Retour page d'accueil

 

Quelques éruptions en cours ou imminentes dans le

(mise à jour tous les jeudi heure belge)

Le site américain de référence (an anglais) pour le volcanisme actif planétaire (base de données de plus de 1500 volcans actifs)

ou en français ...

La base de données francophone sur les volcans du monde -- News volcaniques


 

New Page 1

Cliquez sur les noms des volcans de la carte pour plus d'informations. Pour les autres volcans, voir la page du G.V.P.

Fichier de localisation (kmz) des volcans dans "Google Earth" faisant l'objet d'un rapport d'activité hebdomadaire du G.V.P.

:  sur fond blanc sont indiqués les volcans nouvellement en activité  -- : volcan à activité récente & toujours actifs actuellement.

CES INFORMATIONS SONT LIVREES SEULEMENT A TITRE INDICATIF & NE SONT PAS EXHAUSTIVES.

Washington DC -- Volcanic Ash Advisory Center (VAAC)


Attention : certains articles ainsi que certaines vidéos & photos proviennent de sites web dont les liens peuvent changer ou disparaître au cours du temps.



Nouvelles éruptions en 2012 ...

   


Quelques NEWS volcaniques...

 

Volcans avec signes témoignant d'un réveil possible et/ou probable

Volcán Sotará (Sud Colombie) ou Cerro Azafatudo: ce volcan colombien méconnu est le siège d'une activité sismique inhabituelle depuis le 24 juin. Depuis, près de 7000 secousses de type fracturation (VT) ont été enregistrées, avec une moyenne de 150 séismes par jour. Les 1714 secousses les plus énergétiques sont localisées principalement dans une zone comprise entre 0.1 à 5 km au N.E. du sommet et à une profondeur variant de 2 à 6 km. Leur intensité sur l'échelle de Richter (magnitude) varie de 0.1 à 2.2.

Carte de répartition des séismes majeurs (épicentres) dans la zone du volcan Sotará.

Les mesures du réseau d'inclinomètres électroniques, chargé de la surveillance de la déformation du volcan, suggèrent un possible processus d'inflation au N.E. du volcan, secteur coïncidant avec celui de la sismicité.  Les résultats des mesures des paramètres géochimiques et de température réalisées dans les sources thermales localisées au N.E. du volcan n'ont quant à elles pas montré de variations significatives par rapport aux paramètres antérieurs. En tenant compte des différents paramètres de l'évolution volcanique, les autorités en charge de la surveillance de ce volcan ont élevé le niveau d'alerte au niveau orange (III). INGEOMINAS POPAYAN

Le volcan Sotará est un volcan actif sans activité connue depuis les derniers 500 ans. Il est surveillé par le Service Géologique Colombien depuis 1993 et de façon continue depuis 2007. La présence de sources thermales et de champs fumerolliens témoignent d'une activité hydrothermale.


NEVADO DEL RUIZ (Colombie): l'INGEOMINAS a signalé une augmentation significative du Nevado del Ruiz durant la période du 5 au 11 mars. Lors d'un survol effectué le 8 mars, une colonne de gaz, s'élevant à une hauteur de 1,4 km au-dessus du cratère Arenas, a été observée. De nombreuses anomalies thermiques ont été détectées dans le cratère. Des dépôts de cendre ont également été observés près de la bordure du cratère, générés probablement après une explosion survenue le 22 février comme il s'en est produite une un peu plus tard ce jour là, enregistrée par une caméra vidéo et par le réseau sismique installé sur le volcan. Des émissions de SO2 plus élevées ont également été mesurées.

Du 24 au 31 mars, la séismicité a augmenté significativement. Des secousses associées à la fracturation des roches se sont produites à l'ouest du cratère Arenas, selon le même modèle, bien que moins énergétique, observé avant les éruptions de 1985 et 1989. Le 31 mars, le nombre de séismes indicatifs de fracturation des roches (VT) et de mouvements de fluides (LP) ont fortement augmenté. Du 1er au 3 avril, les secousses ont été localisées sous le cratère Arenas à des profondeur variant de 0.5 à 3 km. L'état d'alerte a été porté au niveau 2/4 (code orange, éruption endéans plusieurs jours/semaines; le code couleur d'alerte le plus élevé est rouge et son niveau correspondant est de 1/4). INGEOMINAS de Manzaniles.

Images webcam depuis le Cerro Guali  

Du 4 au 10 avril, la séismicité est restée élevée. Les émissions de SO2 sont également restées élevées et une odeur de soufre a été occasionnellement perceptible à Manizales située à ~25 km au NO du volcan. Une secousse de Ma 2.8, dont le foyer (hypocentre) était profond de 1 km sous le cratère Arenas, a été enregistrée le 5 avril. Du 4 au 6 avril les panaches de vapeur/gaz ont atteint une hauteur de 3 km avant de dériver vers le NO alors qu'ils ont dérivé vers le SE le 10 avril.  INGEOMINAS de Manzaniles.

Suite à la baisse de la séismicité, l'état d'alerte a été ramené au niveau 3 (code jaune; variations au niveau de l'activité volcanique) le 3 mai dernier. Des émissions de SO2 et de vapeur d'eau sont toujours émises par le cratère actif. INGEOMINAS de Manzaniles.

29 mai: le volcan a expulsé de la cendre et a produit des explosions, conduisant les autorités à évacuer 500 personnes et à suspendre l'activité de quatre aéroports régionaux. De la cendre éjectée par le volcan tôt mardi qui est retombée sur des zones peuplées, notamment sur la ville de Manizales, dont l'aéroport a été affecté tout comme ceux de Pereira, Armenia et Cartago. Les autorités ont relevé le niveau d'alerte du volcan à l'orange, ce qui signifie qu'une éruption est probable dans les jours ou semaines à venir.

21 juin: les émissions de cendre et de gaz, enregistrées par les capteurs sismiques,  se poursuivent au cratère sommital du volcan, selon une intensité équivalente durant les dernières semaines, avec des panaches éruptifs s'élevant quelques fois à plusieurs km d'altitude. En ce moment, la colonne éruptive s'élève en moyenne à ~ 400 mètres au-dessus du cratère et des faibles chutes de cendre fine ont été rapportées dans plusieurs quartiers de la ville de Manizales.  INGEOMINAS de Manzaniles. Par ailleurs, une source de l'INGEOMINAS indique qu'il n'existe pas de matériau juvénile dans les échantillons de cendre récoltés, impliquant que l'activité éruptive actuelle se maintient au stade phréatique sans que le magma n'ait encore atteint la surface. De petits essaims sismiques et un tremor volcanique sont toujours détectés à ~3-5 km de profondeur, probablement au niveau d'un réservoir magmatique transitoire superficiel. Des images satellites prises avant et pendant la phase éruptive phréatique actuelle montre que les chutes de cendre ont principalement affectés le flanc N.O. du volcan. Erik Klemtti

Rappelons qu'une éruption du Nevado del Ruiz en 1985 a été à l'origine de l'une des catastrophes volcaniques les plus meurtrières du 20ème siècle. Le 13 novembre, vers 15 heures, son sommet couvert de neige et d'un glacier voit sa cime fondre substantiellement. En quelques heures, sous l'effet de la chaleur dégagée par l'éruption sommitale, la neige et la glace se transforment en eau liquide qui, mêlée de boue et de cendre, se met à dévaler les vallées voisines. Peu avant minuit, la ville d'Armero à 50 km de là, qui n'avait pas été évacuée, est submergée par un fleuve de boue (lahar) progressant à une vitesse de 80 km/h avec un débit de 47 500 m3/s. Cette catastrophe est la quatrième éruption la plus meurtrière de l'histoire avec près de 24 000 morts et 10 000 personnes sans-abri.


SOUFRIERE HILLS (Montserrat, Caraïbes) -- 23 mars: une réactivation du volcan semble en cours. De nouvelles éruptions de cendres, sans doute de type phréatique, sont probablement causées par l'ascension de magma juvénile ("frais") sous l'édifice volcanique. L'émission de cendre a débuté le 23 mars à ~ 8 HL après la détection de deux essaims sismiques les 22 et 23 mars. Les évents actifs sont situés sur le plancher de l'escarpement d'effondrement qui s'est ouvert le 11 février 2010, juste au sud de l'ancien cratère "English's Crater". L'intensité de l'activité fumerollienne habituelle a augmenté significativement et une nouvelle fumerolle a été découverte sur le flanc NO du dôme, juste derrière le site de Gages Mountain. L'émission de cendre est fluctuante et produit des nuages atteignant environ 1000 mètres au-dessus du sommet. Les jets de cendre ont atteint plusieurs centaines de mètres au-dessus du plancher de l'escarpement d'effondrement créé le 11/02/2010. Les séismes d'origine volcano-tectonique sont liés à la fracturation de la roche, probablement suite à une augmentation de la pression du magma et des fluides associés. Ce type d'activité a déjà été observé plusieurs mois avant une nouvelle extrusion de magma, par exemple en 2005 et 2008. M.V.O.

Il est à noter que l'activité est revenue à un faible niveau le 26 mars selon le  M.V.O.. Il n'y a plus d'émission de cendre depuis le 23 mars. L'émission moyenne de SO2 du 24 au 30 mars a été de 1320 t/j mais des valeurs ponctuelles très élevées ont été mesurées entre le 24 et 26 mars (2500 t/j) et un pic à 4594 t/j, la troisième plus haute valeur depuis 10 ans. L'état d'alerte est maintenu au niveau 2.

Vue de la nouvelle bouche, dont le diamètre est de 20 à 30 mètres, qui s'est ouverte le 23 mars dernier en libérant brièvement un nuage de cendre; cliché pris le 4 avril par le M.V.O. Le taux d'émission de SO2 a varié de 200 t/j à 1033 t/j avec une moyenne de 529 t/j au cours de la semaine du 30/03 au 06/04.


KAWAH IJEN: (Java Est, Indonésie): l'état d'alerte a été relevé au niveau 3 le 12 mars suite à une augmentation de l'activité. Une nouvelle bouche grande de 10 m., éjectant des gaz chauds, a été observée le 10 mars à 17 mètres du rivage. Une épaisse colonne gazeuse blanche (gaz soufrés) haute de ~200 m., plus dense qu'habituellement, a été observée depuis le 3 mars. Des mesures de l'eau du lac à 5 m. de profondeur ont montré que la température a augmenté jusqu'à 42,7°c. Le 10 mars, le niveau du lac était 2 mètres plus haut qu'habituellement. Un autre signe de recrudescence d'activité est la mort de nombreuses feuilles et de plantes autour du cratère, suggérant des niveaux anormaux de SO2. L'activité sismique a également augmenté. Du 22 au 29 février, des signaux de tremor harmonique ont été enregistrés, périodes qui ont duré plus de 20 minutes. Du 1er au 10 mars, 306 épisodes de tremor de plus de 25 minutes et plus de 150 séismes volcaniques peu profonds ont été répertoriés. Volcano Discovery; V.S.I.


LAMONGAN (Java Est, Indonésie): le CVGHM a signalé que des émissions diffuses se sont élevées jusqu'à 20 mètres au-dessus du cratère. La séismicité a augmenté le 23 février et a fluctué jusqu'au 7 mars. La séismicité a à nouveau augmenté le 8 mars et une phase de tremor a été détectée le jour suivant. L'état d'alerte 2 a été élevé au niveau 2/4.

 


Volcans en éruption recensés sur ce site

 El HIERRO (îles Canaries, Espane) : 10/10: éruption sous-marine en cours, à ~ 2.5 km au sud de la côte sud... l'éruption est officiellement déclarée terminée depuis le 5 mars 2012.

Une activité sismique (< fracturation des roches) assez intense et récemment une phase de tremor (< mouvement de fluides/magma) sont réapparus depuis le 17 juin.

 

TOLBACHIK (Kamchatcka, Russie) -- 01/12: une éruption a débuté le 27 novembre. Elle a été précédée par une série d'épisodes de tremor volcanique dans le secteur du Plosky Tolbachik. Le nombre de secousses volcaniques superficielles est monté jusqu'à 250 la veille de l'éruption. Un puissant évènement éruptif a eu lieu le 27/11 à 16h52 HL, ce qui a conduit les autorités à porter le code pour l'aviation au niveau jaune. Des observateurs locaux, postés à 40 km au NO et 50 km au SO, ont signalé des explosions de cendre et des coulées de lave. au lieu-dit Tolbachik Dol, dans la même zone où l'éruption de 1975 s'est produite (bouches septentrionales). Des chutes de cendre épaisses de 4 cm ont été signalées à 60 km au NNO. Selon les données des Services de Géophysique du Kamchatka et du VAAC de Tokyo, des panaches de cendre auraient été émis jusqu'à des altitudes comprises entre 6.1 à 10.1 km (évaluation effectuée sur base des données sismiques et non de l'imagerie satellitaire). KVERT

08/12: l'éruption du Tolbachik se poursuit en ce début décembre. Des coulées de lave sont émises à partir de deux fissures ouvertes sur le versant ouest du Tolbachinsky Dol, un plateau lavique situé sur le flanc  S.O. du volcan, et les colonnes de cendre s'élèvent à plusieurs centaines de mètres de hauteur. Une activité strombolienne a pris le relais des fontaines de lave initiales et l'effusion de lave originaire de deux fissures éruptives continue. Par ailleurs, une vaste anomalie thermique a été détectée dans la partie nord du Tolbahinsky Dol.

Les coulées de lave du volcan Ploski Tolbatchik ont détruit plusieurs constructions situées à une dizaine de kilomètres du centre éruptif sans faire de victime. Les constructions détruites appartenaient à la base Leningradskaïa de l'Institut de volcanologie et de sismologie de l'Académie des sciences et à la base du parc naturel Volcans du Kamtchatka. Selon les spécialistes, les torrents de lave ne menacent pas les localités environnantes.

La dernière éruption du volcan a eu lieu en 1975-1976. Elle a radicalement modifié le relief des terrains avoisinants en provocant une catastrophe écologique locale, tuant toute vie à plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde. Le Tolbatchik se compose de deux volcans : le Ploski Tolbatchik (3.085 m de haut) et l'Ostri Tolbatchik (3.682 m). La ville la plus proche du volcan, Klioutchi, est située à 60 kilomètres. Rianovosti

Photos publiées par le KVERT; autres photos de l'activité éruptive.

   

Image satellitaire montrant l'extension (sur une quinzaine de km) des coulées de lave issues du Tolbachik.

Photos panoramiques du site éruptif

Retour page d'accueil

 

 

SAN CRISTOBAL (Nicaragua) -- 09/08: ce volcan, situé à l'extrémité nord de la chaîne volcanique du Nicaragua, est entré en éruption hier 08/09 en forçant l'évacuation de 3000 personnes résidant à proximité de l'édifice. Après une série de trois explosions, une colonne éruptive de cendre et de gaz (colonne sub-plinienne) s'est élevée jusqu'à 1500 mètres de hauteur et des cendres sont retombées sur plusieurs villages environnants, dont El Chonco et El Viejo; rapport INETER. Depuis la phase initiale de la matinée, l'activité éruptive a produit des explosions épisodiques éjectant des matériaux volcaniques jusqu'à 5000 mètres de hauteur. Les cendres ont été transportées sur 50 km vers l'ouest-nord-ouest. Par ailleurs, les pluies saisonnières (26.1 mm à 16 HL) se mélangeant aux gaz et cendres engendrent des pluies acides alors que, dans le même temps, le risque de coulées de boue s'accroît; rapport INETER. L'éruption la plus récente de ce volcan a eu lieu en 2010. Cette puissante activité explosive intervient trois jours après un violent séisme (Ma = 7.6) dont le foyer était situé à 35 km de profondeur et l'épicentre à 20 km au sud de Sámara (9.696N, -85.49W) dans la péninsule de Nicoya au Costa Rica, à environ 350 km au S.E. du San Cristobal. A noter qu'une réplique de 5.6 de ce puissant séisme s'est produite au même endroit le 08/09 à ~20h30 GMT (~14h30 HL).

La spectaculaire colonne éruptive du San Cristobal vue de l'un des villages situé au pied du volcan. INETER -- Autres photos

 

Sur cette séquence vidéo amateur, on distingue nettement une coulée pyroclastique, à droite de l'image.

25/12: après une courte période de séismicité accrue, le volcan est entré pour la seconde fois en 2012 en éruption. Une série d'explosions s'est produite à partir de 20h (HL) en générant des panaches éruptifs hauts de ~500 mètres qui ont dérivé vers le sud-ouest et l'ouest. Le 26/12, des explosions plus puissantes ont générés des colonnes éruptives hautes de 2.5 km qui ont dérivés vers le nord, l'ouest et ne sud-ouest, en atteignant l'océan Pacifique distant de 35 km en moyenne. Des chutes de cendre ont été signalées dans des secteurs localisés sous le vent, notamment sur la ville de Chinandega. Les autorités locales ont décidé d'évacuer quelques familles proches du volcan. INETER

Retour page d'accueil

 

 

TONGARIRO (Nouvelle-Zélande) -- 6 août: après un regain de l'activité sismique sous le complexe volcanique du Tongariro depuis le 13 juillet, le volcan serait  entré en éruption en début de nuit (vers 23h50 heure locale) ce 6 août. L'état d'alerte a été porté au niveau 2/4 et le code pour l'aviation civile est passé du jaune au rouge dès le déclenchement de l'activité éruptive. Le système d'alertes géologiques de Nouvelle-Zélande (GEONET) a rapporté des chutes de cendre à partir de ~23h50 HL. Les experts néo-zélandais ont déclaré que l'éruption était assez inattendue malgré l'activité sismique croissante sous le volcan durant ces derniers jours. Selon les déclarations du volcanologue M. Rosenberg  (GNS), plusieurs personnes ont signalé avoir quitté leur domicile sur les rives méridionales du lac Rotoaira après avoir entendu le puissant bruit généré par les explosions volcaniques, aperçu des éclairs, un panache éruptif et même des matériaux incandescents éjectés par le volcan. L'éruption semble issue des cratères Te Mari qui sont proches des sources d'eau chaude de Ketetahi sur le versant nord du volcan. La route menant au complexe volcanique a été aussitôt fermée. Jusqu'à présent, l'éruption n'a causé aucune victime ni aucun dégât. Vers 7h30 (heure locale; GMT +11), les autorités en charge de la surveillance du volcan ont déclaré que l'intensité de l'éruption en cours avait nettement diminué. NZHerald; RadioNZ; GEONET NZ (Tongariro webcam), Parc National du Tongariro, photos prises en 2005, vidéo TV NZ. La dernière éruption du Tongariro a eu lieu en 1897 et a formé les cratères Te Mari, où se déroule l'éruption en cours.

07/08: le volcanologue Bratt Scott du GNS a commenté une séquence vidéo (diffusée à 14h12 HL sur la TV NZ) dans laquelle il explique que l'éruption actuelle est probablement plus de nature phréatique que purement magmatique. On peut voir notamment dans cette séquence la région du volcan recouverte par une fine pellicule de cendre grise. Etant donné que la zone du volcan est recouverte en ce moment par une épaisse couverture nuageuse, il est impossible à l'heure actuelle de déterminer avec précision le lieu exact de l'éruption au niveau des cratères Te Mari. Sur base des enregistrements sismiques, B. Scott a déclaré que l'activité n'avait pas augmenté depuis le déclenchement de l'éruption et semblait même en train de décliner.

Une colonne de vapeur d'eau/gaz peu épaisse s'échappe du flanc du volcan le 5 août, soit 2 jours avant l'éruption-- Ferme recouverte d'une fine couche de cendre.

Nuage orbiculaire légèrement chargé en cendres au-dessus de la région du volcan Tongariro.

De la vapeur d'eau s'échappe de trois bouches (vidéo, vidéo d'hélico) qui ont percé le flanc nord du Tongariro dans la partie supérieure occidentale de la zone des cratère Te Mari.

Une coulée de débris longue de 2 km, formée de boue et de blocs, a été créée par la force de l'explosion. La toiture du refuge de Ketetahi (26 lits)  a subi des dégâts significatifs et les vitres des fenêtres ont volé en éclats. Par ailleurs, une odeur de soufre a envahi la capitale néo-zélandaise, Wellington, située à 250 km du volcan.

Image satellitaire de la NASA issue du radiomètre infrarouge/visible du satellite Suomi, capturée une heure après le déclenchement de l'éruption. Le panache de cendre se dirige vers l'est en direction de la ville de Napier. NASA EARTH OBSERVATORY

10/08: Des résultats d'analyses de gaz, effectuées dans le panache libéré par les nouvelles bouches, contient du CO2 et du SO2, indiquant que du magma se trouve près de la surface, ce qui pourrait conduire à une éruption imminente plus importante. Info GNS diffusée sur TV NZ.

Par ailleurs, une autre volcan néo-zélandais, formant l'île de White Island (célèbre pour son cratère ouvert sur la mer), a connu également une éruption (explosions de cendre modérée dans le lac de cratère) depuis le 5 août dernier (voir photos webcam), après 12 ans de calme relatif. Selon Bratt Scott, de la cendre noire s'est élevée le 09/08 jusqu'à 3000 mètres au-dessus de la bouche située sur le bord S.O. du cratère. Le niveau d'alerte a été porté à 2/4.

18/08:le niveau d'alerte des deux volcans récemment actifs, à savoir le Tongariro et White Island, a été abaissé à 1/4 étant donné que leur activité éruptive et sismique ont significativement baissé.

 

Une colonne de gaz (dont du  CO2 & du SO2) et de vapeur d'eau s'échappe des nouvelles bouches qui se sont ouvertes dans la nuit du 06/08 au 07/08 sur le flanc nord du Tongariro.

21/11: une nouvelle brève éruption s'est produite au Tongariro à ~13h25 HL. La colonne de cendre et de gaz (sans blocs/débris) s'est élevée des cratères Te Maari jusqu'à environ 3-4 km de hauteur pendant moins de 5 minutes. L'état d'alerte a été porté au niveau 2/3 (orange) et le code pour l'aviation est désormais orange. Geonet

Séquence vidéo spectaculaire prise sur le sentier du Parc National du Tongariro

Retour page d'accueil

 

 

NEVADO DEL RUIZ (Colombie) -- 1er juillet: le volcan est entré en éruption hier 30/06 en expulsant dans les airs une colonne éruptive haute de ~ 8 km. Ce nuage de cendres et de gaz était visible depuis la ville de Manizales. Des chutes de cendre ont été observées au voisinage de l'édifice. Aucune coulée de boue (lahar) et aucun signal sismique associé n'ont été signalés. Les 4800 habitants de la localité de Caldas à proximité du volcan, qui culmine à 5300 mètres d'altitude, ont reçu l'ordre d'évacuer leur habitation. INGEOMINAS MANIZALES. Cette phase éruptive modérée a été précédée par une période de réveil depuis début mars. Ce 1er juillet à 7h (heure locale), l'intensité de l'activité sismique en forte baisse suggère que l'éruption est déjà terminée.

Retour page d'accueil

 

 

CLEVELAND (Alaska, USA) -- 21 juin: le statut d'alerte de ce volcan a été relevé du code jaune au code orange après qu'un pilote de ligne ait observé un panache de cendre de plus de 10 km de hauteur. Cette éruption semble toutefois éphémère étant donné que les données satellitaires récentes ne montrent qu'un léger nuage éruptif s'élevant du cratère. Un effondrement du dôme sommital pourrait expliquer ce soudain et bref regain d'activité explosive. A.V.O.

Retour page d'accueil

 

 

FUEGO (Guatemala) -- 20 mai: l'Institut guatémaltèque de séismologie, de volcanologie, de météorologie et d'hydrologie (INSIVUMEH) a indiqué samedi 19/05, par voie de communiqué, que le volcan avait expulsé vers 2h45 un panache de cendre à 5000 mètres au-dessus du cratère et avait ensuite dérivé sur 25-30 km vers le sud-ouest. Les écoulements de lave ont atteint une longueur d'un kilomètre dans la ravine Las Lajas (SE) et 600 mètres dans la ravine Ceniza (SO). Selon l'INSIVUMEH, le volcan pourrait générer des coulées pyroclastiques de plus ou moins grande ampleur ainsi que des lahars en cette saison des pluies. Les deux agences guatémaltèques en charge des désastres naturels ont recommandé à la Direction Générale de l'Aéronautique Civile de prendre les précautions nécessaires concernant le trafic aérien dans la zone du volcan Fuego. CONRED


   

Cliquez sur ces deux photos pour accéder au bulletin d'alerte correspondant du CONRED

Durant la journée du 20 mai, l'activité éruptive a considérablement diminué selon les enregistrements sismiques et les observations réalisées à partir du poste volcanologique de Panimaché (INSIVUMEH), où ont été observées de rares explosions d'intensité faible à modérée expulsant des colonnes de cendre à ~500 mètres au-dessus du cratère et se déplaçant de 8 km vers le SO. CONRED.

14 septembre: depuis plusieurs mois, le volcan connaît de brefs et puissants épisodes éruptifs de type explosif. Hier 13/09, un peu plus de 10.000 personnes ont été évacuées de leurs logements situés dans les départements de Yepocapa et Chimaltenango après une nouvelle phase éruptive paroxysmale du Fuego qui est la sixième crise éruptive de l' année. Des chutes de cendre ont affecté plusieurs secteurs situés au nord et à l'ouest-sud-ouest du volcan, notamment vers Retalhuleu (à 80 km) par delà le lac Atitlan et vers Escuintla. Selon les informations de l'INSIVUMEH, l'activité a été caractérisée par des coulées pyroclastiques d'intensité modérée (principalement en direction des ravines Taniyula et Las Lajas), des explosions d'intensité modérée à forte qui ont expulsé des matériaux jusqu'à 3000 mètres au-dessus du cratère. Par ailleurs, les fortes pluies frappant la région font craindre la production de lahars.  Une coulée de lave longue de ~500 mètres, plus probablement une avalanche de blocs incandescents, dévale la ravine de Taniluya. CONRED.

Ce type d'éruption est plus puissant que la normale et n'avait pas été observé ces dernières années, c'est pourquoi nous avons déclenché l'alerte orange (danger)" aux environs du volcan, dans l'ouest du pays, a indiqué Gustavo Chigna, volcanologue à l'INSIVUMEH.


Front de la coulée pyroclastique sur le flanc sud-ouest du volcan (ravine Tinayula/Ceniza) - Le panache éruptif vu de l'espace en couleurs réelles.

Autres photos publiées sur le site du périodique guatémaltèque "Prensa Libre"

Coulée pyroclastique vue du poste d'observations de Panimache -- INSIVUMEH

Parcours approximatif des coulées pyroclastiques du 13/09 illustré en gris --  Le trajet approximatif des avalanches de blocs incandescents issus du cratère sommital est représenté en rouge.

 

 

  

Autre séquence vidéo

14/09 vers 17h00 GMT: l'activité du volcan a significativement diminué depuis quelques heures. Sur le cliché ci-dessous à gauche pris tôt ce matin du poste d'observations de l'INSIVUMEH à Panimaché, on distingue une couverture de cendre sur les hautes et moyennes pentes sud et ouest de l'édifice volcanique. Une zone basse de la coulée pyroclastique émet encore de la cendre expulsée par des gaz résiduels. Sur la photo de droite prise dans la nuit du 13/09 au 14/09, des blocs incandescents dévalent encore la ravine de Taniyula et le cratère est toujours le siège d'explosions modérées .

Retour page d'accueil

 

 

LOKON (Nord Sulawesi, Indonésie) -- 1 mai: depuis le 11 juillet 2011 et le début de l'année (10/02; 24/04), le volcan connait un regain d'activité sous la forme d'épisodes explosifs de courte durée et d'intensité modérée. La dernière en date a eu lieu aujourd'hui à 11h55 heure locale et a produit un panache de cendre qui s'est répandu sur une distance de 2,5 km depuis le cratère Tompaluan. Le directeur de l'Agence de Préventions des Risques Volcanologiques et Géologiques Indonésienne a conseillé aux autorités locales que l'aéroport international de Manado, situé à seulement 15 km du volcan, suspende temporairement ses activités durant les prochaines phases éruptives. Une zone d'exclusion de 2,5 km autour du cratère est toujours en vigueur et des routes alternatives reliant Manado à Tomohon devraient être prochainement mises en place en cas d'évacuation précipitée. Jakarta Post. L'activité la plus récente du Lokon a eu lieu le 24 avril et l'état d'alerte est maintenu au niveau 3/4.

08 octobre: le Lokon est à nouveau entré en éruption dimanche 7 octobre en propulsant dans les airs une colonne éruptive jusqu'à une hauteur d'environ 1.5 km. Selon les autorités officielles, le volcan aurait connu 41 épisodes éruptifs depuis le 1er septembre et cette dernière serait la plus puissante.

 

Photos de Richard Roscoe

Retour page d'accueil

 

POPOCATEPETL (Mexique) -- 16 avril: selon le CENAPRED, le dôme de lave extrudé dans le cratère sommital du géant mexicain a commencé à se développer. Ce changement d'activité pourrait causer de puissantes explosions capables d'expulser des fragments incandescents à des distances importantes (km) ainsi que des pluies de cendre dans une large zone. Durant la nuit, de l'incandescence issue du cratère est également visible, ce qui témoigne d'une activité significative du dôme en croissance dans le cratère. Suite à cette recrudescence d'activité, l'organisme mexicain en charge de la surveillance du volcan a donc décidé d'élever l'état d'alerte d'un niveau (3/7). Une zone d'exclusion de 12 km autour du cratère a été établie par le CENAPRED. L'activité du Popocatepetl n'a cessé d'augmenter depuis le début de l'année, le volcan ayant émis sporadiquement des nuages de cendre et de gaz d'intensité faible à modérée.

18 avril: le 15 avril, un panache de cendre s'est élevé jusqu'à 1.5 km au-dessus du cratère avant de dériver vers l'est. Le jour suivant, des émissions de gaz et de cendres ont été accompagnées de fragments incandescents qui se sont déposés sur les flancs, principalement N et NE.  Des chutes de cendre ont été signalées à Puebla. L'incandescence est visible jusqu'à 300 mètres au-dessus du cratère. Le CENAPRED a relevé à nouveau le niveau d'alerte d'un cran (phase jaune au niveau 3).

Voir galerie de photos publiées sur le site du "Nouvel Observateur"

10 mai: le volcan a expulsé des fragments incandescents à une hauteur de 300 à 500 mètres au-dessus du cratère. Cet épisode explosif a été accompagné d'émissions gazeuses et de cendres, ce qui a forcé les autorités mexicaines à fermer temporairement (en matinée) l'aéroport de Puebla. Selon le CENAPRED, le volcan a émis ces dernières 24 heures 31 émissions (exhalaisons) de faible et moyenne intensité alors que de petits séismes ont été enregistrés durant près de 7 heures, avec un intervalle assez régulier de 40 minutes entre chacun d'eux. La direction des vents du jour a dispersé la cendre jusqu'à la zone de l'aéroport de Puebla. Le périmètre de sécurité est maintenu dans un rayon de 12 km autour du cratère et l'état d'alerte au niveau jaune III.

Retour page d'accueil

 

BEZYMIANNY (Kamchatka, Féd. de Russie) -- 9 mars: le KVERT a signalé qu'une éruption fortement explosive avait été détectée par l'instrumentation sismique. Des panaches de cendre se sont élevés jusqu'à des altitudes (au-dessus du niveau de la mer) de 3,5 à 5 km et puis ont dérivé vers le NE. Lors du pic de la phase éruptive, des nuages de cendre verticaux issus de coulées pyroclastiques ont atteint une altitude de 8 km. Les images satellitaires ont montré que le panache éruptif a dérivé sur 700 km vers le NE. Des retombées de cendre ont été signalées à 120 km à l'ENE du volcan. Du 9 au 13 mars, des émissions riches en gaz et vapeur d'eau ont été observées et une coulée de lave visqueuse s'est échappée du dôme de lave alors qu'une anomalie thermique continuait à être détectée. Le code d'alerte pour l'aviation civile a été abaissé au niveau orange le 14 mars.

Retour page d'accueil

 

RINCON DE LA VIEJA (Costa Rica) -- 01/03: l'OVSICORI-UNA a signalé que, sur base d'enregistrements sismiques, deux éruptions phréatiques d'intensité modérée se sont produites au cratère actif les 19 et 20 février derniers. Deux autres éruptions ont eu lieu le 23 février. Des explosions ont été entendues entre 04h00 et 04h30 à Guachipelin (11 km au SO du cratère). OVSICORI.

14/04: l'OVSICORI a signalé qu'une petite explosion  phréatique s'est produite à l'intérieur et à proximité du lac acide le 14 avril vers 14h. Des témoins de villages proches de l'édifice, situés au nord du volcan, ont signalé un dépôt de sédiment sur les flancs extérieurs nord du cratère actif principal et un nuage de vapeur d'eau a été aperçu au-dessus du cratère.

Retour page d'accueil

 

SEMERU (île de Java, Indonésie) -- 09/02: du 29 décembre 2011 au 2 février 2012, la séismicité dans le secteur du volcan a augmenté et des panaches gris se sont élevés jusqu'à 600 m. au-dessus du cratère Jonggring Seloko. Au cours de janvier, de l'incandescence a été observée au niveau du cratère et des avalanches de matériaux incandescents ont dévalé les pentes sur une distance de 200 à 400 mètres. e 2 février, une puissante explosions a été signalée causant l'éjection de produits incandescents à une hauteur de 2,5 km au-dessus du cratère. En conséquence de cette recrudescence d'activité, l'état d'alerte a été rehaussé du niveau 2/4 à 3/4 par le CVGHM. G.V.P.

Par ailleurs, le Mt Lokon, situé au nord de l'île de Sulawesi, est à nouveau entré en éruption vendredi 10/02 en expulsant un nuage de cendre à ~2000 m. de hauteur. Une zone d'exclusion de 2.5 km autour du cratère a été établie. Le volcan est régulièrement actif depuis le 11 juillet 2010. Antara news

Retour page d'accueil

 

 

TUNGURAHUA (Ecuador) -- 19/01:une recrudescence de l'activité éruptive associée à une augmentation de la séismicité du 11 au 17 janvier a été signalée par l'IG. Des chutes de cendre ont été mentionnées dans plusieurs lieux habités situés au S.O. du cratère. Un lahar a emprunté le cours d'eau Achupashal en charriant des blocs supérieurs à 1 m. de diamètre et a provoqué la fermeture de la route vers Baños située 9 km au nord. Un panache de cendre et de gaz s'est élevé à 7 km de hauteur le 13 janvier avant de se disperser vers l'ouest. Des bruits de rugissement ont été entendus jusqu'à 8 km du cratère. Le 14 janvier, les émissions de cendre ont atteint une hauteur de 500 m. au-dessus du sommet avant de dériver vers l'O.S.O.. De nouveaux lahars sont descendus le long des cours du Juive (N.O.) et du Pondoa (N) en charriant des blocs de 10-20 de diamètre. IG. Rappelons que le volcan connu aussi sous son nom quetchua signifiant "gorge de feu" a connu deux crises éruptives en 2011. 28/11/2011; 27/04/2011

10/02: un nouvel épisode éruptif a eu lieu le 4 février. Selon l'IG, une explosion a été entendue dans les communes de Palitahua et Guadalupe, à 14 au N.O. du volcan. Elle a produit un panache de cendre qui a atteint une hauteur de 7-8 km au-dessus du cratère et a ensuite dérivé vers le N.E. Des chutes de lapilli ainsi que des détonations ont été signalées à Baños (9 km au N), Pillate (7 km à l'O) et Juive (7 km au N.O.). Une coulée pyroclastique a dévalé le lit du cours d'eau Achupashal (N.O.). Des éjections de blocs incandescents ont été observées durant la nuit et ont dévalé la pente sur une distance de 1 km. La couverture nuageuse dense a empêché d'observer le volcan les jours suivants mais des détonations ont encore été entendues. IG

01/03: l'IG a signalé une activité modérée du 22 au 28 février. Des nuages de vapeur d'eau pauvres en cendre se sont élevés à des hauteurs de 1 à 2 km. Des chutes de cendre ont été signalées à 6 km au SSO, à 13 km à l'OSO et à 8 km au SO. Une activité strombolienne a été observée le 24 février; des matériaux incandescents ont atteint une hauteur de ~ 500 mètres au-dessus du cratère et sont retombés sur les flancs ouest et nord-ouest. Une incandescence au niveau du cratère a été aperçue par intermittence durant cette période.

17/03: l'activité intermittente s'est poursuivit du 6 au 11 mars. Les 7 et 11 mars, des panaches éruptifs riches en gaz et en cendre ont atteint des hauteurs de 0,5 et 1 km au-dessus du cratère. Des lahars sont descendus dans plusieurs drainages au NO et SO du cratère. Le 8 mars, un panache de cendre a atteint une hauteur de 2 à 3 km au-dessus du sommet et a ensuite dérivé vers l'ouest et le sud-ouest. Du 12 au 13 mars, des chutes de cendre ont été signalées à 8 k au SO du cratère. IG

14/04: l'activité faible à modérée se poursuit et est accompagnée de production de lahars. Le 10 avril, une coulée de boue a forcé les autorités à fermer la route reliant Baños à Penipe. Des détonations associées aux explosions les plus puissantes sont régulièrement entendues dans les zones habitées à proximité du volcan. IG

23/04: une forte explosion, entendue comme un coup de canon d'intensité modérée par la population, s'est produite, à 13 h 02 GMT, 08 h 02 heure locale, le dimanche 22 Avril. L'explosion a été accompagnée d'un tremor de haute énergie enregistrée par les sismographes de l'IG. Des matériaux volcaniques de type tephra, des lapilli de la taille de grains de riz sont retombés sur la ville de Pillate, située à 12 km à l'ouest du géant équatorien.  IG

22/08:le volcan connaît actuellement un regain significatif d'activité caractérisée par une activité strombolienne produisant des explosions détonantes et, même, de courtes coulées pyroclastiques sur les versants ouest et sud-ouest. Des colonnes faiblement chargées en cendre sont émises épisodiquement à une hauteur variant de 1.5 à 5.0 km au-dessus du cratère. Des mesures effectuées au moyen d'une télécaméra thermique ont permis de détecter une température variant de 115-150°c au sein de l'émission continue alors que le cœur du cratère avait une température se situant aux alentours de 530°c. IG

Image webcam montrant une coulée pyroclastique dévalant le flanc ouest le 21 août. IG EPN -- Webcam en temps réel

Autres photos spectaculaires de presse

du 19/12 au 22/12: l'activité a commencé à s'intensifier. De puissantes explosions sourdes (coup de canon) ont fait vibrer les vitres des habitations des villages alentours. Le cratère a été le siège d'une intense activité strombolienne et des coulées pyroclastiques ont dévalé les hautes pentes du volcan. La colonne éruptive a atteint 3 à 5 km de hauteur en moyenne. Des chutes de cendre intermittentes ont été signalées dans plusieurs communes des environs du volcan. IG

Retour page d'accueil

 

 

NYAMURAGIRA (R.D. Congo) - 07/11/2011 - 14/11/2011: le volcan Nyamulagira situé à 22 de Km de la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord Kivu, dans l' Est de la RDC, est en éruption depuis dimanche aux environs de 20H30, a indiqué lundi l'Observatoire volcanologique de Goma (OVG). Selon les volcanologues, les populations de Goma, ne sont pas directement menacées par l’éruption de ce volcan parce que les coulées de la lave se dirigent vers le Parc national de Virunga (PNVi). Radio Okapi

Image en couleurs naturelles du capteur MODIS (NASA) acquise le 7/11, un jour après la déclenchement d'une éruption fissurale qui a produit un rideau de fontaines de lave accompagnées de nuages de cendre et de gaz.

 

14/11: La fissure éruptive est longue de plus d'un km et les fontaines de lave atteignent 400 mètres de hauteur. L'éruption pourrait durer plusieurs jours voire plusieurs mois selon le volcanologue italien Dario Tedesko qui craint une fragilisation du flanc sud du volcan voisin, le Nyiragongo, suite aux nombreux séismes qui ont précédé cette éruption. Video

14/01/2012: une image satellitaire acquise le 3 janvier par l'instrument ALI à bord du satellite EO-1 de la NASA a montré qu'une coulée de lave était encore active sur le flanc N.E. de la bouche située au centre de la fissure localisée à une dizaine de km du cratère principal du Nyamuragira. Un panache riche en SO2 a également été détecté par ce capteur.

 

Spectaculaire fontaine de lave observée le 12 janvier

30/01: Photos de Tom Pfeiffer ("Volcano Discovery") , de Martin Rietze, de Richard Roscoe (Photovolcanica), et de Marco Fulle (Stromboli-on-line) prises du 22 au 25 janvier. On remarque que l'activité est beaucoup plus faible que celle observée le 12 janvier (vidéo)

Photos d'Aurélia Minard (début janvier 2012)

Retour page d'accueil

 

Eruptions en 2011 recensées sur ce site