Principales activités volcaniques de 2007 commentées sur ce site...


Shiveluch (Kamchatka, Russie) : 01/03/05 2007

Montserrat (Petites Antilles, Caraïbes) : 01 2007

Telica (Nicaragua) : 01 2007

Karthala (île de la Grande Comore; archipel des Comores; Océan indien) : 01 2007

Bulusan (Philippines) : 01/04/05/07/10 2007

Tungurahua (Equateur) : 01-12 2007

White Island (Nouvelle-Zélande) : 02 2007

Kliuchevskoi (Kamchatka, Russie) : 02-03-05 2007

Piton de la fournaise (île de la réunion; Océan Indien) : 02/03/04 2007

Nevado del Huila (Colombie) : 02/04 2007

Chikurachki (Kamchatka, Russie) : 03 2007

Stromboli (Sicile, Italie) : 02/03 2007

Batu Tara (Indonésie) : 03 2007

Etna (Sicile, Italie) : 03/09/11 2007

Reventador (Equateur) : 03/05 2007

Ambrym (Vanuatu) : 04 2007

Ubinas (Pérou) :  03/05 2007

Lopevi (Vanuatu) : 04 2007

Concepcion (Nicaragua) : 04/11 2007

Kelut (île de Java, Indonésie) : 11-12 2007

 Ritter (Papouasie Nouvelle-Guinée) : 05 2007

Llaima (Chili): 05 2007

Santiaguito (Guatemala) : 06 2007

Fuego : (Guatemala) : 07/08/12 2007

Kilauea : (Hawai, USA) : 06-07 2007

Ol Doinyo Lengai  (Tanzanie) : 09/11 007

Soputan (Sulawesi, Indonésie) : 07/08/10 2007

Karangetang (Sulawesi, Indonésie) : 08 2007

Pavlof (Iles Aléoutiennes, Alaska; USA) : 08-09 2007

Manda Hararo (Ethiopie) : 08 2007

Fernandina (Galapagos, Equateur) : 08 2007

Ruapehu (Nouvelle-Zélande) : 03/09 2007

Jebel At Tair (Mer Rouge, Yemen) : 09-12 2007

Popocateptl (Mexique) : 12 2007

Talang (Indonésie) : 11 2007

Krakatau (Indonésie) : 11 2007

Lokong-Empung (Sulawesi, Indonésie) : 12 2007


Volcans en états d'alerte ...

Turrialba (Costa Rica) - 08-12 2007

 

08/12: Turrialba (Costa Rica): durant les premières heures du 5 décembre, une alerte a été lancée par les média costariciens et les gens résidant dans la région du Turrialba. Une impressionnante colonne de gaz/vapeur d'eau, haute de plus de 2 km, a été observée à partir de différents endroits de la Vallée Centrale. Les observations de techniciens de l'OVSICORI ont permis de confirmer une exhalaison anormale de gaz et vapeur le long de la paroi méridionale externe du cratère. Les secteurs affectés par l'acidification se sont multipliés au cours du mois de novembre et les effets sur l'environnement, tant au niveau animal que de la végétation, sont indéniables. La température de quelques fumerolles du cratère ouest a atteint 280°c. Il y a encore des zones où le soufre natif fond et des zones fumerolliennes où les gaz s'échappent sous haute pression générant un bruit aigu (type sifflement). Dans le secteur oriental de la caldera, l'effet délétère de l'acidification est particulièrement évident.

Cliquez sur la photo pour en savoir plus sur le Turrialba (G.V.P.; en anglais)

FieldreportTurri51207.pdf

Sismogramme du volcan Turrialba à la date du 05/12

08/08: l'OVSICORI a signalé, que de mi juin au 8 août, plusieurs modifications se sont produites au TURRIALBA, comprenant l'ouverture de fractures, l'extension de zones fumerolliennes ainsi qu' un indéniable impact des gaz sur la végétation. L'important accroissement spatial des fumerolles sur le haut de l'édifice a été corrélé avec une séismicité plus accentuée à la mi-juillet. La fumerolle principale située au fond du cratère ouest a atteint 138 °c et a généré un son distinct, ressemblant à celui d'une valve de haute pression, audible à 500 mètres de distance. La fumerole a provoqué la fusion de quantités observables de soufre, un phénomène qui n'a pas été observé par l'équipe de l'OVSICORI depuis 25 ans de surveillance continue. De multiples fissures, associées à l'expansion des zones fumerolliennes aux environs du cratère ouest, ont été signalées. Un large champ fumerollien est localisé entre deux fractures longues d'environ 100 m. qui se sont propagées radialement à partir des bords des cratères O et NO. La végétation sur les flancs NO, O et SO apparaît de couleur  jaune et brune foncée et des pans de forêt épars ont été brûlés (G.V.P.).

L'impressionnante fumerolle sommitale au volcan Turrrialba (Costa Rica) - Cliquez sur le cliché pour visionner d 'autres photos.

6  mai : TURRIALBA (Costa Rica): les scientifiques de l' OVSICORI ont proclamé l'état d'alerte minimum (niveau 1) au volcan Turrialba sur base de rapides changements durant les 3 derniers mois. Ils ont intensifié leur travaux sur le terrain et leur efforts de recueil de données. Pendant l'observation aérienne de février 2007, les arbres apparaissaient jaunis suite à l'émission soutenue d'émissions gazeuses émanant du cratère ouest. Une croissance végétale a été signalée dans des zones précédemment brûlées sur les flancs O et SO à proximité du sommet. Le 21 avril, une zone chaude (40° C) a été découverte à 1,5 km au SO du sommet, à la base de l'édifice volcanique, ce qui coïncide avec l'alignement OSO-ENE de la faille Ariete. Le 2 Mai, deux points chauds plus larges et des zones de dégazage ont été documentés sur la même faille, environ à 200 mètres au SO de la première zone. Les panaches de vapeur ont été détectés à plusieurs km de leur source, au-dessus de la canopée. La végétation détruite par la chaleur couvre approximativement un secteur de 300 m2 le long du plan de faille méridional.

06/08 : Papandayan (Java, Indonésie) en état d'alerte

19/03 : les autorités indonésiennes ont relevé d'un cran la cote d'alerte concernant un volcan de l'île de Sumatra qui montre des signes d'activité croissante. Le Mont TALANG , qui culmine à 2.597 mètres, génère des secousses telluriques et crache des fumées, a expliqué Marjusi, de l'agence locale de volcanologie. La fumée s'élève jusqu'à une hauteur de 800 m.

Ce volcan est situé près de la ville de Padang, dans une région qui a été ébranlée le 6 mars par un tremblement de terre de magnitude 6,3 qui a fait des dizaines de morts. En cas d'éruption, il faudrait évacuer 41.000 habitants.

Les tremblements de terre et éruptions volcaniques sont fréquents en Indonésie, un immense archipel situé sur la "ceinture de feu" du Pacifique. L'Indonésie compte 129 volcans actifs.

Source: Agence Antara 

Le Guatemala décrète l'alerte "orange" après une forte activité volcanique au volcan Fuego


Le Bureau guatémaltèque de Coordination pour la Réduction des Désastres (CONRED) a décrété l'état d'alerte "orange" après que le volcan Fuego, situé à seulement 45 km de la ville de la capitale Guatemala Cd., soit entré en éruption en délivrant des explosions "coups de canon" accompagnées de petits séismes. Selon les rapports, l'éruption du 17 mars a éjecté des cendres dans les airs jusqu'à une hauteur de 500 mètres au-dessus du cratère et a provoqué 20 à 30 petites secousses par minute. L'état d'alerte concerne 31.000 personnes vivant dans 14 centres habités proches du volcan dans les provinces d' Escuintla, de Scatepequez et de Chimaltenango. Les autorités signalent qu'il n'y a actuellement pas de danger imminent pour les populations. Toutefois, les autorités locales ont préparé des plans d'évacuation des citoyens dans des hôtels de crise si la situation devait empirer. Selon les volcanologues, l'historique des éruptions du Fuego, un des volcans les plus actifs du pays, remonte à 1542. Au pire, les cendres d'une éruption paroxysmale pourraient atteindre le Salvador et le Honduras situés au sud. Le CONRED recommande aux autorités guatémaltèques de l'aviation civile de prendre des précautions dans la zone.

Information publiée le 17 mars par Xinhua.

Le département de volcanologie de l'INSIVUMEH a signalé que du matériel incandescent avait été éjecté 200 mètres au-dessus du cratère du Fuego le 15 mars dernier. Cette activité explosive a été accompagnée de grondements et d'ondes de choc qui ont fait vibrer les fenêtres d'habitations situées à plusieurs km de distance. Deux coulées de lave ont été observées, dont l'une a parcouru environ 1.5 km vers l'ouest dans la vallée Taniluyà. Un panache de cendres s'est déplacé vers le S et le SO. Le 16 mars, une activité strombolienne a propulsé des matériaux à 300 par dessus le cratère et des ondes de choc ont été ressenties à 15 km à la ronde. Les coulées de lave du 15 mars ont encore avancé et trois autres coulées ont été observées dans différentes ravines. Des panaches de cendres ont atteint une altitude de 5,4 km et se sont déplacé vers le S, SO et l'E. Deux coulées pyroclastiques ont parcouru environ 800 mètres, une au NO et l'autre à l'O et SO. Les 15 et 16 mars, un point chaud a été détecté par les satellites et le VAAC de Washington, se basant sur des rapports de pilotes de ligne, a signalé la présence de nuages de cendres jusqu'à des altitudes de 4,1 à 6,1 km (source info: G.V.P. & INSIVUMEH)

18/03 -- Des coulées de boue sur les flancs d'un volcan néo-zélandais

SYDNEY - La défense civile néo-zélandaise a activé un dispositif d'urgence à la suite de l'écoulement de coulées de boue résultant du débordement du lac situé dans le cratère du mont Ruapehu, un volcan. Le lahar (coulée de boue) a dévalé la vallée de la rivière Whangaehu. Aucun blessé ni dégât n'ont été signalés.

Les scientifiques s'attendaient depuis plusieurs mois à l'apparition de lahars dans le mont Ruapehu, l'un des volcans à lac de cratère les plus actifs du monde. La compagnie des chemines de fer néo-zélandaise continue la vérification sur le pont de Tangiwai qui avait été emporté en 1953 en tuant 151 passagers d'un train en provenance d'Auckland à la veille de Noêl.

(ats / 18 mars 2007 21:22)

http://data.geonet.org.nz/geonews/sab/

http://www.gns.cri.nz/what/earthact/volcanoes/index.html

Le barrage de téphra qui retenait le lac de cratère du Ruapehu s'est partiellement rompu permettant ainsi le passage d'une quantité d'eau suffisante pour générer un lahar d'environ 1,3 millions m3 ,composé d'eau et de débris, qui s'est écoulé dans la rivière Whangaehu.

The tephra dam holding the crater lake gave way at about 10.00 am on Sunday and in one rush a lahar of about 1.3 million cubic metres of water and debris spilled from the crater lake and washed down the Whangaehu River.

A gauche, vue aérienne du lac gris-vert du cratère du Ruapehu observé après le lahar du 18 mars. Le barrage naturel de téphra (créé par les éruptions de 1995) retenant les eaux du lac de cratère a été complètement détruit. La brèche ainsi formée dans la paroi du cratère se situe en bas à gauche de la photo. Cliquez sur la photo pour lire plus d'informations sur ce lahar (en anglais). A droite, vue aérienne du lahar ayant emprunté le lit de la rivière Whangaehu le 18 mars.

Spectaculaire photo du lahar ayant parcouru le lit de la rivière Whangaehu. Un pont a été complètement emporté. Cliquez sur la photo ou sur ce texte pour visionner d'autres clichés (cliquez sur la rubrique "Photo Gallery"). A droite, le trajet parcouru par le lahar.

Selon l'expert-volcanologue néo-zélandais Bratt Scott et coordinateur au G.N.S., l'évacuation rapide d'eau du lac de cratère du Mt Ruapehu induit, à présent, un risque plus élevé d'éruptions hydrothermales suite au déséquilibre physico-chimique provoqué par l'évacuation d'une partie de l'eau du lac qui était jusqu'alors en équilibre physico-chimique (pH, témpérature, pCO2,pSO2, etc.) au sein du cratère.

Le lac gris-vert de cratère (moyennement acide) du Mt Ruapehu et, à l'avant-plan, le barrage naturel de téphra (matériaux pyroclastiques hétérogènes faiblement consolidés) haut de seulement +/- 5 mètres. C'est ce barrage naturel qui a cédé le 18 mars laissant échapper instantanément 1,3 millions m3 de débris et d'eau dans la vallée de la rivière Whangaehu, rappelant douleureusement  aux néo-zélandais la catastrophe qui s'est produite à la veille de Noël 1953 tuant 151 passagers d'un train qui n'allait jamais franchir un pont emporté par un lahar destructeur. Ce train reliait la capitale économique, Auckland, à la capitale administrative, Wellington. Selon les études préliminaires, le récent lahar issu du lac de cratère du Mt Ruapehu, survenu le 18 mars, aurait été 25% plus important que celui qui a causé la tragédie de Tangiwai  en 1953.

 

01-02-07 SOUTHERN CHILE QUAKES NOT A SIGN OF PENDING DISASTER -- Les secousses au Sud Chili ne sont pas un signe annonciateur d'un désastre naturel (volcanique).

"Les autorités locales ont craint que l'importante activité sismique était annonciatrice d'une éruption volcanique. Le proche volcan Hudson est en effet situé à 135 km au sud de la ville de Coihaique et est entré en éruption pour la dernière fois le 8 août 1991. Cette éruption, la seconde la plus importante enregistrée au Chili, a été précédée par un essaim similaire de vibrations du sol ("tremors") et de séismes.

Les autorités ont à présent signalé que le réveil de ce volcan serait un scénario improbable.
Lundi dernier (29/01/07), une équipe de scientifiques (composée d'un séismologue de l'Université du Chili, d'un géologue du Service Géologique et Minier du Chili et d'un volcanologue du Bureau National des Catastrophes Naturelles) a conclu que les secousses étaient originaires d'un point situé à environ 20 km au NO de Puerto Chacabuco et à quelques 11 km sous le fjord d'Aysén.

Le scénario le plus vraisemblable, déclarent les experts, est qu'un courant de magma souterrain est en train d'exercer une pression sur  la plaque tectonique située sous le fjord d'Aysén. L'activité sismique résultante se poursuivra soit pendant une période non prévisible, éventuellement en diminuant; ou le courant magmatique se frayera un chemin jusqu'à atteindre la surface pour former un cône volcanique relativement petit sur le plancher du fjord Aysén. "

Hudson volcano, 25-01-07 (Southern Chile), rumbling and fears of an eruption -- Le volcan Hudson (25-01-07; Sud Chili) gronde et une éruption est redoutée; c'est une information non confirmée à l'heure actuelle (31/01/07).

Mise à jour du 31/01/07 :  "Southern Chile’s tremors traced to submarine fissure" - A wave of small earthquakes that has caused alarm in southern Chile may be related to the birth of an undersea volcano, officials said Tuesday. -- La série de petits séismes qui a provoqué une alerte au Sud Chili pourrait être liée à la naissance d'un volcan sous-marin dans la région du fjord d'Aysen.

Mise à jour du 29/01/07:  Chile: Repeat earthquakes terrify citizens in Aysen - Chili; des séismes répétés terrifient les habitants d'Aysen (Patagonie) ; lire aussi le dernier courrier d'Ellie (menace de réactivation de la faille Liquiñe Ofqui/1960).

(LGE) - Image "Google Earth" globale -- 25/01: pas d'alerte thermale "ModVolc" à 100 m. de résolution

Lire le contenu des mails échangés entre "LAVE-Belgique" & le VAAC de Buenos Aires

E-mail reçu le 25/01 (14h49) par le "webmaster" en provenance du service VAAC de Buenos Aires (Argentina)

Lire le mail de la géologue/volcanologue argentine Elizabeth ROVERE (Service Géologique d'Argentine; délég. Buenos Aires)

"Ellie", accompagnée de collègues volcanologues italiens (I.N.G.V.-Pisa & C.N.R.) participant au colloque IAVCEI de Quito en janvier 2006 (villes sur des volcans; "cities on volcanoes"), au bord du cratère du Guagua Pichincha (volcan actif situé à proximité de Quito; Ecuador).

Reconnaissance internationale d'une information diffusée par la délég. "LAVE-Belgique".


Volcans en activité en 2007...

15/12: à environ 5h30 a.m., le volcan Fuego a émis un panache significatif de cendre et de gaz. Cette activité est probablement toujours en cours ce 16/12. Une importante coulée de cendre (pyroclastique) et, peut-être, de lave a été observée sur le flanc oriental à partir d'Antigua Guatemala. Il est possible qu'une activité similaire ait lieu sur les pentes occidentales mais elle ne peut être visible d'Antigua. Déjà, le 14/12, des gens ont déclaré avoir observé une coulée de lave dévalant le versant oriental ainsi que des projections de lave au-dessus du cratère. Info. de Suzanne De Berge via G.V.P.

17/12: après l'éruption des 15 & 16 décembre, le volcan s'est complètement "épuisé" et a repris son activité habituelle caractérisée par quelques explosions d'intensité modérée (~1 évènement explosif / heure expulsant de la cendre grise à 700 m. au-dessus du cratère et se déplaçant à 8 km vers S et SO).

09/12: Lokong-Empung (Sulawesi, Indonésie) : sur la base d'observations visuelles, d'un processus d'inflation détecté par le réseau de surveillance et d'un accroissement de la sismicité, le CVGHM a rehaussé le niveau d'alerte du volcan de 2/4 à 3/4 le 09/12 dernier. La couleur de l'eau du lac de cratère Tompaluan est passée du vert au gris et les bruits associés aux dégazages se sont intensifiés. Des panaches blancs se sont élevés à une altitude de 1,6 km asl. Il a été conseillé aux visiteurs et touristes de ne pas pénétrer dans la zone située à moins de 2 km autour du cratère.

Récente expédition de Marco Fulle & Tom Pfeiffer ("Stromboli on Line" &  "V.D.") au Krakatau  

10/11: Anak Krakatau : selon certaines informations, des coulées de lave ont été émises durant la journée du vendredi 09/11 et ont parcouru les pentes du volcan culminant à 305 mètres au-dessus de la mer. Il pourrait d'avantage s'agir d'avalanches de blocs incandescents que de véritables coulées effusives. A.N.

Par ailleurs, un séisme de magnitude 5,5, dont l'épicentre a été localisé à 200 kilomètres de l'Anak Krakatau, a ébranlé vendredi à 06H55 GMT le détroit de la Sonde, sans provoquer de dégâts.


06/11: l'Anak Krakatau a projeté, pour la première fois depuis sa reprise d'activité, des matériaux incandescents à 500-700 m. au-dessus de son cratère méridional. Antara News

Selon les données liées à l'observation du volcan, le volcan a produit, de 00h00 à 06h00 le 06/11,  74 nuages de cendre suivis par 4 secousses volcaniques profondes, 20 secousses volcaniques superficielles et 4 épisodes de vibration volcanique ("tremor").


27/10: Jakarta; Indonésie - Le volcan indonésien Anak Krakatau ("l'Enfant du Krakatau"), situé 130 km à l'ouest de la capitale indonésienne, a éjecté des cendres et des gaz, signe précurseur d'une possible future éruption. Le volcanologue Surono a déclaré que l'activité du volcan a augmenté à partir du vendredi 26/10 produisant quelques explosions mineures. L'état d'alerte a été rehaussé au niveau 2 puis est passé au niveau 3 en début de semaine.

Cliquez sur la photo de droite pour visionner une séquence vidéo relative à l'activité actuelle.

Rappelons que ce volcan est apparu en 1927 dans la caldera du Krakatau (ou Krakatoa) créée après l'éruption cataclysmique de 1883, plus précisément à un point situé entre les anciens cônes Danan et Perbuwatan, deux des trois cônes qui formaient le Krakatoa avant l'éruption meurtrière de 1883. Depuis 1927, l'Anak Krakatau a connu plusieurs phases éruptives ± longues.

KELUT: 20/11: la croissance du dôme de lave continue et cause inéluctablement la disparition du lac dans le cratère !


08/11: le niveau d'alerte du Kelud(t) a été ramené à 3 sur une échelle de 4 degrés suite à la baisse de l'activité ! En conséquence, les villageois résidant dans la zone de danger ont été autorisés à rentrer chez eux et sont priés de se tenir prêt pour une évacuation rapide.

Le volcanologue Simatupang a déclaré que le volcan connaissait actuellement une activité effusive, ce qui implique que l'énergie libérée l'a été graduellement et non pas suffisamment violemment pour provoquer la destruction de la masse de lave solidifiée qui obstruait le conduit éruptif après l'éruption de 1990. Ce dernier phénomène aurait été susceptible de provoquer une éruption (très) explosive ! Il semble que ce dôme de lave croisse progressivement au sein du lac de cratère et a atteint aujourd'hui un diamètre de 150 mètres et une hauteur de 70 mètres. Une grande quantité de vapeur d'eau s'échappe d'un évent perçant le dôme et devrait provenir, tout au moins en grande partie, de la vaporisation rapide du lac qui devrait disparaître assez rapidement si le phénomène actuel se poursuivait.

03/11: Kelud(t) -- île de Java; Indonésie : on peut considérer que ce volcan est en éruption depuis qu'une dalle de lave, issue d'un magma très probablement juvénile, est apparue au milieu du lac de cratère dans le nuit du 03/11 au 04/11.

Pour lire des informations relatives à la période de réveil de ce volcan, voir la page spéciale "KELUD(T)" !

25/11Concepcion (Nicaragua) : dans la nuit de samedi 24/11 à dimanche 25/11, le volcan a expulsé des énormes colonnes de cendre après la survenue d'une série de petits séismes. Personne n'a été blessé ! Dimanche 24/11, de la cendre est retombée sur les communautés locales et des vents forts l'ont transporté vers la capitale, Managua. INETER.

29/11: Talang ( Sumatra, Indonésie) : le CVGHM a relevé le niveau d'alerte du Talang. Sur la base d'observations visuelles et de la sismicité, il est passé de 2 à 3 sur une échelle de 4. Du 27/11 au 29/11, des panaches de cendre et de gaz se sont échappés à partir de multiples cratères et ont atteint des altitudes de 3,1-4,1 km asl. Une forte odeur de dioxyde de soufre a été signalée. Une zone d'exclusion de 3 km autour du cratère a été instaurée.

01/12: Popocateptl (Mexique) :  à 06h20 H.L. (12h20 GMT), le volcan a expulsé un énorme panache de cendre et de gaz à ~3000 m. au-dessus du cratère du plus célèbre des volcans mexicains. Cette soudaine éruption a été considérée comme un évènement majeur par les autorités mexicaines. Une telle explosion semble indépendante de celles survenues durant le début des années 2000, qui étaient liées à des ruptures du dôme de lave à l'intérieur du cratère. Quelques heures après l'explosion, des particules de cendre sont retombées sur plusieurs villes environnantes dont Atlauta, Tepetlixpa, Amecameca et Iztacalco. Une zone de 12 km  autour du volcan a été bloquée. Les chutes de cendre ont également affecté la grande ville de Puebla, proche du géant mexicain. Cinq autres explosions mineures, émettant principalement de la vapeur d'eau associée à d'autres gaz, se sont produites durant les dernières 24 heures.  Les autorités déclarent que l'activité est probablement liée à la mise au contact d'eau météorique issue des récentes pluies abondantes avec une poche de magma frais (activité phréato-magmatique).

Le niveau d'alerte a été revu et est actuellement au stade intermédiaire (jaune).

Photo & source AFP

Centro Nacional de Prevencion de Desastres - Centre Mexicain de Prévention des Catastrophes Naturelles

 

04/12: Jebel at Tair (Yemen): depuis le début de l'éruption du Jebel at Tair le 30 septembre dernier, le capteur MODIS a détecté sur l'île des anomalies thermiques jusqu'au 4 décembre. Selon un récent article, une assez forte éruption a eu lieu le 4 décembre et des coulées se sont épanchées épisodiquement depuis le 30 septembre. Par ailleurs, le Centre Sismologique du Yémen (EOC) a signalé qu'un léger séisme (Ma : 2,7) avait été enregistré en Mer Rouge le 03/12, suivi par une secousse de Ma 1,9 le 05/12.

L''îlot yéménite de la Petite Hanish, qui fait partie d'un chapelet d'îles entre le Yémen et l'Erythrée, a été évacué des forces militaires qui y sont basées de crainte d'une éruption volcanique, rapporte samedi l'agence officielle SABA.
Citant un responsable des forces maritimes de la province d'Al-Houdaydah, le colonel Anis Ali Salem, l'agence précise que cette décision faisait suite à récente série de secousses telluriques sur cet îlot, proche de l'île de Jabal Al-Tayr, en mer Rouge, théâtre en octobre dernier d'une éruption volcanique qui avait fait au moins trois morts. Le nombre des militaires évacués n'a pas été précisé
. Le Monde
 


 

01/11: Ol Doinyo lengai; Tanzanie - Le Lengai est à nouveau entré en éruption fin octobre. Rappelons que ce volcan connaît une crise éruptive depuis le début de septembre. Sur la base d'observations de pilotes, le VAAC de Toulouse a signalé la présence de panaches de cendre atteignant des altitudes de 3200 à 4600 m. asl. Voir des photos spectaculaires & lire des informations plus détaillées (en anglais) sur le site web de Frederick Belton !

Un dense panache de cendre grisâtre est expulsée vers le N.O. à la mi-octobre. Une zone de débordement lavique est visible à l'avant-plan du cratère. Photo © L. Dudley.

25/10: Jakarta; Indonésie - Le volcan Soputan, situé dans le centre de l'Indonésie, est entré en éruption jeudi à 9h15 heure locale, projetant des panaches de gaz et de cendre à ± 1.500 m d'altitude, a annoncé un responsable du système de surveillance local. La cendre a été transportée par le vent vers l'ouest. Le village de Silean, localisé sur les pentes occidentales de l'édifice, a été recouvert de fines particules de cendre.

La dense colonne de cendre et de gaz du volcan Soputan. Photo © AFP.

Les populations voisines du Soputan, situé sur l'île des Célèbes, ont été évacuées avant l'entrée en éruption du volcan, a précisé Sandy Manengke.

Aucun blessé ni dégât n'était signalé dans l'immédiat. AFP

05/10: Manille; Philippines (AFP) — Le Mont Bulusan, culminant à 1559 m dans la partie SE de l'île de Luzon, a émis, à deux reprises, des nuages de cendre suivis par une vingtaine de secousses. Les autorités locales ont été forcées de fermer les écoles pendant la journée de jeudi 04/10 et ont déclaré l'état d'alerte. La cendre est retombée sur 5 villages. Les résidents des environs du volcan ont été mis au courant de la potentialité de survenue de coulées de boue (lahars).

Voir d'autres activités du Bulusan cette année !

 

OTTAWA (Reuters) - 30/09 : une éruption s'est produite au large des côtes du Yémen en Mer Rouge et a éjecté des lambeaux de lave à plusieurs centaines de mètres (± 300 m) de hauteur dimanche 30/09 à 17h30 locale (14h30 GMT). Neuf militaires au moins manquent à l'appel ont déclaré des officiels de la marine canadienne. Trois personnes ont été brûlées vives par la lave. L'éruption a eu lieu sur l'île de Jazirt Atta-Ir située à ± 100 km des côtes du Yémen. Le porte-parole de la marine, Ken Allen, a déclaré que l'île entière, longue de 3 km, était envahie par la lave qui se déversait en mer. Il s'agit du volcan Jebel At Tair (alt.: 244 m.) où des éruptions se sont produites aux 18è et 19è siècles. Des cônes pyroclastiques sont situés le long des côtes NO et S de cette île longue de 3 km distante d'une centaine de km de la côte yéménite et de 140 km de la côte érythréenne. Le sommet de deux cônes de scories sont encore aujourd'hui le siège d'une activité fumerollienne. Des fractures radiales sont visibles à partir du sommet et quelques unes ont été la source de coulées de lave. La dernière éruption de ce volcan a eu lieu en 1883. Lors de cette violente éruption, la partie occidentale de l'île se serait effondrée. A noter qu'un activité sismique relativement importante a précédé l'éruption. Plusieurs secousses d'intensité moyenne (Jamal al-Shalaan, chef du Centre Sismologique du Yémen, a déclaré que trois séismes de magnitude comprise entre 4 et 4.3 avaient frappé l'île aux environs de 12h27 GMT dimanche 30/09) et même, semble-t-il, un tremblement de terre d'une magnitude de 7.3 (28/09) ont été enregistrés dans les jours précédents cet évènement volcanique majeur dans cette partie du monde. L'île volcanique de Jazirt Atta-Ir  est située à l'aplomb de l'axe du rift (dorsale d'accrétion) de la Mer Rouge et le magmatisme y est donc de composition basaltique (d'affinité tholéiitique probablement). Le long de ce rift, il y a séparation entre les plaques arabique et africaine. Lire plus de détails en anglais ! Voir carte "Google Earth" de la région incluant les limites des plaques tectoniques.

Autre source d' informations actualisées

Sur cette photo réalisée par des militaires canadiens, on voit l'incandescence des coulées de lave libérant des gaz au cours de l'éruption sur l'île de Jazirt Atta-Ir située dans la Mer Rouge. Master Cpl. Kevin Paul / AP

Vidéo visible sur le site web de CNN. Ces images vidéo montrent que cette soudaine éruption inattendue est de type fissural (avec des rideaux de feu/"fire curtains" dans la phase initiale). Elle semble assez similaire à celle qui a eu lieu en 1973 sur le volcan Eldfel de l'île d'Heimaey (où le contexte tectonique d'ouverture océanique est semblable) à quelques encablures des côtes islandaises méridionales. Dans cette éruption, contemporainement à l'épisode des fontaines de lave, il y a émission de nombreuses et larges coulées qui ont envahi l'ensemble de l'île.

Vue satellitaire de l'île de Jazirt Atta-Ir qui abrite la volcan Jebel At Tair. L'île est le sommet émergent d'un stratovolcan qui s'élève de 1200 mètres à partir du fond océanique. Des laves récentes issues d'un abrupte évent central , le Jebel Duchan, couvrent la plupart de l'île d'âge Holocène. Image NASA Landsat 7. Téléchargez le fichier actualisé "kmz" permettant de visualiser l'île en 3D dans "Google Earth".

Dans la journée de dimanche 30/09, des signes précurseurs de l'éruption semblent avoir été signalés dans la partie sud de l'île. Selon l'agence yéménite d'informations, le 3 octobre, l'éruption se poursuivait mais son intensité semblait avoir largement diminué ! De la lave s'échappait à nouveau de la partie occidentale de l'île à 18h00 H.L.

Photos de l'éruption sur le site officiel de l'OTAN / NATO.

L'instrumentation de mesures de l'ozone (OMI), embarqué à bord du satellite Aura, a détecté des émissions significatives de SO2 associées à l'éruption du 30 septembre. Le 1er octobre à 11h00 GMT, un vaste nuage de SO2 a été observé au NO du volcan, au-dessus du NE Soudan et de la Mer Rouge. Le panache de SO2 émanant de l'île indiquait une activité continue. La charge totale en SO2, mesurée par OMI à ce moment, était de 70.000 tonnes.

"The Ozone Monitoring Instrument (OMI) aboard NASA's Aura satellite detected significant SO2 emissions associated with the September 30, 2007 eruption of Jebel al-Tair, Yemen. No SO2 emissions were apparent in OMI data collected at 1015UT on September 30, so we infer that the eruption started later that day. On Oct 1 at 1100UT a large SO2 cloud was observed NW of the volcano over NE Sudan and the Red Sea, with a plume of SO2 emanating from the island indicating continuing activity. The total SO2 burden measured by OMI at this time was ~70 kilotons. Subsequently, only very weak SO2 emissions have been detected near the volcano, suggesting that the eruption has waned. However, the SO2 cloud observed on October 1 has continued to drift across the Arabian Peninsula and central Asia, and on October 5 the leading edge of the cloud reached Japan. The precise altitude of the SO2 cloud is currently unknown, but the speed and pattern of its dispersion, coupled with a relatively slow decrease in SO2 burden, imply that it is being transported by the subtropical jet stream at an altitude of at least 10 km. We hope to have confirmation of the altitude when data from the CALIPSO space-borne lidar instrument become available. The high altitude reached by the cloud suggests an energetic eruption with high lava effusion rates in the early stages of the event. Images of the SO2 cloud are being posted on the OMI SO2 group website (http://so2.umbc.edu/omi)".
 

 

 

25/09: "NZealand Ruapehu volcano erupts, one badly hurt !" Le volcan néo-zélandais Ruapehu entre en éruption, une personne est sévèrement blessée.

Rapport de l'éruption rédigé par le volcanologue NZ Craig Miller (en anglais) envoyé sur la liste de diffusion "Volcano Server"

WELLINGTON (AFP) — les infrastructures de ski ont été évacuées, des autoroutes brièvement fermées au trafic et une personne a été grièvement blessée suite à l'éruption soudaine et inattendue du Ruapehu qui a expulsé de le cendre et des blocs dans les airs. L'éruption a débuté à 20h26 mardi (08h26 GMT/UTC) et a duré 7 minutes a déclaré le volcanologue Craig Miller. Elle a été accompagnée par un séisme de magnitude 2.9 qui a duré 8 minutes. Aucune autre activité n'a été signalée dans les heures suivant l'éruption qui a été qualifiée de mineure à modérée. Un jeune homme de 22 ans a été sérieusement blessé par des débris tombés sur le refuge de montagne où il se trouvait. Selon les informations fournies, des blocs seraient passés à travers le toit et auraient broyé ses jambes. La jambe de William a finalement été amputée. Environ 60 skieurs, résidant dans des chalets disséminés sur la montagne, ont été évacués pour un court moment mardi soir. Deux autres personnes auraient été blessées au cours de cette brève éruption. Deux coulées de boue (lahars), émises à partir du lac de cratère sommital, ont dévalé les flancs du Ruapehu mais aucun dégât significatif n'a été reporté. Ces lahars ont atteint les basses pentes du champ de ski de Whakapapa et, peut-être, l'est de la vallée de la rivière Whangaehu, ainsi que d'autres zones.  Un anneau de cendre noire entourant le lac de cratère de la montagne drapée de neige a été observé le jour précédent l'éruption, lundi 24/10. Des observations réalisées par le volcanologue Brad Scott lors d'un survol héliporté ont permis de constater que des débris pouvaient être observés jusqu'à 1.5 km du cratère. Des pilotes ont signalé la présence d'un panache de cendre et de vapeur d'eau jusqu'à près de ± 4.5 km de hauteur. L'éruption n'a pas été accompagnée de production de lave. Selon Brad Scott, en principe, il devrait encore se produire deux ou trois évènements éruptifs pendant les prochains jours, comme en 1975. Le Mt Ruapehu, le point culminant (alt.: 2797 m.) de l'île du Nord, a été le volcan le plus actif en Nouvelle-Zélande durant ces dernières années. Des éruptions modérées ont eu lieu en 1975, 1995, 1996 et une éruption mineure s'est produite en octobre dernier.

Lien vers une séquence vidéo (TV NZ) ; interview de Craig Miller

Le refuge où se trouvait le jeune homme grièvement blessé se trouve sur la bordure du cratère du Ruapehu. Photo issue de la webcam prise le 26/09 à 6h00 (GEONET)

Le 26 Septembre, des observations aériennes ont révélé que la zone sommitale a été recouverte par de la cendre et de la boue. Ces dépôts étaient pour la plupart dirigés vers le nord et les matériaux ont atteint une distance de 2 km à partir du lac de cratère. Des cratères d'impact ont été générés, à l'évidence, par des retombées de blocs de plus de 1 m. de diamètre.

 

 

Vue aérienne du cratère du Lengai  (06/09). Un cône noir a fait son apparition au centre du cratère et projette des matériaux de natro-carbonatite à quelques mètres/dizaines de mètres de hauteur. Cliquez sur la photo pour voir d'autres clichés récents de cette activité explosive. Source : F. Belton

Le volcan Oldoinyo Lengai, s'élevant au NO de la Tanzanie, est entré en éruption à minuit entre le 4 et 5 septembre, en générant un important nuage de cendre. Pendant plus de 12 heures, des retombées de cendre ont été observées sur le village d’ Engare Sero localisé à 18 km au nord du sommet du volcan. Le nuage de cendre a été visualisé par le capteur satellitaire ASTER au matin du 4 septembre. Le nuage s’est déplacé vers le S-SO.

Les flancs NO, O et E de l’ Oldoinyo Lengai semblent avoir été récemment brûlés. Ces feux de broussaille ont probablement été causés par des coulées de lave ou du matériel incandescent qui a débordé du cratère. Depuis le 21 août dernier, les données MODIS ont enregistré des anomalies thermiques répétées à l'intérieur et aux alentours du cratère. Des anomalies thermiques étendues ont été repérées sur les flancs les 31 août et 1er septembre.

Cette éruption présente un caractère beaucoup plus explosif que l’activité éruptive observée durant les 15 dernières années et pourrait ressembler à des éruptions avec émission de  matériaux riches en silice observées durant la période 1966-67.

Source : "Volcano Server" (Matthieu Kervyn, Mercator & Ortelius Research Center for Eruption
Dynamics, Ghent University; Greg Vaughan, JPL; Thomas M. Holden,
Nature Discovery; Fred Belton
). Texte en anglais

Des données satellitaires hyperspectrales à haute résolution (30m/pixel) réalisées dans la gamme spectrale "SWIR" indiquent l'existence de deux sources très réfléchissantes au sommet du cratère dont le spectre correspond à l’émission de lave à haute température. Il y a aussi une indication de la présence d’une courte coulée de lave s’écoulant du cratère vers le NO. Les données digitales du capteur suggèrent un taux d'émission de ~0.5 m3/s. Ashley Davies, JPL.
 

 

04/09 : réveil spectaculaire de l'Etna !!! Impressionnante fontaine de lave observée ce soir au cône SE & coulée de lave vers la Vallée del Bove ...

Reprise d'activité sur l'Etna (cône SE) : séquences vidéo de Simone GENOVESE & photos du début du paroxysme par Thierry MAES.

Page spéciale "Etna 2007"....

Images des différentes webcams de l'Etna ("INGV-CT"; "Etnatrekking").

05/09: le "tremor" et l'activité de fontaine de lave ont fortement diminué à partir de 5h ce matin, heure à partir de laquelle le signal sismique a repris des valeurs normales. Cet épisode hawaiien au cône SE aura duré près de 12 heures (est-ce un record ?) !

Page spéciale "Etna 2007"....

 

05/09: le Pavlof entre dans sa troisième semaine d'éruption caractérisée par l'émission de cendre et d'éjection de lave. Les scientifiques continuent d'avertir de la possibilité d'une forte explosion qui pourrait envoyer des cendres jusqu'à plus de 5000 mètres de hauteur affectant ainsi la circulation aérienne. Selon l'observatoire volcanologique du A.V.O. la montagne devrait suivre un schéma éruptif classique correspondant à son activité historique. La dernière éruption a débuté en septembre 1996 et s'est poursuivie durant plusieurs mois en émettant des coulées de lave et en produisant des explosions de cendre.

30/08: une éruption volcanique s'est produite mercredi dans une île non peuplée de l'archipel équatorien des Galapagos mais ne devrait pas menacer l'écosystème de cette réserve naturelle, classée au patrimoine mondial de l'Unesco.

Situé sur l'île Fernandina (LGE), le volcan La Cumbre ("le sommet"), qui culmine à un peu plus 1.400 m d'altitude, s'est réveillé après un séisme de magnitude de 5,2 degrés sur l'échelle de Richter, a indiqué à un porte-parole de l'Institut de Géophysique.

"On a pu noter une colonne de vapeur, de cendre et probablement de lave qui est descendue le long de l'un des flancs", a déclaré le vulcanologue Patricio Ramon, de l'Institut de Géophysique.

L'alerte a été lancée par les gardes-forestiers du Parc national des Galapagos (PNG). AFP 29.08.2007

Manda Hararo (Ethiopie) : le 16 août, une équipe a réalisé des observations aériennes & de terrain aux environs d'une zone habitée connue sous le nom de Karbahi, un graben contenant de nombreuses failles actives, des fissures, et des coulées basaltiques, situé au NO du centre éruptif de Manda Hararo. Les observations révèlent la présence d'un volcanisme actif, incluant des zones éparses d'intense émission gazeuse et de dépôts de soufre. Les laves basaltiques se sont écoulées à partir de longues fissures, principalement à l'ouest du plancher du graben. Chaque fissure a été recouverte par une série continue de petits cônes de scories soudées rapprochés hauts de 2 à 10 mètres. La granulométrie des dépôts de ces cônes éruptifs varie de gros lapilli à des bombes. De l'incandescence et occasionnellement des petites flammes ont été émises au sommet des cônes. Les coulées de lave "aa" (scoriacées) et "pahoehoe" (cordées) émises des bouches éruptives ont  parcouru quelques centaines de mètres. L'épaisseur des coulées a varié mais a pu atteindre localement plusieurs mètres. Les chenaux et tunnels laviques étaient abondants. Des escarpements de faille exhibant des ruptures fraîches et des éboulements ont été signalés. La zone affectée par l'activité volcanique et tectonique couvre une surface longue de 5-7 km et large de 1 km. Selon les témoignages de témoins, un son de craquement a été perçu et une secousse a été ressentie le 12 août. Le 13 août, du "feu" a été vu et a illuminé une vaste zone. "Le feu et la fumée" ont subsisté avec une intensité variable jusqu'au 16 août. Aucune perte en vies ou dégâts aux propriétés n'ont été signalés. G.V.P.


ADDIS ABABA, Ethiopia (AP) - selon les autorités éthiopiennes, 5 personnes ont été tuées et 2000 autres ont été déplacées après l'éruption qui a duré 3 jours la semaine dernière. L'éruption a également causé la mort de 1400 animaux de cheptel tels que chameaux et oies. L'isolement et l'éloignement expliquent le retard avec lequel les victimes ont été dénombrées. L'éruption a également asséché quelques rivières et pollué d'autres.

Cliquez sur les miniatures pour visionner la carte correspondante (Ethiopie, volcan Manda Hararo) issue de "Google Earth"

Le 13 août  à 10h15 GMT/UTC, un vaste nuage de dioxyde de soufre a été détecté au-dessus de l'Éthiopie et du Soudan par un équipement d'analyse de l'ozone (OMI) embarqué sur le satellite de la NASA "Aura". Ce nuage est probablement le résultat d'une éruption volcanique en Afar occidental (Éthiopie) bien que l'origine soit encore vague. L'analyse préliminaire indique que le nuage contenait ~8000 tonnes de SO2, étant entendu que la quantité de SO2 est fonction de l'altitude du nuage qui n'a pas encore été défini.

L'inspection des données de "points chauds" de MODIS montre l'apparition d'un groupement de "points chauds" centré sur 12.25ºN, 40.65ºE à la fin du dimanche 12 août, probablement correspondant à une coulée de lave active. La localisation est environ à 40 km SSE du volcan Dabbahu, qui a connu sa première éruption historique en 2005. Le volcan le plus proche du site de l'éruption semble être Manda Hararo (12.17ºN, 40.82ºE), un système d'évents échelonné le long d'une fissure où aucune éruption historique n'a été enregistrée jusqu'à présent. Le 14 août, l'anomalie thermique détectée par MODIS avait diminué alors que les émissions de SO2 continuaient (source : message de Simon Carn sur "volcano server").

 

05/09: le Pavlof entre dans sa troisième semaine d'éruption caractérisée par l'émission de cendre et d'éjection de lave.
Les scientifiques continuent d'avertir de la possibilité d'une forte explosion qui pourrait envoyer des cendres jusqu'à plus de 5000 mètres de hauteur affectant ainsi la circulation aérienne. Selon l'observatoire volcanologique du A.V.O. la montagne devrait suivre un schéma éruptif classique correspondant à son activité historique. La dernière éruption a débuté en septembre 1996 et s'est poursuivie durant plusieurs mois en émettant des coulées de lave et en produisant des explosions de cendre.

 

Photo A.V.O.

16/08: PAVOLF (Iles Aléoutiennes, Alaska-USA): ce volcan est actuellement en alerte orange (A.V.O.). L'intensité de l'activité sismique du volcan a progressé lentement à partir du 16 août. Des signaux puissants, enregistrés à une station située au SE du sommet, suggèrent que des coulées, probablement de boue (lahars), dévalent ce flanc. Les images satellitaires nocturnes et matinales continuent à montrer une zone thermique de forte intensité au sommet du cône. Les résidents de deux communautés voisines du volcan ( Cold Bay & Sand Point ) ont observé de l'incandescence au sommet durant la nuit dernière. Ces observations sont cohérentes avec l'existence d'une vigoureuse éruption lavique au sommet du volcan semble-t-il sans, pour le moment, émission intensive de cendre en altitude. Le code est à l'"orange" pour l'aviation civile.

20/08: KARANGETANG : les autorités indonésiennes ont lancé une mise en garde lundi contre l'activité d'un volcan au nord de l'île de Célèbes qui se montre menaçant, émettant des cendres et de la lave. "L'accumulation de lave sur le flanc sud pourrait potentiellement causer des nuées ardentes", a indiqué sur son site internet l'Agence d'atténuation des risques volcaniques et géologiques indonésienne. "Les explosions provenant du volcan n'ont pas cessé de dimanche minuit (16H00 GMT) jusqu'à lundi 04H00 du matin (dimanche 20H00 GMT)", a déclaré à l'AFP Sutrisno, chef de la police de Siau. Dépêche AFP

12/08: plus de 500 personnes ont été évacuées des pentes du volcan KARANGETANG (alt.: 1784 m.) sur l'île de Siau située au nord de l'archipel indonésien. Le volcan éjecte de la matière incandescente et des nuages éruptifs depuis vendredi 10 août. Les autorités ont décrété l'état d'alerte. Pour rappel, la dernière éruption de l'Api Siau a eu lieu en 1997. Des coulées pyroclastiques avait causé la mort de 3 personnes cette année là, et de 7 personnes en 1992. La dernière éruption paroxysmale de ce volcan s'est produite en 1974 et avait obligé les autorités à évacuer la totalité des habitants de l'île de Siau sur une île voisine.

10/08: le volcan FUEGO (Guatemala), situé à une cinquantaine de km de l'ancienne capitale du Guatemala (Antigua), a connu une assez forte éruption, caractérisée de strombolienne par l'INSIVUMEH, ce jeudi 9 août en projetant un panache de gaz, blocs et cendres à plus de 1000 mètres de hauteur (1800 m. selon les données du CONRED).

Voir page spéciale à propos de cette activité (en espagnol) sur le site de l'INSIVUMEH

et/ou

Eruption du Fuego vue d'Antigua Guatemala le 8 août dernier (photo © 2007 Karen COOPER; B.C. , Canada). Voir son blog & d'autres photos.

Merci à Lorena de l'auberge "DOS LUNAS" pour avoir communiqué ce lien !

 

15/08 : le volcan SOPUTAN  a expulsé de la lave (probablement sous la forme d'avalanches de blocs incandescents) et des gaz ce mardi 14/08. Les habitants de la région ont été alertés par le bruit étourdissant de l'un des volcans les plus actifs de l'archipel indonésien.  "La montagne a fait un bruit d'explosion si fort qu'il a pu  être entendu à une distance de 30 km", a déclaré Surono, chef de  l'Agence indonésienne de volcanologie. Il a précisé qu'on "est en  état d'alerte, mais pas en danger".  Le volcan Soputan, haut de 1.784 mètres a.s.l., se trouve dans le  nord de l'île de Sulawesi. Xinhua

JAKARTA (Reuters) - un volcan situé dans le nord de l'île indonésienne de Sulawesi (anciennement Célèbes) est en entré mardi 14/08 en activité en éjectant des cendres et des roches et en libérant progressivement des débris laviques qui ont dévalé ses pentes. Selon les déclarations d'un officiel faites mardi 14/08, aucune évacuation n'a eu lieu jusqu'à présent. L'activité du Mont Soputan, situé à 2.175 km au NE de la capitale Jakarta, n'a pas été jugée menaçante pour les villages les plus proches, situés à 11 km du cratère, même dans l'éventualité d'une réelle éruption, a déclaré Saut Simatupang, directeur de l'Institut de Volcanologie Indonésien (V.S.I.).

"Nous n'avons pas élevé le niveau d'alerte à son maximum parce qu' il est peu probable que cette activité soit menaçante pour les villages voisins du volcan, a déclaré, de son bureau à Bandung, par téléphone Simatupang".  Reuters India

 

 Bulusan (Ile de Luzon; Philippines ) -- LGE

31-07-07:  Bulusan Volcano Spews Ash -- Explosion de cendre au volcan Bulusan

Séquence video montrant l'explosion du Bulusan, après la pub. évidemment.


Une explosion de cendre s'est produite mardi matin, à 9h37, au volcan Bulusan. L'activité a été accompagnée de bruits de roulements et a été ressentie telle une explosion similaire à une secousse qui a duré environ 20 minutes. La colonne éruptive a atteint une hauteur maximale de 5 km avant d'être transportée vers l'O-SO et O-NO. Les autorités ont appelé à une évacuation de la population habitant à proximité de la zone de danger permanent, de quatre kilomètres de rayon.

An ash explosion occurred at Bulusan Volcano (12˚ 46.2’N 124˚ 03’E) at 09:37 AM today. The activity was accompanied by rumbling sounds and was reflected as an explosion type earthquake, which lasted for about 20 minutes. The eruption column reached a maximum height of five (5) kilometers before drifting west-southwest and west-northwest.

PHIVOLCS


Ol Doinyo Lengai  (Tanzanie): des images ASTER du sommet du Lengai ont récemment été analysées par Greg Vaughan (Jet Propulsion Laboratory; NASA). Une scène réalisée durant la nuit du 20 juillet dernier, partiellement nuageuse, montre une anomalie thermique coïncidant avec le cratère. L'anomalie est assez prononcée pour être identifiable dans les bandes SWIR (Short Wave Infra Red), ce qui signifie que la température au sol est au moins de 200°c (la résolution du pixel de l'image est de 30 mètres et est filtrée par les nuages, supposant que les températures réelles de surface devraient être plus élevées). Il y a un mois, le 18 juin 2007, une scène de nuit sans nuage montre une anomalie thermique similaire avec des températures d'au moins 300°c (pixel de 30 m.) Deux mois auparavant, l'analyse d'une scène de la nuit du 15 avril 2007, une nouvelle fois partiellement nuageuse, indique une faible anomalie thermique dans le spectre T.I.R. (Thermal Infra Red), mais pas dans le S.W.I.R., ce qui correspond probablement à des températures légèrement plus élevées que la température moyenne ambiante. Les scènes diurnes des 23 janvier et 24 février 2007 ne mettent pas en évidence d'émission thermique. En conséquence, il semble bien qu'une certaine activité soit survenue entre mi juin et fin juillet. Cependant, il n'est pas certain que de la lave se soit déversée par-dessus la lèvre du cratère pour former une/des coulée(s) sur les pentes du volcan. Rapport de Greg Vaughan (JPL) diffusé sur le serveur "Volcano"

Just for fun I've been looking at recent ASTER data over OL DOYNIO LENGAI. There is a nighttime scene from 7-20-2007 that is partly cloudy but definitely shows a thermal anomaly coincident with the crater.  The anomaly is strong enough to show up in the SWIR channels, which means there is something on the ground with a temperature of at least 200 C (and that's a 30-m pixel filtered by clouds, so actual surface
temperatures are likely higher).  Going back a month, on 6-18-2007 a clear nighttime scene shows a similar thermal anomaly with temperatures
of at least 300 C (30-m pixel).  2 months prior to this, there is a nighttime scene from 4-15-2007, that is again, partly cloudy - it shows
a mild thermal anomaly in the TIR, but nothing in the SWIR, so maybe some temperatures just above ambient background.  Daytime data from 1-23-2007 and 2-24-2007 show no evidence of thermal emission.  So, there appears to be some kind of activity from mid June to late July, but it's not clear of any lava has recently spilled over the side. Report by Greg Vaughan  (JPL) shared on "Volcano server"

 


Des secousses d'origine volcanique ("tremors") ont été signalées le week-end dernier (14-15/07) dans certaines régions du Kenya y compris dans la capitale, Nairobi. Les vibrations ont été moins intenses que celles survenues deux semaines plus tôt. Jeudi dernier (19/07), au moins 15 secousses ont été ressenties à Arusha située à 115 km du lac Natron et du Lengai. L'épicentre de ces secousses est situé au volcan tanzanien Ol Doinyo Lengai qui serait en éruption depuis 10 jours.

Aux dernières nouvelles (25/07), selon un  guide local, il n'y aurait pas eu d'éruption observée au Lengai mais un glissement de terrain. Celui-ci aurait eu lieu dans le cratère et aurait généré une assez grande quantité de matériaux fins donnant l'impression d'un panache éruptif aux villageois des alentours.

RSOE Emergency and Disaster Information Service, Budapest, Hungary
 


Kilauea - 23 juillet : le lac de lave du Pu'u O'o a brutalement disparu le 15 juillet. Le 20 juillet, un peu avant minuit, le plancher du cratère du Pu'u O'o a commencé à s'effondrer alors que l'activité migrait vers l'est. Les observations des équipes du H.V.O. réalisées le 22 juillet sur le terrain ont confirmé la présence d'une fissure éruptive longue de 1,7 km à l'est d'un point situé à 150 mètres du bord oriental du cratère du Pu'u O'o. Les fissures ont été localisées dans une zone limitée par les centres éruptifs secondaires suivants du rift oriental du Kilauea:  les cônes Pu`u Halulu, Pu`u Kahauale`a, Pu`u `O`o, et  Kupaianaha. Les coulées de lave ont été confinées dans cette même zone à l'exception d'une longue et étroite coulée qui s'est avancée vers le SE au sein d'un ancien chenal datant de 1991.

Images en direct de la webcam du H.V.O. située sur le site de l'éruption du 21 juillet.


Depuis le 4 juillet dernier, un lac de lave est en train de remplir le cratère du Pu'u O'o. Le lac semble être alimenté par une source située à son extrémité ouest. Cliquez ici pour voir une photo composite réalisée d'après les instantanés de la webcam du H.V.O. (suite au décalage horaire, les images de nuit permettent de bien voir l'incandescence de cet impressionnant lac de lave). Informations mises régulièrement à jour par le H.V.O. (en anglais).

A noter que la morphologie du fond du cratère du Pu'u O'o a été bouleversée suite à cette nouvelle crise éruptive. Le plancher du cratère du Pu'u O'o et des parties du flanc ouest du Pu'u O'o se sont effondrés d'environ 100 mètres. Par ailleurs, les scientifiques du H.V.O. ont mesuré des concentrations de SO2 extrêmement élevées au sommet du volcan dans une large zone proche du cratère Halema`uma`u (cratère puits central perçant la caldera sommitale du Kilauea). Les concentrations de ce gaz sont plus de 10 plus élevées que celles du seuil menant à la fermeture des centres de visiteurs du Parc (voir la page des mesures de la qualité de l'air dans le Parc). Lire les effets sur les populations des hautes concentrations de ce gaz (> 10-15 ppm) dans les zones volcaniques.

20 juin: Kilauea (Big Island of Hawai, USA)  : suite à la récente activité sismique inhabituelle dans la zone sommitale du volcan Kilauea (lire ci-dessous), le magma a finalement surgi dans la partie supérieure du rift oriental de ce volcan bouclier. Tôt dans la matinée du 19 juin,  les scientifiques de l’U.S.G.S. (H.V.O.) ont confirmé la présence d'une petite émission de lave issue d’une fissure, longue de 250 mètres, située dans la forêt au NE de Kane Nui o Hamo, environ 6 km à l’ouest du cône Pu’u O’o et 13 km du sommet au SE du sommet du Kilauea. C'est l'épisode 56 de l'éruption en cours depuis 1983. Les scientifiques ont déclaré que l'éruption pourrait être associée à une migration brutale des épicentres sismiques dans cette zone entre 15h45 et 17h00. Les experts pensent que le magma, qui coule habituellement vers la zone du Pu’u O’o et de là vers la mer, de l’éruption en cours depuis 1983, a été bloqué ou détourné depuis dimanche matin et est à présent en train de se déverser dans la partie supérieure du rift est du volcan. A signaler qu'aucune incandescence n'a été détectée dans le cratère du Pu'u O'o durant la nuit dernière et qu'aucune coulée active n'est visible en surface sur le champ lavique. le sommet du Kilauea continue à connaître une déflation, mais moins forte. Les niveaux de "tremor" sismique (séismes d'origine volcanique), indicateurs du mouvement souterrain du magma, a également diminué pendant la nuit dernière. Les données des récepteurs GPS, disposés à proximité du cratère Makaopuhi et de Kane Nui o Hamo, continuent à indiquer une phase d'extension au travers de la zone du rift ; les données préliminaires indiquent un élargissement total de près de 95 cm.  Source

Kane Nui o Hamo est un évent bouclier préhistorique égueulé vers la partie basse du rift oriental et situé à l'est du cône Pu'u Huluhulu. Son flanc SO s'est effondré il y a 500 ans pour former le cratère puits Makaopuhi.

18 juin : Kilauea: des centaines de petits séismes indiquent que du magma est en train de se déplacer  sous la surface du volcan Kilauea. Ce phénomène a mobilisé les scientifiques et les officiels du Parc national des Volcans d’Hawai durant le dernier week-end (16-17 juin). La conséquence immédiate a été la fermeture de la plus grande partie du Parc. Les essaims de séismes ont démarré dimanche à 2h15 et plus de 260 secousses enregistrées en 17 heures. Neuf autres ont été signalés sur la Grande Ile (Big Island) et en mer lundi entre minuit et 4h00 . Les plus puissants ont atteint une magnitude de 3,2 selon les données du H.V.O. (Hawaiian  Volcano Observatory). Lire la suite ici ! Source


Fuego (Guatemala) - 17-18 juillet : l'INSIVUMEH a signalé que des panaches de gaz ont atteint une altitude de 3,9 km asl et se sont ensuite déplacés vers le SO. Le 18 juillet, un lahar (coulée de boue contenant des blocs) chaud, large de 20 m. et profond de 1,5 m., charriant des blocs dont le diamètre pouvait atteindre de 1 à 1,5 m., a dévalé la ravine Santa Teresa à l'ouest du cratère. Le 20 juillet, le réseau sismique a enregistré 21 explosions  associées à des panaches de cendre qui ont atteint des altitudes comprises entre 4,1 et 4,7 km asl (dispersion vers l'O et le SO). Des bruits de roulement (de train) ont été signalés. 

Le CONRED a élevé le niveau d'alerte au jaune (2/4). Le 22 juillet, l'INSIVUMEH a signalé des explosions vulcaniennes qui ont produit des panaches de cendre dont l'altitude était comprise entre 4,1 et 5,2 km. asl . Par ailleurs, ces explosions ont éjecté des matériaux incandescents à 75-250 m. au-dessus du cratère. Les explosions étaient accompagnées par des grondements  et des ondes de choc qui ont fait vibrer les vitres dans un un rayon de 25 km autour du cratère. Des retombées de cendre ont été signalées dans des zones situées jusqu'à 7-8 km au SO du volcan et des blocs incandescents ont dévalé un secteur du flanc méridional sur une distance comprise entre 500 et 800 m. en direction de zones de végétation. Une nouvelle coulée de lave, dont la source se trouvait à 100 m. sous le bord méridional du cratère central, a parcouru 100 mètres.


5 juin : Santiaguito/Santa Maria (Guatemala) : le Bureau Guatémaltèque de Coordination pour la Réduction des Désastres (CONRED) a signalé que l'Observatoire Volcanologique du Santiaguito (OVSAN) ainsi que plusieurs stations  sismiques ont enregistré un lahar issu du Santa María le 5 juin. Le lahar est descendu dans le lit de la rivière Nima I en transportant des blocs de 1-1,5 m de diamètre et des branches d'arbres. Le dépôt large de 12 m. et épais de 3 m. était chaud et sentait le soufre. Le 7 juin, l'INSIVUMEH a signalé que les explosions au dôme actif du "Caliente" ont produit des panaches de vapeur et de cendre qui ont atteint des altitudes de 4,3-4,7 km a.s.l. et ont été transportés vers le SO. Un panache s'est élevé à partir d'une coulée de lave en voie de refroidissement à la base NE du dôme de lave. Des avalanches de blocs et de cendres continues ont été observées sur le flanc SO. Selon Alvajo Rojas (technicien à l'INSIVUMEH), les lahars n'ont pas dépassé 16 mètres de large et 2 mètres de hauteur (blocs de max. 40 cm de diamètre dans une matrice à granulométrie sableuse).

Dépôt, non classé laissé par le récent lahar, au bord du lit de la rivière Nima I  - Endroit très encaissé sur le parcours du cours d'eau. Photos : Alvajo Rojas (INSIVUMEH).

 

Ol Doinyo Lengai  (Tanzanie): des secousses d'origine volcanique ("tremors") ont été signalées le week-end dernier dans certaines régions du Kenya y compris dans la capitale, Nairobi. Les vibrations ont été moins intenses que celles survenues deux semaines plus tôt. Jeudi dernier (19/07), au moins 15 secousses ont été ressenties à Arusha située à 115 km du lac Natron et du Lengai. L'épicentre de ces secousses est situé au volcan tanzanien Ol Doinyo Lengai qui serait en éruption depuis 10 jours.

Aux dernières nouvelles, selon un  guide local, il n'y aurait pas eu d'éruption observée au Lengai mais un glissement de terrain. Celui-ci aurait eu lieu dans le cratère et aurait généré une assez grande quantité de matériaux fins donnant l'impression d'un panache éruptif aux villageois des alentours.

RSOE Emergency and Disaster Information Service, Budapest, Hungary

 

Kilauea - 23 juillet : le lac de lave du Pu'u O'o a brutalement disparu le 15 juillet. Le 20 juillet, un peu avant minuit, le plancher du cratère du Pu'u O'o a commencé à s'effondrer alors que l'activité migrait vers l'est. Les observations des équipes du H.V.O. réalisées le 22 juillet sur le terrain ont confirmé la présence d'une fissure éruptive longue de 1,7 km à l'est d'un point situé à 150 mètres du bord oriental du cratère du Pu'u O'o. Les fissures ont été localisées dans une zone limitée par les centres éruptifs secondaires suivants du rift oriental du Kilauea:  les cônes Pu`u Halulu, Pu`u Kahauale`a, Pu`u `O`o, et  Kupaianaha. Les coulées de lave ont été confinées dans cette même zone à l'exception d'une longue et étroite coulée qui s'est avancée vers le SE au sein d'un ancien chenal datant de 1991.

Images en direct de la webcam du H.V.O. située sur le site de l'éruption du 21 juillet.

Depuis le 4 juillet dernier, un lac de lave est en train de remplir le cratère du Pu'u O'o. Le lac semble être alimenté par une source située à son extrémité ouest. Cliquez ici pour voir une photo composite réalisée d'après les instantanés de la webcam du H.V.O. (suite au décalage horaire, les images de nuit permettent de bien voir l'incandescence de cet impressionnant lac de lave). Informations mises régulièrement à jour par le H.V.O. (en anglais).

A noter que la morphologie du fond du cratère du Pu'u O'o a été bouleversée suite à cette nouvelle crise éruptive. Le plancher du cratère du Pu'u O'o et des parties du flanc ouest du Pu'u O'o se sont effondrés d'environ 100 mètres. Par ailleurs, les scientifiques du H.V.O. ont mesuré des concentrations de SO2 extrêmement élevées au sommet du volcan dans une large zone proche du cratère Halema`uma`u (cratère puits central perçant la caldera sommitale du Kilauea). Les concentrations de ce gaz sont plus de 10 plus élevées que celles du seuil menant à la fermeture des centres de visiteurs du Parc (voir la page des mesures de la qualité de l'air dans le Parc). Lire les effets sur les populations des hautes concentrations de ce gaz (> 10-15 ppm) dans les zones volcaniques.

 


20 juin: Kilauea (Big Island of Hawai, USA)  : suite à la récente activité sismique inhabituelle dans la zone sommitale du volcan Kilauea (lire ci-dessous), le magma a finalement surgi dans la partie supérieure du rift oriental de ce volcan bouclier. Tôt dans la matinée du 19 juin,  les scientifiques de l’U.S.G.S. (H.V.O.) ont confirmé la présence d'une petite émission de lave issue d’une fissure, longue de 250 mètres, située dans la forêt au NE de Kane Nui o Hamo, environ 6 km à l’ouest du cône Pu’u O’o et 13 km du sommet au SE du sommet du Kilauea. C'est l'épisode 56 de l'éruption en cours depuis 1983. Les scientifiques ont déclaré que l'éruption pourrait être associée à une migration brutale des épicentres sismiques dans cette zone entre 15h45 et 17h00. Les experts pensent que le magma, qui coule habituellement vers la zone du Pu’u O’o et de là vers la mer, de l’éruption en cours depuis 1983, a été bloqué ou détourné depuis dimanche matin et est à présent en train de se déverser dans la partie supérieure du rift est du volcan. A signaler qu'aucune incandescence n'a été détectée dans le cratère du Pu'u O'o durant la nuit dernière et qu'aucune coulée active n'est visible en surface sur le champ lavique. . Les niveaux de "tremor" sismique (séismes d'origine volcanique), indicateurs du mouvement souterrain du magma, a également diminué pendant la nuit dernière. Les données des récepteurs GPS, disposés à proximité du cratère Makaopuhi et de Kane Nui o Hamo, continuent à indiquer une phase d'extension au travers de la zone du rift ; les données préliminaires indiquent un élargissement total de près de 95 cm. Source


18 juin: Kilauea (Big Island of Hawai, USA) : des centaines de petits séismes indiquent que du magma est en train de se déplacer  sous la surface du volcan Kilauea. Ce phénomène a mobilisé les scientifiques et les officiels du Parc national des Volcans d’Hawai durant le dernier week-end. La conséquence immédiate a été la fermeture de la plus grande partie du Parc. Les essaims de séismes ont démarré dimanche à 2h15 et plus de 260 secousses enregistrées en 17 heures. Neuf autres ont été signalés sur la Grande Ile (Big Island) et en mer lundi entre minuit et 4h00 . Les plus puissants ont atteint une magnitude de 3,2 selon les données du H.V.O. (Hawaiian  Volcano Observatory). Lire la suite ici !

Source

5 juin : Santiaguito/Santa Maria (Guatemala) : le Le Bureau Guatémaltèque de Coordination pour la Réduction des Désastres (CONRED) a signalé que l'Observatoire Volcanologique du Santiaguito (OVSAN) ainsi que plusieurs stations  sismiques ont enregistré un lahar issu du Santa María le 5 juin. Le lahar est descendu dans le lit de la rivière Nima I en transportant des blocs de 1-1,5 m de diamètre et des branches d'arbres. Le dépôt large de 12 m. et épais de 3 m. était chaud et sentait le soufre. Le 7 juin, l'INSIVUMEH a signalé que les explosions au dôme actif du "Caliente" ont produit des panaches de vapeur et de cendre qui ont atteint des altitudes de 4,3-4,7 km a.s.l. et ont été transportés vers le SO. Un panache s'est élevé à partir d'une coulée de lave en voie de refroidissement à la base NE du dôme de lave. Des avalanches de blocs et de cendres continues ont été observées sur le flanc SO.

les détails en espagnol

 

26 mai : sur base d'observations en imagerie satellitaire, le VAAC de Buenos Aires a signalé que des panaches de cendre ont été émis par le volcan Llaima (sud Chili; LGE) en atteignant des altitudes de 3-4,3 km au-dessus du niveau de la mer (a.s.l.). L'imagerie satellitaire a montré que ces nuages de cendre se sont déplacés vers l'est. Le 28 mai, un pilote a signalé que le panache de cendre a atteint une altitude de 5,5 à 6,7 km a.s.l. et s'est dispersé vers l'est.

 19 mai :  Ritter Island (Papouasie-Nelle Guinée) - LGE : une série de vagues de moyenne amplitude (mini-tsunami) semblent avoir frappé des villages situés sur l'île Siassi à proximité de l'île Ritter après que son volcan soit entré en éruption samedi 19 mai dernier. Le phénomène n'a apparemment pas causé de pertes humaines. Les dernières éruptions, mineures, du volcan de l'île Ritter datent de 1972 & 1974. En 1888, la moitié de l'île s'effondra ce qui déclencha des tsunamis majeurs qui coûtèrent la vie à 3000 personnes sur les îles voisines ainsi que sur la grande île de Papouasie-Nouvelle Guinée. 

22 avril : CONCEPCION (Nicaragua) -- LGE

L' INETER a signalé que des explosions dans le cratère du Concepción le 22 avril dernier avaient produit des panaches éruptifs qui se sont déplacés en direction de l'OSO.

21-24 avril : LOPEVI (Vanuatu) -- LGE

Sur la base de rapports de pilotes et de l'imagerie satellitaire, le VAAC de Wellington a signalé des panaches de cendres émis par le Lopevi. Ces panaches ont atteint des altitudes de 2.4 - 4.6 km a.s.l. et se sont déplacés vers l'E le 21 avril.

 UBINAS (Pérou) -- LGE

16-17 mai : l'INGEMMET a indiqué que des panaches de cendre et de gaz se sont élevés à des altitudes de 5,8-7,7 km a.s.l. et se sont déplacés vers le SO, SE, et l'E. Sur base de rapports de pilotes de ligne et de l'imagerie satellitaire, le VAAC de Buenos Aires a signalé des émissions continues qui ont produit des panaches de cendre atteignant de 5.6 à 9.1 km le 17 mai et du 19 au 22 mai. Les panaches de cendres se sont déplacés vers l'ESE, SE, et l'E.


30 mars : après juste un an de reprise d'activité au volcan Ubinas, une violente explosion a été ressentie et vue par les habitants des villages situés aux alentours du volcan, dans le département de Moquegua, provoquant de la panique chez beaucoup de personnes. Selon les résidents de la ville de Roxana Amachi, l'explosion est survenue le matin à 5h15 et a produit un épais nuage de cendres au-dessus du volcan. Nous avons observé des chutes de roches, une longue colonne de gaz et puis on a été touché par un manteau de cendre qui a provoqué des problèmes aux nez et aux yeux a déclaré Amachi qui vit dans la ville d'Anascapa, située seulement  à 6 km du volcan Ubinas.
 

Photo © Andina

3 avril: AMBRYM (Vanuatu) : le VAAC de Wellington (Nouvelle-Zélande) a signalé que des pilotes ont observé des émissions de lave et de cendres dans la caldera d'Ambrym. Les panaches de cendres ont atteint des altitudes d'un peu moins de 2.4 km  a.s.l.

Reventador (Equateur) -- LGE  

16 mai : l'I.G. a signalé qu'un panache de vapeur issu du Reventador a atteint une altitude de 3.6 km a.s.l. et s'est déplacé vers le NO. Le panache a été détecté sur l'imagerie satellitaire. Le 18 mai, de fortes pluies ont produit un lahar qui a duré environ 40 minutes. Un autre lahar est survenu le 22 mai.


30 mars :  le volcan a expulsé un panache de cendre à 3 km de hauteur. Liliana Troncoso de l'Institut Géophysique d'Equateur a déclaré que le volcan avait donné des signes d'intensification croissante de son activité depuis janvier mais que cette éruption n'avait amené aucune menace aux villages des alentours. La dernière éruption de ce volcan date de 2002 et avait recouvert de cendre Quito, la capitale, pourtant située à 100 km à l'est.

The Associated Press

29 mars : Etna (Sicile, Italie) : une brève éruption effusive s'est produite jeudi matin sur le volcan sicilien. Deux coulées de lave ont été émises sur les flancs de la Bocca Nuova et du cône SE. Une fontaine de lave a été active au cratère SE durant environ une heure. Les images satellitaires AVHRR ont montré que cette éruption a aussi produit un faible nuage de cendres qui s'est dirigé vers le NE.

17-24 mars : le volcan Batu Tara (Est de l' Indonésie) est entré en éruption le 17 mars dernier. Les pêcheurs ont été avertis de ne pas naviguer dans les parages de l'île de Lembata, à proximité de laquelle se trouve l'ilot inhabité sur lequel s'élève le Batu Tara. Quelque 15.000 personnes ont été évacuées en raison du réveil du volcan situé dans l’est de l’archipel indonésien. Ces villageois ont quitté leur logis sur l’île de Lembata, qui fait face au volcan Batutara (ou Batu Tara), situé en pleine mer à 50 kilomètres de distance. Suite probablement à l'activité du Batu Tara, l’eau souterraine des villages de Buyasuri et d’Omesuri, sur l’île de Lembata, est devenue saumâtre. Depuis vendredi, le volcan projette des matériaux incandescents et expulse des nuages de gaz jusqu'à une hauteur de 2000 mètres a déclaré Andreas Duli Manuk, gouverneur du district de Lembata.

 

STROMBOLI (Iles Eoliennes; Sicile; Italie) -- LGE

Protezione Civile Italiana-AP (à droite, le petit village de Ginostra; les volutes blanches signalent le trajet des coulées de lave sur la Sciara del Fuco).

L'île de Stromboli compte environ 400 résidents et accueille quelque 6.000 touristes chaque été.

Voir le site web de Enrico Forte

"Stromboli, si apre una nuova bocca effusiva" -- Stromboli, une nouvelle bouche effusive s'ouvre.

Voir particulièrement le modèle explosif du Stromboli et les deux types d'onde associées (infrasons, V.L.P.) proposé par le laboratoire de géophysique expérimentale de l'université de Florence.

Résumé de l'activité (en anglais) par Sonia Calvari (du 27/02 au 15/03)

Photos de l'activité effusive au début mars 2007

31/03/07 : STROMBOLI (Iles Eoliennes; Sicile; Italie) : l'émission de lave se poursuit à partir de la bouche ouverte à 400 m. d'altitude sur la Sciara del Fuoco. Les coulées sont toujours assez bien alimentées et se subdivisent en trois bras.

15/03/07 : une violente explosion ( paroxysmale) s'est produite à 20h37 GMT/UTC. Les sismogrammes de toutes les stations sismiques de l'île qui ont enregistré cette explosion au cratère NE (1) sont similaires à ceux de l'explosion du 5 avril 2003 (09h12). Une pluie de cendres a été enregistrée sur l'île. Un nouveau dépôt, produit par l'explosion du 15 mars, est présent sur le "Pianoro" (petit plateau situé sous la structure du "Bastimento"). L'évènement explosif a été précédé d'un signal d'ultra longue période (durée supérieure à une minute). Cependant, ce signal était plus court que celui associé à l'explosion paroxysmale du 5 avril 2003. Après le paroxysme de 20h37, l'activité sismique a repris d'une façon similaire à celle de l'avant explosion. A partir de 22h21 GMT, une augmentation progressive de la vibration sismique a été enregistrée. A présent, elle est en diminution. L'évènement explosif paroxysmique a généré un faible gradient de déformation enregistrée à la station clinométrique de la Pointe Labronzo. Sa direction est associée à un rapide cycle d'inflation/déflation en direction SO (direction "Sciara del Fuoco").  A 22h55, un signal "Very Long Period", d'amplitude 10 fois supérieur à la moyenne, a été enregistré.

Voir les images de l'explosion capturées par la télécaméra thermique de l'INGV située à 400 m. d'alt.

Séismogramme (< station STRA) de l'explosion du 15 mars à 20h37 GMT - Localisation de la station sismique

http://lave-belgique.skynetblogs.be/post/4283093/explosion-paroxysmale-au-stromboli-1503-a-20h (pour voir une comparaison des séismogrammes des explosions des 05/04/03 et des 15/03/07)

12-13/03/07 : STROMBOLI (Iles Eoliennes; Sicile; Italie) : Les anomalies thermiques liées à une intensification de la fracturation à la base du cratère NE (1) subsistent. Le débit effusif de la coulée se déversant sur la Sciara del Fuoco est en forte diminution
Les anomalies thermiques localisés sur la Sciara del Fuoco, au niveau de la bouche
situé à 500 m. d'altitude, subsistent. Ce matin à 07h34, les images de la télécaméra de l'INGV ont montré la présence d'une émission de cendre au cratère NE (1) qui a été associée à un évènement sismique et à une variation thermique. Depuis hier 12/03, la morphologie du cratère NE (1) semble modifiée par rapport aux observations réalisées le 11 mars. Des portions du cratère sont manquants et se sont vraisemblablement écroulés à l'intérieur
de la bouche.

11/03/07 : STROMBOLI (Iles Eoliennes; Sicile; Italie) : les relevés aérophotogrammétriques montrent que l'unique bouche effusive active est située à 400 m. d'alt.. Plusieurs superpositions de lave, surtout en amont de la coulée, ont été observés. Il subsiste une anomalie thermique au fond du cratère NE (1) déjà observée les journées précédentes. L'intérieur du cratère SO (3) n'est que partiellement observable à cause des émissions de gaz. Les éboulements intracratériques qui ont modifié l'entièreté de la zone sommitale au cours des dernières journées ont obstrué d'une manière significative le fond des cratères, permettant aux gaz de s'échapper uniquement à partir de rares points bien localisés. A la lumière des données récoltées, il n'est pas à exclure que des surpressions puissant apparaître dans la zone des cratères. Les signaux des réseaux de surveillance GPS et clinométrique permanents installés sur l'île et destinés à enregistrer et mesurer les déformations du sol confirment les tendances enregistrées les journées précédents indiquant une contraction générale de la structure du volcan en comparaison avec les journées précédents le début de l'effusion lavique sur la Sciara del Fuoco.

http://www.ct.ingv.it/Report/comunicato%20INGV%2011%20marzo%202007.pdf

10/03/07 : STROMBOLI (Iles Eoliennes; Sicile; Italie) : les mouvements qui avaient affecté la Sciara del Fuoco se sont arrêtés. L'effusion de lave à partir de la nouvelle bouche éruptive a fortement diminué, à tel point que la coulée ne rejoint plus la mer. Par contre, la coulée issue de l'ancienne bouche effusive, située à l'altitude de 450 m., reste bien alimentée. L'état d'alerte "orange" est maintenu mais les experts déclarent que la situation est actuellement stabilisée et pensent même à abaisser bientôt le niveau de vigilance.

http://www.ct.ingv.it/Report/comunicato%20INGV%2010%20marzo%202007.pdf (en italien). Plusieurs modifications importantes, associées à la crise éruptive actuelle, se sont produites dans la partie haute du volcan ces dernières heures !

09/03/07 : cet après-midi, une nouvelle bouche effusive, bien alimentée, s'est ouverte dans la partie haute NE de la "Sciara del Fuoco" à l'altitude de 500 m., à ± 100 mètres de la première bouche effusive. Le survol de l'après-midi a permis de constater que la nouvelle bouche effusive s'est ouverte à la base septentrionale du cratère NE (1) près de la bouche qui est apparue le 23 janvier 2003, en association probable avec l'élément structural sur lequel les bouches alignées NO-SE de l'éruption 2002-2003 se sont ouvertes.

Par ailleurs, une accélération du glissement de la Sciara del Fuoco (10 cm/heure) a été détectée à partir de l'instrumentation télémétrée (le "LISA" - Linear Synthetic Aperture - Ouverture synthétique linéaire -, fonctionnant en gros sur le principe du sonar basé sur le calcul du temps de parcours d'une onde radar émise et reçue par l'instrument en question après réflexion sur l'objectif visé ) mise en place conjointement par l'U.E. et l'université de Florence. Les populations des îles de Stromboli et Panarea ont été invitées à s'éloigner de la côte pour rejoindre des zones situées à plus de 10 mètres au-dessus su niveau de la mer afin d'éviter les conséquences d'un possible futur tsunami (comme celui qui s'est produit le 30/12/2002). Les garde-côtes ont envoyé deux vaisseaux au large de l'île qui seront prêts à prendre part à une éventuelle opération d'évacuation de la population. Sur les îles de Lipari et de Vulcano, l'état d'alerte moyen (jaune) a été maintenu et, pour le moment, aucune mesure particulière n'a été prise.

Photos d'archives de l'éruption 2002-2003

http://www.decadevolcano.net/volcanoes/stromboli/stromboli_tsunami_2002.htm

http://users.swing.be/sw296348/Etna/IE02.htm


Informations sur l'instrumentation LISA installée à Stromboli


8/3/2007 :
Les analyses des images de la télécaméra fixe de l'INGV-CT (Pizzo sopra la Fossa) ont révélé que le bord sud du cratère NE (1)
a été significativement modifié. Une série d'éboulements intracratériques ont bouleversé la configuration du bord
méridional du cratère SE en soulevant des nuages de cendre. Durant les dernières 24 heures, le nombre d'évènements
de dégazage associé à des émissions de cendre s'est réduite de moitié par rapport à hier. Un survol matinal a permis de
constater un élargissement des fractures entourant les cratères au sud, à l'est et à l'ouest. Le débit de la coulée de lave
émise par la bouche située à 450 m. d'altitude est encore en diminution et est son front montre un important refroidissement.
Dans l'après-midi, la coulée était désormais refroidie, et trois petits coulées de drainage sortaient de bouches
éphémères au front de coulée.

Webcams de Stromboli (lumière naturelle et IR/thermique)


05/03/07 ; STROMBOLI : la coulée émise de la bouche effusive localisée à 450 m. d'alt. est encore bien alimentée aujourd'hui. Le flux lavique se subdivise en deux bras juste en dessous de la bouche et circule au creux d' un chenal. Au niveau de la plage des mouettes (bordure est de la SdF), on observait ce matin 4 lobes laviques d'où s'échappait une colonne de vapeur d'eau. En outre, un dégazage bleuâtre pulsant a été observé au niveau de la bouche effusive, non associé à une activité explosive. Le relevé thermique de la zone des cratères a montré la persistance d'un épais dépôt d'éboulement sur le fond des cratères. Quelques points chauds détectés par la télécaméra thermique, et déjà observés il y a deux jours sur le fond des cratères, persistent. Les images du réseau télémétré des télécaméras vidéo ont montré deux explosions survenues au cratère 1 (NE) à 4h19 et au cratère 3 (SO) à 4h20. Ces explosions ont uniquement produit des exhalaisons de vapeur et émis un nuage dense, probablement contenant aussi de la cendre. Ces explosions ont été associées à un signal VLP (very long period =basse fréquence) d'amplitude élevée enregistré par le réseau de surveillance sismique et en retard de 7 et 8 minutes sur les images vidéo .

03/03/07; la situation éruptive du volcan semble stable. La lave continue à s'écouler à partir de la bouche qui s'est ouverte à 500 m d'altitude dans la partie supérieure de la Sciara del Fuoco. En conséquence, les habitants de Stromboli, dont les maisons se trouvent à moins de 10 mètres au-dessus du niveau de la mer, sont autorisés à regagner leur domicile. D'un point de vue pratique, on peut toujours gravir librement le volcan jusqu'à l'altitude 400 mètres. Par contre, il est obligatoire de prendre un guide (de jour comme de nuit) pour accéder au sommet (Pizzo sopra la Fossa).

Le taux d’effusion lavique (débit) associé à cette crise éruptive du Stromboli a été estimé, sur base des données satellitaires NOAA-AVHRR du 27 février 2007 (20h06 GMT), par l’université d’Hawaii . 

 

Date/Heure - valeur min. -- valeur max.

27-02-2007/20h06 GMT/UTC -  7.6 m3/s -- 18.6 m3/s

 


28/02/07; STROMBOLI (Iles Eoliennes; Sicile; Italie): les relevés thermiques effectués au moyen d’une télécaméra thermique ont permis de mettre en évidence l’absence d’activité explosive des cratères sommitaux ; les deux coulées d’hier ne sont plus alimentées et sont en voie de refroidissement. Le survol réalisé à partir de l’hélicoptère de la Protection Civile Italienne a permis d’observer une bouche effusive à proximité du Bastimento (bord oriental de la Sciara del Fuoco); environ à 500 m. au-dessus du niveau de la mer. Cette bouche alimente une coulée au débit d’environ 20 m3/sec. Le flux est large de 30 m. à sa source et se s’écoule rapidement vers la mer et forme une structure en éventail sur la plage des mouettes (« Spiaggia di Gabbiani ») où s’élève une colonne de vapeur générée par le contact entre l’eau et la lave. La naissance de cette nouvelle bouche effusive, qui s’est ouverte le 27 février vers 17h30, a été accompagnée par un petit éboulement qui a produit une dépression juste au-dessus de la bouche. Selon les relevés thermiques, cette bouche ne se trouve pas sur le trajet des coulées d’hier. Pour lire d'autres détails et voir des photos, lire le communiqué de l'INGV-CT (en italien).


27/02/07: deux bouches éruptives se sont ouvertes sur le volcan. Une coulée de lave a atteint la mer et une autre descend de 600 m. d'altitude en direction de la la mer en parcourant le même itinéraire que celui de la coulée dévastatrice d'il y a 5 ans (crise de 2002-2003).

http://fr.groups.yahoo.com/group/lave_belgique/messages (lire le mail de Robin Campion)

Aumenta l'attività del vulcano a Stromboli scatta l'emergenza
"Esplosioni vicino alla Sciara del fuoco. Suonate le sirene di allarme. Nuove bocche aperte, una colata ha toccato il mare. La popolazione dell'isola invitata ad allontanarsi dalla linea di costa per il rischio che si ripeta l'onda anomala del 2002"
SCHEDA Stromboli, duemila metri sotto il mare

                                                             Photo : AP                                                     Photo prise le 28 février 2007/REUTERS/Antonio Parrinello

Signaux sismiques en temps réel des stations installées sur l'île de Stromboli

Cliquez sur ce texte pour visionner aussi les sismogrammes du 27 février (de 8h à 24h)

 

05/03/07: Chikurachki (nord de l' archipel des Kouriles) : le Chikurachki, le plus haut volcan de l'ile Paramushir (alt.: 1816 m.), est entré en éruption lundi 5 mars en émettant un panache de cendre jusqu'à 1,5 km au-dessus du cratère. La dernière importante éruption de ce volcan date de 2002. The highest volcano on Paramushir Island in Russia's Far East, erupted Monday.... LGE

20/02/07 : Nagadaung (Myanmar/Birmanie) -- S'agit-il d'une réelle éruption volcanique ?

Un volcan situé sur l’île de Rambree dans l’Etat birman d’Arakan aurait produit une très courte éruption ce mardi 20 février. Cette activité aurait duré 10 minutes selon des villageois qui ont rapporté l’évènement par téléphone au journal « Narinjara ». L’éruption aurait débuté à 11h30 et a été caractérisée par l’expulsion à plusieurs km dans les airs d'un nuage de cendres et de gaz chauds. La montagne est appelée Nagadaung signifiant la Montagne du Dragon en langage local.

Source : "Journal Narinjara"

Le 2 janvier 2005, ce même petit volcan était entré en éruption pendant deux minutes dans l’Etat d’Arakan, juste avant le tremblement de terre  destructeur du 26 décembre 2004 dont l’épicentre se situait dans la Mer d'Adaman. Le volcan est situé sur l’île de Chaduba (500 km2), connue comme l’ile Manaung,  à proximité de la côte centrale d’Arakan. A cette époque, le volcan avait expulsé un nuage jusqu’à 600 mètres de hauteur. Suite à cette activité, 3 îles, qui étaient immergées auparavant, auraient émergé pour se retrouver à 1,5 m. au-dessus du niveau de la mer.

Source : "Burmanetnews"

 

17/18-04-07:  Nevado del Huila  (Colombie) -- LGE

Selon l'INGEOMINAS, une activité sismique et une éruption ont été enregistrées au Nevado del Huila pendant la nuit du 17 au 18 avril, causant des avalanches dans le bassin de la rivière Paez associées à une augmentation du débit dans d'autres
bassins hydrographiques. L'éruption a eu lieu à 2h57. Les organismes de secours indiquent que près de 5000 personnes, essentiellement des populations locales de la municipalité de Belalcázar dans la province de Cauca, ont été temporairement
relogées et plus de personnes seront déplacées dans les prochaines heures. Aucune victime n'a été signalée. Toutefois, les municipalités affectées par l'avalanche ont été isolées suite à la destruction de 14 ponts.

Selon le VAAC de Washington, un pilote a signalé un panache de cendre issu du Nevado del Huila le 17 avril. Ce nuage de cendre, observé sur l'image satellite à 4h15, s'est élevé à ± 11,3 km d'altitude (a.s.l.) et a été emporté par le vent vers l'E. Un panache supplémentaire a été transporté vers le SO. Plus tard au cours de la
même journée, l'INGEOMINAS a signalé une augmentation de la sismicité. A 2h57, le 18 avril, le même organisme a signalé un évènement éruptif.


19-02-07:  Nevado del Huila  (Colombie) -- LGE

Eruption du Nevado del Huila (situé à 280 km au SO de Bogota -- alt.: 5631 m.; Colombie). La dernière éruption de ce volcan se serait produit aux alentours de 1555.

Le volcan a expulsé une colonne de cendres à des centaines de mètres dans les airs et a engendré une série de secousses volcaniques qui ont déclenché une petite avalanche qui a dévalé une petite vallée sur les flancs du volcan.

The volcan has spewing a column of ash hundreds of meters (thousands of feet) into the air and triggering a series of tremors that set off a small avalanche.

Une petite éruption volcanique s'est produite après un séisme dans le sud de la Colombie, entraînant des évacuations préventives. Après plusieurs secousses telluriques enregistrées ce week-end, un séisme d'une magnitude de 4,1 sur l'échelle de Richter a entraîné une éruption du volcan Nevado del Huila, à 350 kilomètres au sud de Bogota.

En raison de risque d'avalanche suite au dégel du glacier sur le volcan, les autorités ont demandé aux populations riveraines de se mettre à l'abri sur des zones plus hautes. Un dispositif de surveillance a été mis en place dans les départements de Huila, Valle del Cauca, Tolima et Cauca.

Au cours des dernières heures l'activité a augmenté. Vers 8H59 du matin (13H59 GMT) s'est produit un séisme peu profond qui a entraîné une explosion du volcan Nevado de Huila et il s'est produit une émission de cendre.

Le volcan devrait à présent "entrer dans une période d'activité". Les volcanologues indiquent qu'ils ne disposent pas de données sur le comportement antérieur du volcan. Aussi, il est difficile de prévoir l'évolution de la situation. La dernière éruption de ce volcan remonterait à 1555.

Le volcan colombien Nevado del Huila entre en éruption après un séisme

 

02 avril : Piton de la FOURNAISE (île de la Réunion, France) --  LGE : après la dernière éruption très courte du du 30 mars, le volcan est à nouveau entré en éruption ce 2 avril à 10h du matin. Une très grosse fissure de 500 m de long a engendré une magnifique rivière de lave qui a traversé la RN2 8 heures plus tard en 2 endroits séparés.

Rapport (en anglais) de Thomas Staudacher
Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise

 

30 mars :  (île de la Réunion, France) --  LGE : courte éruption du PdF à partir de 23h. L'éruption se situe à l'intérieur de l'Enclos sur le flanc sud-est du Piton de la Fournaise dans la région du Cratère "Chateau-Fort". L'éruption s'est terminée ce 31 mars à 8h du matin.


 18/02/07 : Piton de la Fournaise (Réunion, France) -- LGE

  Très brève éruption du Piton de la Fournaise (île de la Réunion; France) : après une courte crise sismique, le volcan est à nouveau entré en éruption dans le cratère Dolomieu à 16h38. L'éruption s'est terminée prématurément dans la nuit du 19/02 vers 2 heures du matin.

Dimanche en début de nuit, la fissure dans le cratère Dolomieu est encore très active. Mais très vite les fontaines de lave composant ce rideau de feu se sont taries. (photo Laurent Perrier)

 

 

Kliuchevskaya/Kliuchevskoi (Kamchatka, Russie) : LGE

Le KVERT a signalé que la séismicité du Kliuchevskoi s'est maintenue au-dessus des niveaux de fond entre les 11 et 12 mai et qu'une l'anomalie thermale dans le cratère a été détectée sur l'imagerie satellitaire. Selon les observations visuelles et des images vidéo, une activité vulcanienne au cratère sommital et des épisodes phréatiques sur le flanc NO ont été observés les 11 et 16 mai.  Ces jours là,  des panaches de cendre ont atteint une hauteur de 9,7 km et se sont déplacé vers l'E et le NE.  Des chutes de cendre  sur la ville de Klyuchi, située à environ 30 km au NE du volcan, ont été signalées  les 11-12 et 16-17 mai. Le 17 mai, le KVERT a élevé le niveau d'alerte de l'orange au rouge.

PETROPAVLOVSK-KAMTCHATSKI, 29 mars - RIA Novosti . Des coulées de lave s'épanchent sur les versants du Klioutchevskoï, le plus haut volcan d'Eurasie situé au Kamtchatka (Extrême-Orient russe).

Le cratère du volcan, dont l'éruption a commencé le 15 février, s'est entièrement rempli de matière magmatique qui a commencé à déborder. "A l'heure actuelle le front de lave se trouve encore à 4.200-4.300 mètres d'altitude", a déclaré Alexeï Ozerov, de l'Institut de volcanologie.

La lave, portée à la température de quelque 1.100 degrés, s'écoule par le chéneau Krestovski. Le brusque écart de température associé à la neige et à la glace provoque de fortes explosions avec émanations de cendres.

Selon Alexeï Ozerov, la lave va nécessairement provoquer des coulées de boue ordinairement larges de 500 mètres. Elles emportent des blocs de pierre de trois mètres de diamètre ainsi que des troncs d'arbres.

PETROPAVLOVSK-KAMTCHATSKI, 23 mars - RIA Novosti. Le volcan Klioutchevski, le plus haut d'Eurasie, projette de la lave incandescente à 100-150 mètres de hauteur, a annoncé vendredi la filiale locale du Service géophysique de l'Académie des sciences de Russie.

La luminescence rougeâtre qui auréole le cratère est visible pendant la période nocturne de la journée. Dans la région du volcan les stations sismographiques enregistrent des centaines de secousses telluriques locales et de tremblements volcaniques spasmodiques.

Le volcanologue Alexeï Ozerov a déclaré que l'éruption du Klioutchevskoï s'est sensiblement intensifiée depuis le 15 février, le jour où elle avait commencé. Les dimensions des bombes volcaniques projetées par le volcan atteignent plusieurs mètres de diamètre. Il faut s'attendre à des coulées de lave sur les versant de la montagne".


26/02/07 : de la cendre noire a recouvert le  village de Klyuchi situé à 40 km du plus haut volcan eurasiatique, le Kluchevskoy.  Les experts prédisent des effusions de lave et des coulées de boue (lahars), ce qui pourrait poser un danger pour les gens vivant près du volcan.


PETROPAVLOVSK-KAMCHATSKY, 17 février. (UPI) -- Les officiels russes indiquent que l'éruption d'un volcan ne pose pas de menace immédiate aux populations de la péninsule du Kamchatka.
 

Le volcan Kluchevskaya Sopka, le volcan actif le plus élevé d'Eurasie, est entré en éruption samedi (17/02) matin. Cependant, selon l'agence Itar-Tass, les officiels de l'Académie Russe des Sciences Géophysiques ont rapidement déclaré que cette activité n'engendrait aucun risque pour les zones habitées.

Malgré une activité accompagnée de centaines de secousses volcaniques ("tremors") et de l'éjection de nuages de vapeur et de cendres, l'éruption a été caractérisée de faible par les officiels russes.

Selon les déclarations d'un scientifique, "aucune coulée de lave n'a été observée sur les pentes du volcan"

Cependant, les experts avertissent que l'intensité de l'éruption pourrait augmenter et que, dans les mois à venir, le lac de lave pourrait déborder et accroître le niveau de danger.

Une telle situation s'est déjà présentée au début de 2005, lorsque la lave a dévalé les pentes du volcan sur plus de 2,25 km et des bombes volcaniques ont été projetées jusqu'à 1 km dans les airs.

L'agence Itar-Tass a indiqué que les éruptions surviennent au Kluchevskaya Sopka plus que tous les six ans et, c'est la raison pourquoi ce volcan est surveillé régulièrement.

Source info : United Press International

Visionnez les images "ASTER" de ce volcan et leur interprétation à http://ivis.eps.pitt.edu/data/Kamchatka/21Feb07_Klyuch.pdf

Description et interprétation des images ASTER des 4 et 21 février

Sur ce site, il y a diverses informations sur les volcans actifs du Kamchatka, notamment des adresses de webcam.

 

16-02-07:  White Island (Nouvelle-Zélande) : LGE

Il y a eu plus de secousses à White Island au large de Wahkatane, au nord de l’île

L’équipement de surveillance sismique du lac de cratère signale une augmentation de

Vendredi, des secousses  et l’augmentation de la température du lac ont alerté les scientifiques. Ils avertissent les visiteurs qui se rendent sur l’île d’être conscients des dangers bien qu’il n’existe pas d’indice évident d’une large éruption magmatique à ce

La température du lac est actuellement de 74°c, ce qui à provoqué une rapide évaporation et, en conséquence, le niveau du lac s’est abaissé de six mètres. Plusieurs marres chaudes et chenaux d’eau sont commencé à s’assécher. Le volcan a libéré dans l’atmosphère une  quantité croissante de dioxyde de soufre et de dioxyde de carbone

Le scientifique Bratt Scott (du réseau «Geonet ») déclare qu’aucun des essais standards n’a fourni un volume d’indications suffisant à propos de ce qui se déroule exactement et que les scientifiques maintiendront la surveillance du volcan. Il déclare l’état d’alerte est maintenu au niveau un et évoluera uniquement une fois que l’éruption a débuté. Il déclare que les scientifiques ne sont pas capables de prédire quand ou si une éruption

La dernière éruption de White Island a eu lieu en 2000.

source : Source: Newstalk ZB

du 15 au 22 mai, l'Institut géophysique équatorien (IG) a indiqué que des panaches de cendres émis par le Tungurahua, visibles par intermittence, ont atteint des altitudes de 5 à 7 km a.s.l. et se sont déplacés principalement vers l'O, le NO et l'E. Du 16 au 21 mai, des chutes de cendre ont été signalées sur des régions situées aux alentours du volcan. Des lahars et des eaux boueuses ont emprunté les ravines à l'O, au NO et au N les 15, 16 et 17 mai résultant dans la fermeture de routes aux environs de Baños les 18 et 20 mai.


06-03-07:  Tungurahua (Equateur) : les autorités équatoriennes ont évacué environ 100 familles des pentes du Tungurahua suite à la recrudescence d'activité du volcan qui a éjecté à 2 km dans les airs un panache de cendre et de gaz


QUITO, Equateur; mardi 13/02/07 : des scientifiques ont annoncé l’augmentation de l’activité du volcan Tungurahua, qui a connu une violente éruption l’an dernier en tuant au moins quatre personnes et laissant des milliers de gens sans abri.

L’Institut géophysique équatorien a déclaré que le volcan, dont le nom signifie ”gorge de feu” en langage local Quichua, a commencé à expulser dans les airs, lundi dernier, un panache de cendres haut de 2 km.

Les officiels équatoriens n’ont pas signalé si ils prévoyaient d’évacuer la zone autour du volcan.

Selon le gouvernement, près de 5000 habitations ont été détruites ou sévèrement endommagées, et quelques 190,000 hectares de terre agricoles ont été couverts de cendre lors de l’éruption d’août dernier.

Des milliers de personnes ont aussi été évacuées en juillet 2007 durant une précédente éruption.

Les experts déclarent que de nouvelles explosions du volcan, haut de 5023 mètres et situé à environ 135 km au sud de la capitale Quito, pourraient se produire à n’importe quel moment en octobre.

 -- LGE -- Voir aussi ...

 

20-5-07 : le PHIVOLCS a indiqué que la séismicité du Bulusan se maintenait à un haut niveau après l'explosion du 12 mai dernier. Les mesures de la déformation du sol effectuées le 17 mai ont révélé une inflation de 4 mm par rapport aux mesures du 7 avril dernier. A la  suite de cette haute séismicité et de l'inflation du volcan, l'état d'alerte a été élevé du niveau 1 au niveau 2 (sur 5 degrés).

08-04-07: le volcan Bulusan a explosé dimanche 8 avril alors que le volcan Taal donne des signes de réveil. Les résidents de Casiguran dans la province de Sorsogon où se situe le volcan Bulusan ont été surpris après la reprise d'activité brutale du volcan qui a émis un nuage de cendre et de gaz jusqu'à 5 km de hauteur. Le PHIVOLCS a déclaré qu'il avait enregistré l'explosion à 5h45 et avait décrété l'évacuation totale dans le périmètre d'exclusion défini par un cercle de rayon de 4 km centré sur le cratère.

Dans le même temps, le PHIVOLCS a élevé le niveau d'alerte dans la zone du volcan Taal, situé à 80 km au sud de Manille, parce que le cratère est chaud et que le lac de cratère est en train de bouillir. Le directeur du PHIVOLCS  a déclaré que les gens ne devraient pas  s'aventurer près de la zone du cratère.


 25-01-07:  Bulusan Volcano Spews Ash Anew -- Le volcan Bulusan a expulsé à nouveau dans les airs de la cendre

Ile de Luzon; Philippines  -- LGE -- Voir aussi ...

PHILVOLCS

25-01-07 "Le Karthala continue de trembler"

Le Karthala n’a versé qu’une larme de magma : environ 100 000 mètres cubes seulement se sont répandus sur deux mètres d’épaisseur en moyenne, comblant le Choungou Chagnoumeni, un cratère d’effondrement de 250 m de diamètre situé dans la vaste caldera (2,8 x 3,5 km) du Karthala (photo Observatoire olcanologique du Karthala) -Photo Observatoire volcanologique du Karthala.

18-01-07:

15-01-07: L`activité du volcan Karthala de plus en plus inquiétante

13-01-07: Le volcan Karthala se réveille sur la Grande Comore (4ème éruption en moins de 2 ans) - LGE

Article "Clicanoo - Le journal de de l'île de la Réunion"

Karthala's eruptions have happened every 11 years on average, but have rarely caused a major disaster. Les éruptions du Karthala surviennent tous les 11 ans en moyenne, mais causent rarement un désastre majeur.

Observatoire volcanologique du Karthala - Communiqué n°2

L'éruption du Karthala qui a débuté dans la nuit du 13 janvier se poursuit. Aucune manifestation externe du volcan n'a été observée, à part les secousses telluriques qui interviennent sporadiquement avec des fréquences et des intensités variables. Ces secousses sont ressenties sur l'ensemble des régions du massif du Karthala (notamment dans le Bambao, le Hambou, le M'badjini, le Dimani, et le Oichili), depuis la fin de la matinée du 13 janvier. Elles s'expliquent par le fait que le magma ascendant exerce de fortes pressions sur la roche encaissante de la chambre magmatique, en essayant de se frayer un chemin vers l'extérieur et libérer son énergie.

La localisation des séismes montre que les hypocentres de ces séismes sont localisés au sommet, excentrés sur le côté ouest du volcan. Ce qui explique le faite que les secousses soient ressenties fortement sur la région de Hambou, située à l'ouest de la Caldeira.

Les prises de vue par l'imagerie à distance de l'observatoire ce matin ne montrent aucune présence de lave sur le fond du cratère. Aucune lueur rouge, qui traduirait la présence de lave sur le fond du cratère n'a été observée cette nuit au sommet du volcan.

Le trémor éruptif est maintenu, mais à moindre intensité, auquel se superposent les enregistrements des séismes ressentis.

L'alerte rouge est toujours en vigueur, et la cellule de crise assure une permanence au siège du Centre National des Opérations d'Urgence (ex Air Comore).

L'ascension du sommet du Karthala est strictement interdite jusqu'à nouvel ordre. L'observatoire appelle la population à garder son calme et à suivre les informations et consignes transmises par la voie des médias.

Pour l'Observatoire Volcanologique
Hamidi SOULE SAADI

Le Directeur Général du CNDRS
Ainoudine SIDI


MORONI (Reuters) - Earth tremors from Comoros' Mount Karthala volcano weakened on Monday but the archipelago's largest island remained on high alert, officials said.

Strong tremors at the weekend forced thousands of nervous residents to sleep outside for fear their homes would collapse, after Mount Karthala, one of the world's largest active volcanoes, began glowing red and emitting fumes on Friday.

Scientists on Monday continued to record weak but constant tremors from the 2,361-meter (7,746 ft) volcano, which dominates the island of Grand Comore. Its eruptions happen on average every 11 years but have rarely caused a major disaster.

"Our equipment around the volcano's summit is recording tiny tremors nearly every minute," Hamidou Soule, a geologist who leads the Karthala surveillance center, said.

 

10-01-07: Eruption modérée du volcan TELICA (Nicaragua): lire texte en français et en anglais. Courtesy of G.V.P.

LGE

Le Telica dans "Google Earth". Cliquez sur l'image satellitaire ou sur ce texte pour accéder à ce volcan dans "Google Earth".

La dernière éruption importante du Telica, culminant à 1060 mètres et situé à 120 km au NE de Managua, a eu lieu en 1948.

  The last major eruption of the 1060-metre volcano, 120 kilometres north-east of Managua, was in 1948.

Courtesy of INETER

Montserrat : Pictures -- lire texte en français et en anglais LGE

19 01

Last M.V.O. report (12/01/07)

Evacuation à Montserrat I

Evacuation à Montserrat II

Photograph by Wayne Fenton/AP

Informations techniques + photo du GVP

Cliquez ici pour visualiser la localisation approximative des coulées pyroclastiques du 8 janvier 2007 (selon infos du M.V.O.).

08-01-07: Montserrat volcano shoots ash cloud 5 miles into the sky : les volcan de Montserrat ("Soufrière Hills") expulse un nuage de cendres à une hauteur de 8 km 

06-01-07: Hundreds evacuate low-lying areas near base of Montserrat volcano: des centaines d'évacuations au pied du volcan de Montserrat (Soufrière Hills) ....
 

04-01-07: Montserrat Volcano Threaten (menace d'éruption à Montserrat - Evacuation imminente dans les zones habitées de la vallée Belham en cas d'effondrement du dôme de lave.


Résumé de l'activité majeure du volcan de l'île de Montserrat ; "Chances Peak, Montserrat, 1995-97" (BBC)


Volcanic update -- Mise à jour quotidienne des informations relatives à l'activité de Soufrière Hills

 Surveillance des gaz -- Gaz monitoring

Les taux d'émission de HCl ont été mesurés indirectement en utilisant un spectromètre à transformation de Fourier infrarouge (FTIR) en analysant le rapport massique HCl/SO2 dans le panache permettant ainsi de calculer les taux d'émission de HCl à partir des taux de flux de SO2 obtenus à partir des spectromètres UV. Le rapport de masse lui-même pourrait être la pièce d'information maîtresse pour l'évaluation des changements de l'intensité de l'éruption et de la croissance du dôme. Les taux d'émission de HCl et SO2 sont aussi devenus, c'est peut-être le plus important, un indicateur précieux des pauses dans la croissance du dôme. Il est attendu que le taux de décroissance des taux d'émission de HCl et SO2 sera un critère important afin de reconnaître la fin d'une éruption; à l'opposé d'une pause dans l'activité.

Le nouveau système d'analyse du SO2 utilise les petits spectromètres UV développés par "Ocean optics" (www.oceanoptics.com) , qui collectent la lumière dans la gamme de longueur d'onde allant de 245 à 380 nm. Un réseau de trois spectromètres à mesures en continu ont été installé; un à Air Studios au NO, un à Lowers Lane à l'ouest et un à Broderickx au SO du volcan. Chaque spectromètre se trouve à environ 3,5 km du dôme. Etant donné la direction des vents dominants, l'azimuth du panache  se trouve à l'intérieur du réseau de mesures durant  90% du temps.

HCl emission rates have been measured indirectly using open-path Fourier Transform Infrared spectrometer (FTIR) measurements to obtain HCl:SO2 mass ratios in the plume allowing HCl emission rates to be calculated from  SO2 flux rates obtained from the UV spectrometers. The mass ratio itself may be the most revealing piece of information and may be used to evaluate changes in eruption rate and growth of the dome. The emission rates of HCl and SO2 have also, most importantly, become a valuable indicator of pauses in dome growth. It is anticipated that the rate of decrease in emission rates of HCl and SO2 will be important criterion for recognising the end of the eruption; as opposed to a pause in activity.

The new system to measure SO2 makes use of small UV spectrometers developed by Ocean Optics (www.oceanoptics.com)*, which collect light in the wavelength range 245-380nm. An array of three scanning spectrometers have been installed; one at Air Studios to the northwest, one at Lovers Lane to the west and one at Brodericks to the south-west of the volcano. Each spectrometer is approximately 3.5km from the dome. Given the prevailing wind direction, the plume azimuth lies within the array for >90% of the time.

 

SHIVELUCH (réveil le 05/12/2006)

11-18 mai : le KVERT a signalé que l'activité sismique du Shiveluch s'est maintenu au-dessus de la moyenne du 11 au 18 mai. Sur base de l'interprétation sismique, des panaches de cendres ont peut-être atteint une altitude de 6 km a.s.l.. Une vaste anomalie thermale a été détectée sur l'imagerie satellitaire. La couleur du code d'alerte reste "Orange".


29 mars : Shiveluch (Kamchatka; Fédération de Russie) : un évènement explosif a eu lieu à 17h35 UTC. Le VAAC de Tokyo a signalé un nuage de 12 km d'altitude (a.s.l.) s'étendant vers le NE du volcan sur 90 km. Les scientifiques du service géophysique du Kamchatka ont estimé la hauteur du nuage à 10 km a.s.l. (au-dessus du niveau de la mer). L'éruption a duré seulement 6 minutes.

21 mars 2007


29-01-07: Ash plume from Shiveluch volcano on Kamchatka 21 km - Le panache de cendres du volcan Shiveluch (Kamtchatka) atteint 21 km de hauteur.

"Thermal anomaly has been registered there with temperatures 51.3 degrees Celsius above zero with air temperatures 20 degrees Celsius below zero around".

."Une anomalie thermique, enregistrée sur ce volcan, est caractérisée par une température de 51,3 °c au-dessus de zéro dans un air ambiant à 20°c sous zéro".

29-01-07: Volcan en éruption au Kamtchatka: un nuage de cendres de plus de 100 km (Novosti info. agency)

04-01-07: Un volcan du Kamtchatka crache des cendres à 10 km d'altitude : le Shiveluch - LGE

PETROPAVLOVSK-KAMTCHATSKI (Russie), 29 janvier - RIA Novosti. Un nuage de cendres formé par l'éruption du volcan Chiveloutch qui s'est réveillé en décembre dernier sur la presqu'île russe du Kamtchatka, en Extrême-Orient, s'est étendu dimanche jusqu'à plus de 100 km à l'est du pic.

NASA MODIS Image of the Day: January 1, 2007 - Sheveluch (Shiveluch) Volcano

Webcam "live"

 Image du 10/01/2007

Image MODIS du 27/12/2006