du 8 janvier dans le cratère actif du Poas.

   

 

Eruptions 2004 à 2008 commentées sur ce site.